Vous êtes ici

Nouilles froides à Pyongyang

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Jean-Luc Coatalem présente "La Part du fils"

Rentrée littéraire 2017 : Jean-Luc Coatalem présente "Mes pas vont ailleurs"

Philippe Hayat présente "Où bat le coeur du monde"

Morgan Sportès présente "Si je t'oublie"

Jean Védrines présente "Âge d'or"

Éléonore Pourriat présente "Histoire d'Adrian Silencio"

Nathalie Sauvagnac présente "Les Yeux fumés"

Abdourahman Waberi présente "Pourquoi tu danses quand tu marches ?"

Blandine Rinkel présente "Le Nom secret des choses"

Gil Bartholeyns présente "Deux kilos deux"

A lire aussi

19 Novembre 2019

Finaliste cette année des prix Goncourt et Renaudot, Jean-Luc Coatalem se voit aujourd’hui récompensé du prix Jean Giono pour La Part du fils...

08 Novembre 2017

Ce mercredi 8 novembre, le prix Femina essai a été attribué au récit de Jean-Luc Coatalem, Mes pas vont ailleurs (Stock) inspiré par la figure de l...

18 Octobre 2017

À quelques jours du lancement de la Foire du Livre de Brive qui se tiendra du 10 au 12 novembre, le lauréat du Prix de la langue française a été...

