Vous êtes ici

Leçons de conduite

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Michèle Fitoussi présente "Janet"

Jean-Daniel Baltassat présente "La Tristesse des femmes en mousseline"

Vanessa Schneider présente "Tu t'appelais Maria Schneider"

Franck Courtès raconte son parcours dans "La dernière photo"

"Le Journal d’Anne Frank" : découvrez le roman graphique magistral d’Ari Folman et David Polonsky

Avec Mathias Malzieu dans les coulisses de son "Journal d'un vampire en pyjama"

Rentrée littéraire 2017 : Erik Orsenna présente "La Fontaine, une école buissonnière"

Christophe Beaugrand nous parle de "L’Eloge de la loose" (En dessins !)

Rentrée littéraire 2016 : Ghislaine Dunant présente "Charlotte Delbo, la vie retrouvée"

Agathe Natanson : rencontre autour de "L’Art de ne pas être grand-mère"

A lire aussi

18 Novembre 2019

Patrick Modiano et Pierre Le-Tan ont entretenu une amitié de quarante ans jusqu’au décès de ce dernier le 17 septembre dernier. Initié dans les...

13 Novembre 2019

Attendu sur Netflix le 27 novembre en exclusivité, le nouveau film-événement de Martin Scorsese The Irishman - avec un casting époustouflant dont...

24 Octobre 2019

Tout juste un an après ses émouvants Munkey diaries , premier volume de ses mémoires d’adolescente et de jeune femme courant de 1957 à 1982,...

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
keisha
3.00
29 Février 2012
Publié sur
Agrégé de philosophie, écrivant les discours de sa ministre de tutelle, puis travaillant à la BERD à Londres, Gaspard Koenig n'en a pas moins vécu de durs moments à essayer d'obtenir son permis de con.....
(M.) Dominique.L
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Gaspard Kœnig est ce que l'on appelle une tête d'œuf : normalien ès lettres, agrégé de philosophie, plume d'un ministre, début de carrière dans la banque... Oui mais voilà, il a un mal de chien à passer son permis de conduire, le code çà va mais la conduite... Dix ans, une suite lamentable d'échecs, à Paris, à New York, à Londres ! D'une écriture alerte, il nous conte cette aventure, les auto-écoles, les formateurs, les examinateurs ; il philosophe sur l'homo ductor, il compare les sociétés française et britannique sous l'angle du permis de conduire, étatisme vs libéralisme ; il s'interroge sur la liberté du citoyen dans sa voiture, les (innombrables) leçons de conduite deviennent leçons de vie pour le jeune yuppie qu'il est, peu habitué à la promiscuité du peuple et encore moins coutumier de l'échec... Bref, c'est enlevé, amusant, ironique et le lecteur (qui a son permis) jette un regard condescendant sur cet albatros " que ses ailes de géant [l'] empêchent de marcher. "