Vous êtes ici

La Théorie des dominos

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Imprimer la page

à voir

Lire et écrire avec Sarah Vaughan

Lire et écrire avec R. J. Ellory

Lire et écrire avec Camilla Grebe

Les lectures de Guillaume Musso

Donna Leon : "Je ne sais jamais comment mes livres vont se terminer !"

Donato Carrisi livre les secrets de "Malefico"

A lire aussi

"La Lisière" : le nouveau roman de Niko Tackian en librairie le 1er mars

23 Février 2023

Figure incontournable du thriller français, Niko Tackian est de retour en librairie.

13 Janvier 2023

Vous aimez la famille Addams ? Vous avez adoré la série Mercredi diffusée sur Netflix ? Cette sélection de 10 livres spécial Mercredi Addams...
"Ego" de Maxime Girardeau : des NFT collectors offerts aux 50 premiers lecteurs

09 Février 2022

Les NFT s'invitent en littérature ! Les éditions Fayard innovent en en offrant un collector aux 50 premiers lecteurs d' Ego , le nouveau...
Malthazobeth
4.02
31 Janvier 2017
Publié sur
Bon suspense. L'auteur à travers l'histoire nous amène à réfléchir sur un futur sans pétrole...
Patpepette
4.02
10 Janvier 2017
Publié sur
Cela fait un certain temps que ce livre est dans ma PAL. Il m'a été conseillé par une amie car je suis adepte des romans d'anticipation, post apocalyptiques… Je ne pouvais pas tomber mieux. Le résumé.....
Cefra
4.02
24 Septembre 2016
Publié sur
Thriller formidable. Jamais un livre ne m'avait autant stressé. Ce livre nous confronte à la violence "ordinaire" de notre société, à notre mode de vie assisté et à toutes nos dépendances..... On .....

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Anonyme
Anonyme
4/5
22 Décembre 2021
Publié sur
Un thriller solide, efficace, assez original qui tient en haleine jusque tard dans la nuit (ou ... le matin). J'ai eu du mal à le refermer, j'y ai pensé entre deux lectures, j'ai ressenti de l'excitation à le rouvrir. Un très bon moment presque sans fautes..
Portrait de Anonyme
Anonyme
4/5
22 Décembre 2021
Publié sur
Le quatrième de couverture mentionne Robert Ludlum et Tom Clancy. Mais on rejoint aussi les livres d'anticipation d'apocalypse écologique, on pense ainsi au roman de Barjavel "Ravages" où l'électricité ne fonctionne plus, ou "Sécheresse" de JG Ballard où il ne pleut plus jamais sur Terre. Les similitudes sont nombreuses avec les thrillers paranoïaques. Le complot d'un groupe occulte éparpille la civilisation et vise à en récupérer et gouverner les restes. L'auteur assume parfaitement cette ascendance puisque le héros envisage un moment un méchant candidat maître du monde "caressant un gros chat" devant son écran de contrôle. Mais point ici de SMERSH , David n'est pas James Bond, il n'est pas non plus Jason Bourne. Sa petite folie personnelle ne l'empêche pas d'être un homme ordinaire. Comme le disait J.E.Hoover, le fait d'être paranoïaque n'empêche pas d'avoir des ennemis réels. C'est là tout l'intérêt du livre, sur une trame assez classique, l'auteur suit des personnes communes. S'ils peuvent se montrer héroïques, ce ne sont que des quidams qui se retrouvent confrontés à l'effondrement de la civilisation. Bien sur, lorsque l'ordre disparaît, les prédateurs s'en donnent à cœur joie. Bien sur l'égoïsme et la survie prennent parfois le pas sur l'humanité et la fraternité. Mais, mis à part certains loups, les gens semblent avant tout désireux de se préserver plutôt que d'assouvir de bas instincts. Personne ne se promène avec une pancarte "Méchant" ou "Gentil". Les personnages sont complexes, ambigus; jamais ils ne tombent dans le manichéen ou le caricatural, des gens normaux, tout simplement. Le déroulement du livre dans la déliquescence du monde civilisé est magnifiquement mené. Le titre "La théorie des dominos" est pertinent puisqu'il montre bien qu'il suffit que tombe un élément important pour que tout s'écroule dans une série implacable. La description que fait l'auteur de cette cascade laisse pantois. Tout y est réaliste, tout semble logique et bien qu'effarant, inéluctable. Les évènements et leurs conséquences sont menés et amenés finement. On sent le travail important de documentation mené. Même s'il transparait, il ne s'impose jamais en explications inutiles ou complexes. On suit tout particulièrement David, son épouse, ses enfants en plus des parties contextuelles. Le fait de mêler ces quatre récits, tous convergents, amène une diversité bienvenue qui agrémente la lecture et soulage, ou souligne, les moments intenses par d'autres plus calmes. David remplit le registre guerrier, son épouse le road-movie survival, clin d'œil à Romero inclus, leur fille l'angoisse de la victime traquée. Le contexte solide et plein de suspense influe ces différentes vies et relativise les évènements. On trouve un écho entre les aventures personnelles et le sort de l'humanité. Comme le dit l'auteur, le monde n'est qu'un corps et si on coupe le pétrole, ce corps n'a plus de sang pour l'irriguer. La construction en faisceaux convergents qui tend vers la réunion (ou pas?) de la famille est logique, annoncée et naturelle. La violence est assez présente dans ce livre. Il est par moment dur. La violence est donnée, vécue ou subie. Mais si l'auteur ne détourne jamais les yeux de la réalité lorsqu'elle est horrible, il ne s'y complaît jamais. J'ai trouvé le dosage parfait entre évocation et retenue. Cet aspect démarque le livre des auteurs cités. Tout comme la conclusion que je vous laisse découvrir, on y trouve toujours cet écho révélateur entre la situation du monde et celle de la famille. Bien qu'assez conséquent, le livre se lit rapidement. Enfin si, comme moi, vous cédez à la tentation de vous y plonger, happé par cette histoire incroyable mais si crédible. Jamais l'écriture ne vient arrêter cet élan, le style s'accorde bien aux personnages et aux situations, à la fois travaillé et naturel. Bien que riche, le vocabulaire reste toujours accessible. Le rythme est particulièrement maîtrisé : les phrases sont construites en descriptions et en contexte, courtes et incisives dans l'action, hachées et chaotiques dans la peur et l'horreur. Un seul élément m'a gêné tout au long de la lecture, à mon sens une faille majeure du scénario : Comment a-t-on pu laisser David survivre plus de deux mois à sa nuit à l'hôtel ? (vous comprendrez de quoi je parle après avoir lu le livre.). Sans cela, ce serait un coup de cœur. Conclusion: Un thriller solide, efficace, assez original qui tient en haleine jusque tard dans la nuit (ou ... le matin). J'ai eu du mal à le refermer, j'y ai pensé entre deux lectures, j'ai ressenti de l'excitation à le rouvrir. Un très bon moment presque sans fautes..