Vous êtes ici

Wakolda

Onglets livre

à voir

Rentrée littéraire : Jón Kalman Stefánsson présente "Lumière d'été, puis vient la nuit"

Rentrée littéraire : présentation de "La Chienne" de Pilar Quintana

Rentrée littéraire : présentation de "Sublime Royaume" de Yaa Gyasi

Rentrée littéraire : Ottessa Moshfegh présente "Nostalgie d'un autre monde"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Tommy Wieringa

Joshua Cohen présente "David King s'occupe de tout"

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

A lire aussi

"1984" : le roman culte de George Orwell pour la première fois en roman graphique

06 Novembre 2020

Le célèbre roman de George Orwell, 1984 , se décline pour la première fois sous forme de roman graphique (Grasset).
Prix du Premier Roman 2020 : Olja Savicevic récompensée en littérature étrangère

21 Octobre 2020

Poète et dramaturge croate, Olja Savicevic voit son livre Adios Cow-boy (JC Lattès) récompensé du Prix du Premier Roman 2020 en littérature étrangère.
"Trouve-moi" : André Aciman publie la suite de son roman "Appelle-moi par ton nom"

13 Octobre 2020

André Aciman est de retour en librairie avec Trouve-moi (Grasset), la suite de son best-seller Appelle-moi par ton nom .
dvan
4.09
18 Décembre 2016
Publié sur
Je suis complètement bluffée par la maîtrise de cette auteure que je ne connaissais pas du tout! Elle nous mène subtilement au malaise et crée un climat d'emprise constamment oppressant. De l'adaptati.....
Lalivrophile
4.09
04 Juin 2016
Publié sur
Le nom de famille de Joseph n'est jamais écrit, mais outre que la quatrième de couverture le donne (ce qui, à mon avis, est une erreur, car c'est au lecteur de le trouver), tous les indices sont là. L.....
LePamplemousse
4.09
10 Avril 2016
Publié sur
Wakolda est le nom d'une poupée et tout dans cette histoire tourne autour des poupées, qu'elles soient blanches, blondes avec un corps en porcelaine parfait ou qu'elles soient le résultat d'un vulgair.....
Philisine
5
Publié sur
Une famille argentine veut changer d'air(e) : la quatrième grossesse d'Eva, la mère, incite la tribu à reprendre une pension familiale à Bariloche. Le père, Enzo, artiste et doué en mécanique, voue une passion pour la conception de poupées. Lilith, leur fille unique, présente une morphologie petite pour son âge. Le jour du départ, un étranger à l'accent germanique, intrigué par l'ado, souhaite partager le chemin avec eux : la route ne semble pas très sûre et la nuit tombe vite. Le cramponnage ne fait que commencer. Ce livre magistral décortique le refuge des hautes...
4
Publié sur
4
Publié sur

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Audrey.T
Audrey.T
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Quand un homme, allemand, d'allure plutôt distinguée, aborde une famille argentine et leur demande de les suivre, personne n'y trouve à redire. Quand ce même homme, vétérinaire et scientifique, emmenage dans la pension qu'ils viennent de rouvrir, personne n'a peur du traitement qu'il inflige à la fille du couple et à la mère, alors enceinte de jumeaux. Des piqûres d'hormones de croissance sensées les fortifier et faire grandir Lilith... Cet homme, c'est Josef Mengele, le médecin nazi qui tortura sous couvert de découvertes scientifiques des centaines de personnes prisonnières de ses horreurs. Mais la force de ce roman est bien dans la façon de décrire la vie de cette famille au prise avec l'ange de la mort : sans torture, sans scènes terribles... Ce roman vous glace jusqu'à la dernière page !!!
Portrait de Alex.M
Alex.M
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Le moins que l'on puisse dire, c'est que j'ai été dérouté par ce roman. Le décor est long à se mettre en place, et une fois installée, l'action est courte. Finalement, je m'apperçois que la fameuse poupée qui donne son titre au livre m'a moins fasciné que les autres poupées parfaites que décide de produite Joseph. En faite, Wakolda n'a d'intérêt que dans les dernières pages du roman, me laissant quelque peu sur ma faim, je dois dire. Que renfermait-elle ?! Un roman étrange dans lequel tout n'est que non dit et ombres. L'image que je retiendrai : Celle des sacs dans lesquels les membres des poupées sont rangés : un sac pour les têtes, un autre pour les bras.... http://motamots.canalblog.com/archives/2014/04/20/29500375.html