Vous êtes ici

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Questions de lecteurs avec Guillaume Musso

Lire et écrire avec Valérie Tong Cuong

Rentrée littéraire 2021 : François Bégaudeau présente "Notre joie"

"Né d'aucune femme" - Dans les coulisses de la version audio du roman de Franck Bouysse

L'interview Toute première fois avec Adrien Borne

Rentrée littéraire : les éditions Stock présentent leurs livres en vidéo

Rentrée littéraire : Nicolas Deleau présente "Des rêves à tenir"

Rentrée littéraire : Isabelle Carré présente "Du côté des Indiens"

Rentrée littéraire : Oriane Jeancourt Galignani présente "La Femme-écrevisse"

Rentrée littéraire : Maël Renouard présente "L'historiographe du royaume"

A lire aussi

"Écoute la pluie tomber" : Olivia Ruiz bientôt de retour en librairie

11 Mai 2022

Après le succès de La commode aux tiroirs de couleurs , Olivia Ruiz est de retour ce 11 mai en librairie avec un deuxième roman : Écoute la pluie...
Prix des Lecteurs U 2022 : Serena Giuliano récompensée pour "Luna"

15 Avril 2022

Serena Giuliano a reçu le Prix des Lecteurs U pour son roman Luna . Elle succède à Anne-Gaëlle Huon, lauréate 2021, avec son roman Les Demoiselles .
"Une vie possible" de Line Papin : être ou ne pas être mère

08 Avril 2022

Line Papin signe son retour à l'autofiction avec Une vie possible (Stock), où l'expérience de ses deux grossesses interrompues réveille son...
Cricri124
3.54
22 Janvier 2017
Publié sur
«Lorsque mon père est tombé, ma mère s'est éteinte.» Laurence Tardieu revient sur un événement qui a bouleversé le cours de sa vie et ses valeurs. le jour où son père, dirigeant de la compagnie Gé.....
fgatz
3.54
11 Août 2016
Publié sur
Un hymne à l'amour, vrai, pur. La lettre poignante d'une fille devenue femme à son père, cet inconnu pourtant si proche. Un roman qui m'a bouleversé, me renvoyant à ma propre histoire de manière si .....
SophieLesBasBleus
3.54
13 Juin 2015
Publié sur
Roman ? Récit autobiographique ? Lettre d'une fille à son père ? Je préfère lire "La confusion des peines" comme un cri d'amour éperdu à l'intention d'un père violemment devenu étranger. Peu impor.....

