Vous êtes ici

Sauvage

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Françoise Nyssen présente "Plaisir et nécessité"

Laetitia Colombani présente "Les Victorieuses"

Véronique Olmi présente "Bakhita"

Oscar Coop-Phane présente "Le Procès du cochon"

Simon Liberati présente "Occident"

Niels Labuzan présente "Ivoire"

Julien Blanc-Gras présente "Comme à la guerre"

Mahir Guven présente "Grand frère"

Émilie de Turckheim présente "Le Prince à la petite tasse"

Audiolib : retour en images sur la soirée des 10 ans et la remise du prix 2018

A lire aussi

Prix Roman Fnac 2019

10 Juillet 2019

Annoncée mercredi 10 juillet, la première sélection du Prix du Roman Fnac 2019 comporte 30 livres venus de tous les horizons. Parmi ceux-là, quatre...
Après deux premiers romans très remarqués, L’Éveil et Toni (Stock), la jeune Line Papin poursuit son chemin en littérature sous le regard...

19 Avril 2019

Après le succès phénoménal de La Tresse dès sa parution en grand format et encore actuellement en poche, Laetitia Colombani reviendra en librairie le...

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Livresse_des_Mots
3.26
11 Septembre 2013
Publié sur
Il est difficile de chroniquer les romans de Nina Bouraoui, tant ils sont riches et complexes ! J'avais aimé « Appelez-moi par mon prénom », lu il y a quelques années déjà, c'est donc tout naturelleme.....
le-mange-livres
3.26
15 Novembre 2012
Publié sur
"Et parfois ça me dérange, ou ça me fatigue, de me dire que Sami n'existe que par moi, parce que ça m'oblige à exister, à garder les yeux bien ouverts, à m'inscrire dans le monde alors que bien souven.....
beeshop
3.26
10 Octobre 2012
Publié sur
Alya a 14 ans en 1979 à Alger. Son ami d'enfance Sami a disparu depuis maintenant un an. Alya écrit ses ressentis, ses peurs, ses angoisses. Elle tente par l'écrit de mettre des mots sur des sensation.....
lectrice
5
Publié sur
Sauvage est une histoire incroyable, étonnante, époustouflante! Elle nous ensorcelle et nous fait voyager. C 'est sans aucun doute LE livre de l'été! Merci au magazine "ELLE" qui m'a fait découvrir ce petit chef d'oeuvre! A avoir absolument dans sa bibliothèque!...
4
Publié sur
4
Publié sur
Jostein.A
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
"Et je me dis que la disparition c'est comme un trou dans la vie des autres. Un trou qui ne cesse de s'agrandir. Un trou dans lequel je tombe parfois." Depuis la disparition de Sami, son meilleur ami, Ayla est submergée par les pensées mélancoliques, par la peur du surnaturel, par les mots qui déferlent dans son esprit. Le roman de Nina Bouraoui est le déversement de ces pensées ce qui en fait un récit analytique parfois débridé et insaisissable. Toutefois, si j'aime cette intériorité, ce questionnement permanent, l'ensemble est tout de même assez pesant. D'autant plus que la narratrice remet toujours à la fin la révélation de ce qui la torture et que cette explication tant attendue ne m'a pas vraiment satisfaite. Ce qui reste intéressant est l'ambiance de ce "quelque chose de triste et fatal" que tous ressentent, comme une prémonition de ce qui plane sur l'Algérie. À l'aube de l'année 80, il y a comme une peur indistincte de cette nouvelle décennie, peur traduite dans les pensées de la jeune adolescente par des évènements extra-terrestres ou spirituels. L'auteur parvient à créer une alchimie complexe entre l'évolution du pays et celle de cette jeune adolescente blessée qui par cette introspection semble se tourner finalement vers l'amour et l'espoir.
Clara.L
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
"Et parfois ça me dérange, ou ça me fatigue, de me dire que Sami n'existe que par moi, parce que ça m'oblige à exister, à garder les yeux bien ouverts, à m'inscrire dans le monde alors que bien souvent j'aimerais m'en soustraire, prendre la fuite, à mon tour." Mon avant-dernière lecture dans le cadre du Prix France Océans, Sauvage est l'histoire d'une absence et d'une métamorphose. La disparition, c'est celle de Sami. La transformation, celle d'Alya, une adolescente algéroise confrontée à la perte de son ami, au seuil de l'année 1980. Son adolescence à fleur de peau, entre deuil et force de vie, doutes et questionnements métaphysiques, spiritisme et rationalité, est rendue par un long monologue intérieur ininterrompu, au rythme décalé et saccadé, qui passe par des métaphores puissantes et inédites (voir par exemple la scène de la noyade). "Et même si ma vie a changé depuis la disparition de Sami, je dois rester là, sous le ciel et non dans le ciel, sur la terre et non dans la terre. C'est obligé, c'est un devoir et c'est un honneur aussi, parce que ça veut dire que je suis plus forte que la peur. Que j'ai réussi à me sauver de moi-même, c'est-à-dire de la mélancolie qui tombe comme la pluie sur mon visage, parfois." Encore une fois, Nina Bouraoui réussit à secouer le lecteur et à l'interroger dans le tréfonds de son être. La lecture peut plaire ou ne pas plaire, mais elle laisse difficilement indifférent, tant on touche là à l'intime. Le style de l'auteure ne m'avait pas accroché lors d'une précédente lecture (ancienne il est vrai), mais ici, derrière le caractère spécial de la narration, on est soufflé par la vivacité, l'énergie de cette écriture qui convoque les sens, et la justesse des propos sur le deuil. Très belle abstraction. "Il y a tant de personnes à rencontrer, il y a si peu de personnes que l'on aime vraiment, c'est-à-dire à qui on pourrait confier sa vie." http://le-mange-livres.blogspot.fr