Vous êtes ici

L'éternité n'est pas de trop

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Imprimer la page

à voir

Lire et écrire avec Sophie Rouvier

Questions de lecteurs avec Laurent Gounelle

L'interview Toute première fois avec Rachida Brakni

Lire et écrire avec Serena Giuliano

Lire et écrire avec Julia Malye, auteure de "La Louisiane"

Questions de lecteurs avec Aurélie Tramier

Lire et écrire avec Gilles Marchand

Questions de lecteurs avec Maria Larrea, auteure de "Les gens de Bilbao naissent où ils veulent"

Lire et écrire avec Cédric Sapin-Defour, auteur de "Son odeur après la pluie"

Lire et Ecrire avec avec Marc Alexandre Oho Bambe : entre poésie, musique et paternité

A lire aussi

Dans La gosse , paru chez Grasset fin mars, Nadia Daam parle de sa relation avec sa fille qu’elle élève seule. Monoparentalité, adolescence,...
« Rapatriement » d’Eve Guerra chez Grasset, Prix Goncourt du premier roman 2024

14 Mai 2024

Eve Guerra reçoit le Prix Goncourt du premier roman 2024 pour son livre Rapatriement , publié chez Grasset.

02 Mai 2024

Julien Sandrel, l’auteur de best-sellers dont La Chambre des merveilles , adapté au théâtre et au cinéma l’an dernier, publie son...
ninon16
3.98
08 Juin 2017
Publié sur
l'éternité n'est pas de trop est un roman qui m'a été offert par quelqu'un de ma famille il y a de cela un moment, et je l'en remercie car la plume de François Cheng aura été une excellente découverte.....
cedratier
3.98
04 Juin 2017
Publié sur
« L'éternité n'est pas de trop » François Cheng (Poche, 246p) Un roman étrange, envoûtant, exotique, lent, lent, mais qui nous embarque néanmoins… Au XVIIe siècle en Chine, sous le régime finissant .....
SergePlennevaux
3.98
21 Mars 2017
Publié sur
Comme un paysage saharien ...un appel à la transcendance ...

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Anonyme
Anonyme
5/5
22 Décembre 2021
Publié sur
Cete histoire d'amour, aussi courtois qu'impossible, que raconte François Cheng, est "l'histoire d'une passion tardive, fondée sur le coeur et les sens, mais qui relève aussi de l'esprit". Au XVIIème siècle, à la fin de la dynastie Ming, un homme, non encore arrivé à l'état de détachement, entreprend de quitter le monastère, lieu de paix et de silence où il réside, pour retrouver, 30 ans après, la seule femme qu'il ait jamais aimée. C'est une approche très fine de la sensibilité féminine, avec une réflexion sur la place de la femme, ses sentiments, sa beauté, son corps, son charme et une méditation sur l'essence même de l'amour. Un très beau livre, tout en profondeur, que le poète François Cheng édifie peu à peu. S'y ajoute une recherche spirituelle où la pensée chinoise apporte une belle contribution à la sagesse humaine. Un roman envoûtant. A lire !
Portrait de Anonyme
Anonyme
5/5
22 Décembre 2021
Publié sur
Sous la dynastie Ming, Dao-Sheng vit dans un monastère taoïste où il pratique la médecine traditionnelle et la divination. Il quitte un jour ce monastère pour rejoindre un temple bouddhiste et y exercer son art. Tout près de là vit Lan-Ying, qui est devenue l'épouse légitime de Deuxième Seigneur Zhao, mais qui pour Dao reste la femme qu'il a toujours aimé depuis le jour où leurs regards se sont croisés dans une troupe de théâtre. Mariée par raison, elle avait alors disparu de sa vie mais pas de son coeur. L'intuition et l'amour de Dao-Sheng, son désir profond d'unir leurs destinées, vont le rapprocher d'elle ; l'art médical qu'il exerce et la maladie rare dont elle est atteinte vont les réunir. Les amants épris de passion et d'absolu se retrouvent mais la société leur interdit d'échanger un regard, une parole ou un geste jugés trop intimes. L'écriture de François Cheng est admirablement limpide, le récit épouse le cycle des saisons dans une suite de tableaux poétiques et subtils qui exaltent la beauté dans toute sa pureté et nous offrent l'image d'un amour infini et tout-puissant qui n'est pas celui des corps mais celui des âmes et qui accède à la plénitude dans ce merveilleux "Chant pour l'aimée" : "Laisse-moi pénétrer ton jardin comme un rayon de Lune. Il éclairera tout sans rien bousculer. Il effleurera les êtres qui y vivent, ayant souci cependant de laisser les échos, les parfums et les mouvements poursuivre leur élan, tout de fraîcheur innocente.[...] Crois-moi, je saurais te suivre. J'aurai toute la patience exigée. L'éternité n'est pas de trop pour que je te rejoigne."