Vous êtes ici

17 Février 2017

Entretien avec Emmanuel Grand autour de son deuxième polar

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Déjà très remarqué avec son premier roman policier, Emmanuel Grand nous parle ici de son deuxième polar, Les salauds devront payer, désormais disponible au Livre de Poche. Inspiration visuelle, thématiques sociales, relations entre les personnages, méthodes d'écriture... Il évoque ici la fabrique du roman. 
 

Couronné du prix SNCF du polar en 2016 pour Terminus Belz (Liana Levi), Emmanuel Grand s'illustre à nouveau dans le registre du noir avec Les salauds devront payer, désormais diposnible au Livre de Poche. Nous l'avons rencontré au Timbre poste à Malakoff, un bistro, certes quasi parisien, mais qui n'est pas sans rappeler les estaminets du Nord de la France où se situe une partie de l'action de cette nouvelle enquête. 

 

Emmanuel Grand : dans la fabrique de son dernier roman

 

A Wollaing, une petite ville minée par le chômage, une jeune fille est retrouvée assassinée dans un terrain vague. Le commandant Buchmeyer mène l'enquête pour découvrir qui sont les "salauds" qui ont fait ça. Et ce ne sont pas toujours ceux que l'on croit... L'auteur évoque dans cet entretien l'inspiration de ce livre qui, comme pour le précédent, est d'ordre visuelle, les thématiques sociales encore une fois à l'oeuvre dans ce nouveau roman, la création des personnages mais aussi ses méthodes d'écriture. 

 

Noémie Sudre 

A lire aussi

Niko Tackian : découvrez le replay du live de l'auteur

25 Janvier 2021

Niko Tackian, auteur de Solitudes (Calmann-Lévy) et de Celle qui pleurait sous l'eau (Le Livre de Poche), a répondu aux questions de la...
Prix du Quai des Orfèvres 2021 : Christophe Gavat récompensé pour "Cap Canaille"

03 Novembre 2020

Le Prix du Quai des Orfèvres 2021 revient à Christophe Gavat, pour son roman "Cap Canaille" (Fayard)...

21 Février 2020

Paru le 15 janvier aux éditions du Masque, La deuxième femme , thriller psychologique de Louise Mey, passe au crible, d'une plume habitée et...