Vous êtes ici

A quoi jouent les hommes

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Christophe Donner présente "Au clair de la lune"

Philippe Hayat présente "Où bat le coeur du monde"

Morgan Sportès présente "Si je t'oublie"

Jean Védrines présente "Âge d'or"

Éléonore Pourriat présente "Histoire d'Adrian Silencio"

Nathalie Sauvagnac présente "Les Yeux fumés"

Abdourahman Waberi présente "Pourquoi tu danses quand tu marches ?"

Blandine Rinkel présente "Le Nom secret des choses"

Gil Bartholeyns présente "Deux kilos deux"

Valérie Tong Cuong présente "Les Guerres intérieures"

A lire aussi

19 Novembre 2019

Finaliste cette année des prix Goncourt et Renaudot, Jean-Luc Coatalem se voit aujourd’hui récompensé du prix Jean Giono pour La Part du fils...

19 Novembre 2019

Les éditions JC Lattès viennent d’annoncer la publication du premier roman de la chanteuse Olivia Ruiz en avril 2020. Il s’intitulera La...

13 Septembre 2019

La valse des sélections continue avec cette fois la révélation des onze romans en lice pour le prix de Flore dévoilés ce jeudi 12. Deux romans très...

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Candice65
3.76
16 Septembre 2015
Publié sur
A première vue, ce n'est pas un thème vers lequel je serais allée spontanément mais quelle heureuse surprise ! Quoi donc ? Les courses hippiques, les paris, le bookmaking... De l'invention du pari mut.....
jostein
3.76
25 Janvier 2013
Publié sur
L'auteur part d'un souvenir de jeunesse : avec son grand-père passionné de courses hippiques, il suit le Prix Bride abattue commenté par Léon Zitrone. C'est la première fois que son grand-père gagne l.....
Jlaniel
3.76
20 Janvier 2013
Publié sur
Un roman inattendu sur les courses hippiques en France au 18 et 19e siècle. L'effervesence et le bouillonement d'une société du divertissement emergente en passant par la création du Moulin Rouge; l'a.....
4
Publié sur
(M.) Dominique.L
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Adviennent les premières épreuves, l'invention du pari "mutuel" (vs le pari à cote fixe, apanage des bookmakers anglais), la confrontation des premiers cracks français aux champions d'outre-manche, les démêlés de la presse hippique au moment où s'invente la liberté de la presse, le bras de fer entre deux entrepreneurs qui se disputent le monopole de l'organisation du mutuel avant de s'entendre sur un duopole sous le contrôle de l'État (création du PMU). Le tout mêlé à la grande Histoire d'un XIXe siècle mutant : qui sortira vainqueur du peloton des royalistes des modérés des socialistes ? Nez à l'arrivée en faveur de la République, troisième du nom ! La France des hippodromes - "En 1850 on compte déjà cinquante hippodromes ; autant que de compagnies de chemin de fer. Cinquante ans plus tard, on en comptera deux cent ; autant que de sortes de fromages" -, la France des hippodromes échantillonne la nation : le pesage est aux blancs, la pelouse aux rouges, mais dans la communion du turf Rothschild fraternise avec Mimile. Qui n'est pas en reste d'une boutade de titi parisien : " Les courses, c'est un aller simple et un retour compliqué. " Donner pimente le plat de son expérience de turfiste. Il semblerait qu'il ait vu (qu'il voit ?) la tête du caissier plus souvent que la moyenne de ses frères en addiction. On retrouve dans ce récit alerte, souvent persifleur, les personnages qui ont donné leur nom aux courses du calendrier hippique : Prix Sagan à Auteuil, Prix La Rochette à Longchamp, Prix Roederer à Vincennes, etc. A quand le Prix Christophe Donner ? On y apprend la relation qui unit le moulin de Longchamp et le Moulin Rouge. On croise La Goulue et Toulouse-Lautrec, Paris est la ville-lumière, les expositions universelles et le "french-cancan" tissent sa renommée mondiale, le