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Antoine_B
3.05
10 Juin 2017
Publié sur
Comme de nombreux contributeurs je n'ai vraiment pas apprécié ce livre. Le ton est extrêmement condescendant, on ne ressent pas de sympathie pour l'auteur qui semble ne pas vouloir comprendre que si l.....
fabybouv
3.05
22 Mai 2017
Publié sur
Le livre de Jean-Luc Comtalem est un livre qui nous apprend beaucoup de choses sur ce pays qui est la Corée du Nord. Nous ne connaissons quasiment rien de ce Pays. En effet l'écrivain nous explique à .....
marsouche
3.05
15 Mai 2017
Publié sur
J'ai tant attendu de ce livre que j'en ai un peu été déçue... certes, j'ai découvert de nombreuses choses, à savoir comment les gens vivent en Corée de Nord, ce pays de la pensée unique où personne ne.....
Isabelle.I
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Nul n'entre en Corée du Nord, le pays le plus secret de la planète et surtout pas les journalistes. Sauf Jean Luc Coatalem qui se fait passer pour un agent de voyage en recherche d'un circuit touristique ! Débute alors un périple sous haute surveillance, ponctué de parades militaires et autres défilés en l'honneur du leader " bien aimé ". Un récit qui pourrait être drôle, s'il ne dévoilait pas une réalité aussi dramatique. A lire.
Alain.P
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Penser qu'il puisse exister des êtres humains ayant un tel mode de vie et un tel conditionnement est tout simplement effrayant pour la sécurité du monde entier.
Manon.B
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
J'avais lu beaucoup de bien de ce livre, j'ai été déçue: je n'y ai pas trouvé grand intérêt si ce n'est un sentiment d'étrangeté, la Corée du Nord ressemble à un pays qui n'existe pas et - anecdotique mais ça m'a énervée tout du long - le prénom improbable de l'ami du narrateur qui fait qu tout ça avait un air irréel . Je me suis félicitée de ne pas l'avoir acheté, je l'ai emprunté à la formidable médiathèque de Carantec, que je recommande à tous !!!
zazy.m
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Jean-Luc Coatalem, rédacteur en chef adjoint à Géo a-t'il eu envie de jouer les G.O. en Corée du Nord ? Jeu de mots très facile, j'en conviens, mais vous me connaissez, je ne sais résister. C'est sous le projet fallacieux d'un potentiel touristique formidable en Corée du Nord que l'auteur obtient le fameux sésame pour pénétrer le pays le plus fermé au monde. Son ami Clorinde se joindra à lui. Voyage ubuesque, qu'il détaillera sur un petit carnet caché dans la doublure de sa valise fermée par un code et écrit dans les toilettes. Il va découvrir une prison à ciel ouvert, un pays plus qu'exsangue ou la malnutrition fait des ravages, mais... on ne le lui montrera pas. Il visitera, entre autre joyeuseté, un studio de cinéma avec des rues grandeur nature. J'ai eu l'impression tout au long de ce livre que c'était cela ce pays, un studio de cinéma où le scénario est écrit, où les acteurs guides récitent leur texte appris par cœur, où la voiture ne peut dévier d'un iota, où Jean-Luc Coatalem et son ami sont prisonniers dans leur hôtel dès la fin du dîner. Surtout ne pas changer de ce qui est prévu et les Kim, c'est ainsi qu'il a nommé leurs guide, chauffeur et surveillant des deux autres (mais se surveillent mutuellement). Ils auront, durant leur séjour, leur comptant de doctrines, de bourrage de crâne, de courbettes devant les portraits des Kim-Il-sung, Kim Jong-Il, Kim-Jong-Un (cités dans l'ordre de l'apparition dans la vie, à savoir, le grand-père mort et déifié, le fils mort depuis ce voyage et certainement tout autant déifié et le petit-fils qui règne sur son " bon peuple ". Je doute que le petit dernier, bien qu'élevé dans des écoles privées suisses, fasse entrer un brin de liberté de peur de faire s'écrouler le colosse aux pieds d'argile. Jean-Luc Coatalem savait très bien, en allant en RPCN que liberté est un mot et une façon de vivre interdits, mais la réalité dépasse la fiction. Quelques avantages :il n'y a pas de bouchons sur les routes. Vous aurez l'impression de revenir de la planète Mars pour beaucoup moins cher et en moins de temps ou d'une remontée dans le temps. Mince, il faut positiver ! Question gastronomie, entre les nouilles froides même pas bonnes, la soupe à la grimace et les couleuvres qu'on leur fait avaler, sans compter les brouets qu'on leur fait manger aux repas, il y a mieux, beaucoup mieux. Heureusement, les livres qu'ils ont apportés avec eux leur permettre de supporter le néant. A ce sujet, j'ai beaucoup aimé le passage du livre laissé dans la poubelle de sa chambre. J'ai souri à l'écriture quelque fois caustique, mais je souriais jaune (non, pas de jeux de mots, je serai stoïque malgré l'envie) en pensant à ces millions de coréens, dont le lavage de cerveau permanent commence dès le plus jeune âge, qui supportent au quotidien les folies kimiesques. Jean-Luc Coatalem est un très bon guide puisqu'il réussit à nous intéresser à ce pays fantomatique et non fantasmagorique. Il termine son livre par " Faut-il rire ou bien pleurer ? " Rire jaune sûrement. Cela me rappelle un voyage en URSS à Leningrad, c'était les noms à l'époque. Le soir, nous étions en juin, nous sommes allés nous promener. Une ambulance nous suivait partout. Pratique si vous vous cassez la figure ou vous vous perdez !!!
sebastien.b
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Je voudrais pas vivre la bas et la France n'est pas si mal sans son gouvernement et son président. Mais on va finir comme eux si ça continue.
Françoise.T
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Le narrateur et son ami Clorinde vont passer une dizaine de jours en Corée du Nord en tant que représentants d'une agence touristique française. Aussitôt arrivés ils sont obligés de suivre le programme que leur concocte un guide interprète puis deux, surnommés Kim 1 et Kim 2. Ils vont de désillusions en désillusions. Rien à voir dans ce "paradis rouge" si ce n'est le mausolée du Leader Kim Jong-il et tout est construit à sa gloire comme si tout le passé historique de ce beau pays a disparu depuis son accession au pouvoir. Une réécriture de l'histoire en quelque sorte. Guère tentant de faire un si lointain voyage pour si peu.
zazy.m
4/5
05 Octobre 2015
Publié sur
C’est sous le projet fallacieux d’un potentiel touristique formidable en Corée du Nord que l’auteur obtient le fameux sésame pour pénétrer le pays le plus fermé au monde. Son ami Clorinde se joindra à lui. Voyage ubuesque, qu’il détaillera sur un petit carnet caché dans la doublure de sa valise fermée par un code et écrit dans les toilettes. Il va découvrir une prison à ciel ouvert, un pays plus qu’exsangue ou la malnutrition fait des ravages, mais on ne le lui montrera pas. livre suréaliste