Vous êtes ici

On ne voyait que le bonheur
Paru le: 
20 Août 2014
Format :
130 x 205 mm
360
Ean : 
9782709647465
Prix : 
19.00 €
Ean numérique: 
9782709647847
Prix numérique: 
7.49 €
« Une vie, et j’étais bien placé pour le savoir, vaut entre trente et quarante mille euros.
Une vie ; le col enfin à dix centimètres, le souffle court, la naissance, le sang, les larmes, la joie, la douleur, le premier bain, les premières dents, les premiers pas ; les mots nouveaux, la chute de vélo, l’appareil dentaire, la peur du tétanos, les blagues, les cousins, les vacances, les potes, les filles, les trahisons, le bien qu’on fait, l’envie de changer le monde.
Entre trente et quarante mille euros si vous vous faites écraser.
Vingt, vingt-cinq mille si vous êtes un enfant.
Un peu plus de cent mille si vous êtes dans un avion qui vous écrabouille avec deux cent vingt-sept autres vies.
Combien valurent les nôtres ? »
À force d’estimer, d’indemniser la vie des autres, un assureur va s’intéresser à la valeur de la sienne et nous emmener dans les territoires les plus intimes de notre humanité.Construit en forme de triptyque, On ne voyait que le bonheur se déroule dans le nord de la France, puis sur la côte ouest du Mexique. Le dernier tableau s’affranchit de la géographie et nous plonge dans le monde dangereux de l’adolescence, qui abrite pourtant les plus grandes promesses.
 

à voir

Ajoutée le 4 Octobre 2018

Jeune prodige de la littérature allemande, comparé à rien de moins que John Irving, Benedict Wells vient d’arriver dans les librairies françaises avec La Fin de la solitude (Le Livre de Poche).

Ajoutée le 1 Octobre 2018

De l'immédiat après-guerre jusqu'à l'adoption du mariage pour les personnes de même sexe en 2015 par referendum, Les Fueurs invisibles du coeur de John Boyne suit les aléas de

Ajoutée le 17 Juillet 2018

En un seul roman paru en France, Les Portes du néant, Prix du meilleur livre étranger, Samar Yazbek a su rendre nécessaire son regard sur la guerre en Syrie et son absurdité.

Ajoutée le 8 Janvier 2018

C'est lors d'un voyage au Ghana où elle est née et qu'elle a quitté à l'âge de deux ans que Yaa Gyasi a senti germer le point de départ de ce qui allait devenir son premier roman, No home.

Ajoutée le 10 Novembre 2017

C'est à partir d'une situation personnelle que la romancière argentine Inès Fernandez Moreno a trouvé la matière de son roman Le ciel n'existe pas (JC Lattès).

Ajoutée le 12 Septembre 2017

Après nous avoir régalés avec un roman "domestique" dans l'univers des concours de pâtisseries, La meilleure d'entre nous, la jeune auteure britannique Sarah Vaughan s'est imposée dans notr

Ajoutée le 24 Août 2017

Son éditeur français, Joachim Schnerf, nous présente ici ce roman magistral au coeur d'une société post-attentat qui interroge le sens du deuil collectif et du deuil intime. 

 

N.S

Ajoutée le 24 Août 2017

En plein Midwest, un accident de voiture va bouleverser la vie des habitants d'une petite bourgade. Baird Harper a l'art de saisir l'instant où des vies basculent avec une dramaturgie virtuose et subversive. 

 

N.S 

 

Ajoutée le 18 Août 2017

Ça commence comme un film de Claude Chabrol, un drôle de huis clos où les personnages se scrutent sans parvenir à se lire et ça vire au roman policier aveugle.

Ajoutée le 3 Août 2017

Alors qu'il pensait trouver calme et sérénité dans la solitude d'une mission spatiale, Jakub voit sa vie tomber en lambeaux quand son épouse le quitte par écrans interposés.

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

Rentrée littéraire : Inès Fernandez Moreno présente "Le ciel n'existe pas"

Sarah Vaughan nous raconte comment est né "La Ferme du bout du monde"

Rentrée littéraire 2017 : "Vous n'êtes pas venu au monde pour rester seuls" d'Eivind Hofstad Evjemo

Rentrée littéraire 2017 : "Demain sans toi" de Baird Harper présenté par Jean Mattern

Rentrée littéraire 2017 : Katie Kitamura présente "Les Pleureuses"

Rentrée littéraire 2017 : Jaroslav Kalfar présente "Un astronaute en bohême"

A lire aussi

05 Février 2019

Après La Femme qui ne vieillissait pas l’an dernier, Grégoire Delacourt sera de retour en librairie le 20 février avec un nouveau roman. Dans...

