Vous êtes ici

À sept ans, Édouard écrit son premier poème, quatre rimes pauvres qui vont le porter aux nues et faire de lui l’écrivain de la famillle. Mais le destin que les autres vous choisissent n’est jamais tout à fait le bon ... Avec grâce et délicatesse, Grégoire Delacourt nous conte une histoire simple, familiale, drôle et bouleversante.

Un texte délicat, écrit sourire en coin. [...] l’auteur dit la difficulté de s’extirper des rêves que les autres ont formulés pour vous, d’échapper à l’identité qu’ils vous ont assignée. ça ne l’empêchera pas de devenir écrivain. Mais en cessant de laisser la vie et les autres décider à sa place. Raphaëlle Leyris, Le Monde des livres.

à voir

Ajoutée le 4 Février 2019

Véronique Olmi n’avait jamais entendu parler de Joséphine Bakhita (1869-1947) jusqu’à ce jour, il y a quelques années, où elle tombe nez à nez avec son portrait dans une petite église de Langeais. "Ça m’a complètement immédiatement bouleversée.

Ajoutée le 28 Janvier 2019

En des temps reculés mais finalement pas tant que ça, on a jugé des animaux. Du XIIe au XVIIIe siècle en gros, en France et dans toute la chrétienté, ont pu défiler à la barre, veaux, vaches, cochons...

Ajoutée le 25 Janvier 2019

Après un roman consacré à décrire de manière clinique et hallucinée les 36 heures de dérive meurtrière ayant abouti au meurtre de Sharon Tate et un essai où il questionnait la transmission littéraire de son père, poète surréaliste, Simon Liberati semble s’autoriser avec

Ajoutée le 16 Janvier 2019

Toujours plus concerné par la préservation des territoires sauvages, le jeune romancier Niels Labuzan a de nouveau posé ses valises en Afrique après un premier roman consacré à l’histoire de la Namibie, Cartograph

Ajoutée le 10 Janvier 2019

Après avoir tenu le journal d'un père en devenir suite à la grossesse de sa femme dans In utero (Au Diable Vauvert / Le Livre de Poche), l'écrivain voyageur Julien blanc-Gras pose une nouvelle fois ses valises au plus près

Ajoutée le 7 Janvier 2019

Écrire le Taxi driver des années 2015-2017... Faire un contrepied à tout ce qui se dit sur la jeunesse des quartiers populaires... Inventer une langue nouvelle pour raconter cette histoire...

Ajoutée le 22 Octobre 2018

En accueillant un jeune réfugié chez elle pendant un an, Émilie de Turckheim avait déjà fait un geste certain.

Ajoutée le 19 Octobre 2018

Il y a dix ans lors de sa création, la maison Audiolib faisait un pari sur l'avenir : conquérir un public varié et exigeant, rendre la littérature accessible à tous et en toutes circonstances à travers un catalogue résolument moderne mêlant classiques, romans français et étrangers.

Ajoutée le 4 Octobre 2018

Quand elle s'est lancée dans l'écriture de Tous les hommes désirent naturellement savoir (JC Lattès), Nina Bouraoui envisageait ce livre comme un roman sur la mère.

Véronique Olmi présente "Bakhita"

Oscar Coop-Phane présente "Le Procès du cochon"

Simon Liberati présente "Occident"

Niels Labuzan présente "Ivoire"

Julien Blanc-Gras présente "Comme à la guerre"

Mahir Guven présente "Grand frère"

Émilie de Turckheim présente "Le Prince à la petite tasse"

Audiolib : retour en images sur la soirée des 10 ans et la remise du prix 2018

Nina Bouraoui présente "Tous les hommes désirent naturellement savoir"

Serge Bramly présente "Pour Sensi"

A lire aussi

04 Mars 2019

Un peu plus d’un mois après l’annonce officielle de son prochain roman, La Vie secrète des écrivains , prévu le 2 avril chez Calmann-Lévy...

21 Février 2019

Couleurs de l’incendie, suite du chef d’œuvre de Pierre Lemaitre Au revoir là-haut récompensé du Prix Goncourt en 2013, est désormais...

18 Février 2019

Un peu plus d’un an après Les Loyautés , Delphine de Vigan reviendra en librairie le 6 mars prochain avec Les Gratitudes (JC Lattès) explorant...

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
sld09
3.41
28 Juin 2017
Publié sur
J'ai bien aimé ce roman plein de sensibilité même si le narrateur reste trop à distance à mon goût. En plus, il a une vision pessimiste de la vie. J'ai donc trouvé très dommage qu'il interrompe le rom.....
FLaureVerneuil
3.41
10 Juin 2017
Publié sur
On parcourt la vie d'Edouard avec les nombreux malheurs et les quelques moments de bonheur dans des chapitres courts qui donnent le rythme à la lecture. Quand on referme le livre, on lui souhaite, à 3.....
rolandm1
3.41
25 Mai 2017
Publié sur
Est-ce une autobiographie romancée, ou simplement une histoire inventée par l'auteur, on ne le sait pas vraiment. Le livre m'a apprivoisé, certains passages m'ont interpelé. Certes ce n'est pas un c.....
Françoise..
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
" Un enfant prodige est un enfant dont les parents ont beaucoup d'imagination " (Jean Cocteau) C'est en ces termes que pourrait se décrire la trame de notre histoire. Que ce soit par le dessin, la danse, le chant, la musique ou le sport,... il suffit de peu de choses pour que nous, parents, nous extasiions sur les prouesses de nos rejetons. Bon nombre d'enfants à un moment donné de leur enfance ont provoqué ce sentiment de fierté chez leurs parents. Mais dans le cas d'Edouard, notre narrateur, petit garçon de 7 ans au moment des faits, cet émerveillement va se voir poussé à l'extrême. Auteur de 4 pauvres rimes, l'enfant va se voir propulsé au rang d'écrivain de la famille, ses parents le qualifiant même de " Rimbaud de 7 ans ". Edouard va cependant vite connaître la déchéance et se rendre compte qu'il n'est pas un écrivain. Voulant satisfaire ses parents, il tentera maintes fois de coucher ses mots sur le papier mais en vain. Grégoire Delacourt, dans ce roman mêlant fiction et autobiographie, nous emmène au cœur d'une famille déchirée. A travers des chapitres courts, il nous fait revivre la vie d'Edouard à travers les années 70, 80 et 90. De ses premières rimes à ses nombreux succès publicitaires, où il se perd parfois trop longtemps... Si j'ai totalement accroché au thème de fond de son récit, son " emballage " m'a plutôt déçu... Un comble pour un publicitaire. Un style répétitif, lent, décousu, parfois " mou " où le personnage principal est peu attachant et ne m'inspirait aucun sentiment. Je me suis même étonnée à ressentir plus de compassion pour les personnages secondaires tels son père ou son frère qui sont très touchants. Au final, je garderai de ce roman un sentiment mitigé. Peut-être en attendais-je trop au vu des nombreuses critiques fort élogieuses glanées çà et là. N'aimant pas rester sur une impression négative, ceci ne m'empêchera pas de découvrir très rapidement les deux autres romans de notre auteur.