Vous êtes ici

Le dernier roi d'Angkor

Onglets livre

à voir

Jean-Luc Coatalem présente "La Part du fils"

Aurélie Valognes présente "La Cerise sur le gâteau" en poche

Philippe Hayat présente "Où bat le coeur du monde"

Morgan Sportès présente "Si je t'oublie"

Jean Védrines présente "Âge d'or"

Éléonore Pourriat présente "Histoire d'Adrian Silencio"

Nathalie Sauvagnac présente "Les Yeux fumés"

Abdourahman Waberi présente "Pourquoi tu danses quand tu marches ?"

Blandine Rinkel présente "Le Nom secret des choses"

Gil Bartholeyns présente "Deux kilos deux"

A lire aussi

19 Novembre 2019

Finaliste cette année des prix Goncourt et Renaudot, Jean-Luc Coatalem se voit aujourd’hui récompensé du prix Jean Giono pour La Part du fils...

10 Mars 2020

Si le Mazarine Book Day n’aura malheureusement pas lieu cette année, consolons-nous avec le premier roman publié de la lauréate de l’an...

05 Mars 2020

Alors que son dernier livre, L’Odeur de la colle en pot , sera disponible au Livre de Poche le 1er avril, Adèle Bréau sera de retour en...
sylvaine
2.87
18 Avril 2017
Publié sur
Une citation de Victor Segalen " On fit comme toujours un voyage au loin de ce qui n'était qu'un voyage au fond de soi" ouvre ce très beau roman de Jean-Luc Coatalem. Lucas , la trentaine bien pass.....
tantquilyauradeslivres
2.87
11 Décembre 2014
Publié sur
A travers la quête de ce jeune cambodgien qui durant deux années a partagé les réunions familiales, Lucas le narrateur part en quête de lui-même et du sens de la vie. Ces thèmes en plus de l'évocation.....
orno
2.87
16 Novembre 2012
Publié sur
j ai ete emballe lors de la premiere partie de ce roman dont la lecture etait plaisante la deuxieme partie ou le narrateur par au cambodge est moins reussi pour ma part. en effet j ai aime quand il ...
5
Publié sur

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de virginie.n
virginie.n
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
A l'aube de la quarantaine, Lucas se souvient de son enfance. Lui revient un visage familier, un petit garçon surnommé Bouk et originaire d'Angkor. Petit protégé de son grand père, un familier des pays asiatiques, il venait passer le week end dans la maison familiale avant de repartir à l'orphelinat. En grandissant, Bouk, révolté par sa condition, disparaît de la circulation, et la légende familiale veut qu'il soit reparti vers ses racines. A force de vouloir comprendre, "le rêve et le réel se confondent jusquà former un alliage", et Lucas part à la recherche de son "frère", d'abord en France, puis au Cambodge, à Angkor. S'entame alors une faille, une érosion de chaque jour où se mélangent espoir et résignation. Il ira jusqu'aux maisons sur pilotis sur les rives du Tonlé Sap, persuadé de saisir celui qui le hante. Au travers de cette quête, le narrateur se cherche aussi, notamment dans sa vie sentimentale: tout comme Bouk, les femmes lui échappent et restent sourdes à son projet. comme lui dit l'archéologue Fracard, rencontré sur les ruines cambodgiennes: "restaurer ce temple, c'était comme chercher quelqu'un: on avait des photos et des traces mais le reste s'est effacé. Même si nous possédions son empreinte." Tout au long du roman, on sent la patte du journaliste de Géo dans sa manière de décrire les lieux et les ambiances, à défaut de pouvoir fournir de superbes photos. La partie cambodgienne ressemble beaucoup à un "road movie" désespéré dans lequel les ruines d'Angkor la géante tente de lui rappeler un proverbe de là bas: "ce que tu trouves t'apprends ce que tu cherches". Finalement, Lucas se rend compte que "rien n'est plus beau que ce qu'on invente au fond". Cette aventure le fera mûrir, prêt à de nouvelles aventures, notamment celle de la fin, très belle, écrite comme un travelling avant de cinéma. Un livre bien écrit, dépaysant et porteur d'espoir.