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Anonyme
Anonyme
4/5
23 Décembre 2021
Publié sur
Lors d'une rencontre organisée ce printemps notamment par Le Magazine littéraire, Laurence Tardieu a présenté un texte sur Patrick Modiano qu'elle admire, saisissant l'occasion pour "réfléchir à l'origine, chez sans doute nombre d'écrivains, de l'écriture, de ce qui la déclenche, la rend nécessaire, et qu' [elle formulera] dans un premier temps très simplement : On écrit parce qu'on ne peut pas dire. On écrit parce que le chemin qui va de soi à la parole ressemble à une route coupée : coupée par l'oubli, par la honte, par l'effroi, par la douleur ; par le passé qui ne passe pas ; et c'est bien le tour de force de l'écriture que de permettre, au terme d'un long tâtonnement, de par la traversée qu'elle opère, de mot en mot, fouillant de l'autre côté du silence, de ré-construire la route, d'ouvrir une voie (une voix) là où il n'y en avait plus." Nul doute que préparant le texte de sa très remarquable intervention (cf www.magazine-litteraire.com ), Laurence Tardieu fût encore tremblante de l'écriture de La Confusion des peines qui vient de paraître. Tout est dit dans ces quelques lignes, s'appliquant à la situation familiale par laquelle son monde s'écroule : "Mon père, un des directeurs de l'ex-Compagnie Générale des Eaux, a été condamné pour corruption à vingt-quatre mois de prison dont six mois ferme [...] Il a appris en janvier 2000 qu'il devait sans délai exécuter sa peine. En janvier, cette même année, ma mère [...] a su qu'elle était atteinte du tumeur au cerveau [...]" Voilà la parole coupée entre la fille et son père pour qui elle exprime sa passion depuis l'enfance. Le livre, discrètement intitulé roman, rétablit la liaison malgré que le père n'ait pas voulu qu'il soit écrit, du moins de son vivant. Le texte scande son amour filial, refusant de choir dans les trous noirs du silence, les comblant par les mots afin de réconcilier l'image du père admiré et celle de l'homme qui a inexplicablement failli à son éthique bourgeoise. Refermant ce (court) récit poignant, trois idées me viennent à l'esprit : si la communauté humaine rompait le silence familial, le tissu littéraire serait ajouré ; tous les parents n'ont pas la chance d'avoir un enfant écrivain ; enfin, après Un Temps fou, Laurence Tardieu me confirme son talent à explorer la passion, hier amoureuse, aujourd'hui génique. Elle entre, adoubée de sa fascination pour Modiano - elle a relu récemment tous ses livres, dans le carré de mes affinités littéraires.
Portrait de Jostein.S
Jostein.S
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Un superbe style
Portrait de Jostein.S
Jostein.S
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Un superbe style
Portrait de Jostein.S
Jostein.S
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
" Alors qu'on me laisse dans mes livres aller vers l'irracontable, pénétrer les espaces nocturnes au seuil desquels les mots sont restés faute d'avoir pu être prononcés, qu'on me laisse chercher là où la vie a enfoui, là où la vie a caché, c'est là que je veux aller, dans ces pays perdus, ces terres de non-dits, comme dans l'amour on cherche à rejoindre l'autre dans ce qu'il a de plus secret et que seul parfois le corps finit par livrer dans un cri que nul mot ne pourra jamais remplacer." Ce livre est une longue lettre de Laurence Tardieu à son père. Il émane du besoin de rompre le silence qui a toujours été une règle d'or de la famille. Le père, cadre important de la Compagnie Générale des Eaux, se voit inculper de corruption en 1996. Plus que de cette affaire, l'auteur a souffert du silence familial qui l'a suivie. Quelques années plus tard, son père passe ses nuits en prison et sa mère se meurt d'un cancer. Ainsi que lui dit son père, cette histoire de famille n'intéresse pas le lecteur et la première partie n'a obtenu mon attention que par la qualité du style. En seconde partie, j'ai apprécié le regard de l'auteur sur la société bourgeoise du XVI e arrondissement de Paris et surtout ses réflexions sur l'emprisonnement (thème cher à l'auteur). Dans ces prisons où "le dehors et le dedans ne se rejoignent jamais" et où l'homme est dépossédé de sa liberté, de son identité et de son temps. Par contre, j'adore le style de cette auteure qui sait dévoiler sa pensée. Elle alterne souvent les phrases courtes révélatrices de ses émotions et les longues envolées avec une successions d'appositions. J'aimerais beaucoup lire, à nouveau cette auteur, mais sur une œuvre de fiction. Mon roman préféré reste "Puisque rien ne dure".
Portrait de Anonyme
Anonyme
3/5
23 Décembre 2021
Publié sur
Je ne connaissais pas Laurence Tardieu et je ne sais pas si j'aurais envie de lire autre chose d'elle car ce " roman " qui pour moi est plutôt une lettre adressée à son père et indirectement parfois à sa mère décédée m'a laissée insensible et m'a même ennuyée pour être honnête.... Laurence Tardieu marquée par l'attitude de son père, haut dirigeant de la Générale des Eaux qui en 2000 était condamné à de la prison ferme pour corruption ressent le besoin de dire à celui-ci quels sentiments personnels ressortent de cette période (déception, honte parfois, mal être...) mais suivent aussi des digressions sur son enfance, ses manques affectifs, les non dits .... Le problème dans ce roman c'est que l'auteur revient sans arrêt sur les faits que nous avons pourtant compris (son père a fait de la prison pour corruption c'est enregistré !!!) ce qui donne un style lourd au texte. Alors bien entendu la démarche est touchante : écrire les sentiments que l'on n'a jamais pu exprimer, crier son amour à son père !!! J'aime beaucoup en général les déclarations d'amour qu'elles soient ou non posthumes mais tout le monde n'a pas le style de Jean-Louis Fournier malheureusement et dans ce roman l'impression de voyeurisme a pris le pas sur l'émotion pour ma part... Seul point intéressant : le débat sur la nécessité d'écrire pour raconter, comme une sorte d'exutoire... Je ne suis pas, je le reconnais, dans " l'air du temps " avec cette critique car ce livre semble plutôt être apprécié en général, mais c'est ce que j'ai ressenti aujourd'hui alors peut être qu'une relecture...plus tard... viendra modifier ma perception.... " J'ai cinq ou six ans.je suis dans l'eau avec toi. Est-ce la mer, est-ce une piscine ? Je ne sais pas. Je ne me souviens que de nos deux corps qui flottent, et toute cette eau autour, qui me paraît si vaste. Tu te retournes vers moi, tu me proposes quelque chose d'inédits : monter sur ton dos ".