30 Janvier 2019

Réédité chez Stock avec l’affiche du livre en couverture, Si Beale Street pouvait parler de James Baldwin fait l’objet d’une...

20 Décembre 2018

Passées les fêtes et accueillie la nouvelle année, il nous faut remettre le pied à l’étrier mais pas sans quelques bonnes lectures, pour sûr...

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
rapha511
18 Juillet 2017
Publié sur
Description sensible et précieuse d'une vie et de son coût à défaut de l'élaboration des coups... Grégoire DELACOURT établit sa liste de petites choses qui fait la vie... à travers ANTOINE quadragénai.....
claudia
03 Juillet 2017
Publié sur
À force d'estimer, d'indemniser la vie des autres, un assureur va s'intéresser à la valeur de la sienne et nous emmener dans les territoires les plus intimes de notre humanité. Construit en forme de t.....
Blog_Bouquiner
26 Mai 2017
Publié sur
Avec ce roman, Grégoire Delacourt, nous entraîne très loin et très profondément. Je me suis pris la violence de la vie d'Antoine en plein coeur, on ne peut qu'en ressortir bouleversé lorsqu'on tourne .....
Vincent.G
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Allez je ne vais pas vous la faire trop longue, … vous avez aimé (adoré ?) l’Ecrivain de la Famille ? Un peu moins ‘La Liste des Mes Envies’ et ‘La Première Chose que l’on regarde’ ? Alors vous allez adorer ‘On ne ne voyait que le Bonheur’. D’une délicatesse infinie, le dernier Delacourt est un bijou. D’une tristesse et d’une mélancolie sans fin, l’auteur nous brosse le portait de toutes nos petites lâchetés, celles du quotidien, celles de bien avant et celles de longtemps après. C’est précis, c’est expurgé des travers habituels de l’auteur (exit les références aux pop stars et autres acteurs ), c’est délicat , c’est fin et c’est très très beau. C’est le genre de bouquin qu’on achète comme un défi (« allez comme ça je les aurais tous lu » ) et puis au final on en sort sur le cul . Une bonne claque ! Ah si tiens juste un truc, contrairement au 4ème de couv. assez peu parlant, il y a une vraie histoire et un vrai parti pris sur la construction (3 parties / très courts chapitres ) . ça défile , ça déboite, on se prende deux baffes par ci, trois par là. On est un peu groggy. On en re-demande. Mais il est temps de repartir au combat. De la Vie. La Vraie. Cette fois - ci. Dis Papa, pourquoi il pleut ?
Audrey.T
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Comment vit-on quand on se construit avec un manque d'amour ? Quel père devient-on quand ses propres parents ne savent pas à quoi ça sert d'aimer ? Antoine, assureur, n'a pas trouvé les bonnes réponses, pas avant de commettre un ultime acte d'amour. Ce roman est son histoire, celle d'un enfant abandonné, qui grandit sur du vide et qui pense que tout doit s'arrêter avec sa lâcheté. Cette lecture nous cueille en plein cœur, elle nous émeut et nous hante, tant son ambivalence est grande. Rien ne peut justifier l'acte terrifiant d'un père, mais le pardon est peut être possible... Il est difficile d'écrire sans trop en dévoiler, mais lisez ce nouveau Delacourt, il ne peut pas vous laisser indifférent !!!
Marion.C
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Antoine est expert automobile, depuis des années, il décide du sort de ses clients et ainsi de leur avenir... Antoine se cherche, se demande si le bonheur existe, s'il sert réellement à quelque chose. Son enfance fut difficile, une mère absente et là une femme qui l'abandonne... Antoine décroche! Quand tout va mal, jusqu'où peut-on aller? Sans en dire trop,ce livre est difficile à décrire, on est très vite plonger dans la vie d'Antoine, dans ses malheurs, dans son mal être. Un livre touchant et poignant! Encore un beau Delacourt!

à découvrir