Grand Prix est un événement populaire et mondain, les courses participent à l'invention de la société des loisirs... Le premier siècle est examiné à la loupe, sur le suivant le récit est moins disert mais plus polémique, fouillant quelques vieilles cicatrices. Le troisième est ignoré qui s'ouvre sur des perspectives inédites qu'ordonnent les nouvelles technologies et l'Europe libérale. Fidèle pratiquant des champs de course et des guichets du "betting", Christophe Donner se fait philosophe : derrière sa légèreté se cache l'angoisse inhérente à notre espèce (inconsolable et gaie !), et j'encourage le lecteur à s'abandonner une seconde au vertige du titre : A quoi jouent les hommes... Vous savez, vous, à quoi ils jouent les hommes ? Ah, avant de finir : ce livre est trop aimable pour ne pas avoir un prix, je veux dire un prix littéraire. Ce sera éventuellement le prix du bar-PMU de Landerneau mais il aura un prix !
Jostein.A
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
L'auteur part d'un souvenir de jeunesse : avec son grand-père passionné de courses hippiques, il suit le Prix Bride abattue commenté par Léon Zitrone. C'est la première fois que son grand-père gagne le tiercé et il faut que cela tombe sur une course truquée avec l'intervention d'un certain Monsieur X. Qui a voulu faire trembler le mythique PMU ? Lorsqu'il découvre les archives de Jacques Carrus, ancien patron du Pari Mutuel Carrus et petit fils d'Albert Chauvin, Christophe se lance dans une longue histoire du XIXe siècle à nos jours sur le monde hippique, sans jamais nous lasser. Tout commence avec ce jeune homme espagnol, ambitieux, inventif, Joseph Oller qui sans jamais parier va se lancer sur l'idée du pari mutuel dans le monde des courses de chevaux. Traité de moricaud, ce jeune revanchard va s'attaquer aux plus grands, aux bookmakers, à la presse pour se faire une place dans ce monde très prisé. Il tente d'imposer le pari mutuel, construit Maisons Lafitte, initie la course de trot mais c'est aussi un précurseur dans le monde du théâtre et de l'amusement puisqu'on lui doit la première piscine parisienne, le Moulin Rouge, les montagnes russes, l'Olympia. Lorsque Albert Chauvin, fils de préfet débarque à Paris, il est fasciné par les idées d'Oller. Bien plus diplomate et instruit que lui, ce jeune et très bel homme l'aide à remettre en place et à développer l'entreprise du pari mutuel. Mais Oller refusera d'en faire son associé et ces deux passionnés vont se battre pendant trente ans sur le même terrain de jeu, les courses et le monde du spectacle. Le roman de Donner c'est surtout l'histoire de cette guerre pour la plus grande renommée, la plus grande fortune dans ce monde du jeu où la presse corrompue s'affronte, où les riches font profit sur le dos des pauvres parieurs, où la passion devient folie. " Il ne sait pas à quoi jouent les hommes quand ils montent sur scène, ou dépensent leur argent aux courses. On dit qu'ils s'oublient, s'évadent, c'est tout ce que Joseph ne sait pas faire. En ce sens, Albert lui ressemble." C'est un roman très instructif sur le monde des courses hippiques, passionnant par le caractère des personnages. L'auteur, adepte de ce monde, sait nous faire vivre le frisson des champs de course, nous faire vibrer de cette passion du jeu mais surtout nous passionne grâce à l'arrogance et la folie de Joseph Oller et Albert Chauvin. J'avais beaucoup d'à priori avant d'entamer cette lecture et je fus agréablement surprise par la fluidité du récit et par la vivacité de cette histoire dans un monde particulier qui ne m'est pas étranger mais que je connais peu. C'est aussi tout un siècle d'histoire où l'on croise Eugène Sue, Henry Seymour, Toulouse Lautrec, Zola, Napoléon, De Gaulle avec la naissance de grands lieux parisiens.