Vous êtes ici

La chanson de Charles Quint

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Françoise Nyssen présente "Plaisir et nécessité"

Laetitia Colombani présente "Les Victorieuses"

Véronique Olmi présente "Bakhita"

Oscar Coop-Phane présente "Le Procès du cochon"

Simon Liberati présente "Occident"

Niels Labuzan présente "Ivoire"

Julien Blanc-Gras présente "Comme à la guerre"

Mahir Guven présente "Grand frère"

Émilie de Turckheim présente "Le Prince à la petite tasse"

Audiolib : retour en images sur la soirée des 10 ans et la remise du prix 2018

A lire aussi

Prix Roman Fnac 2019

10 Juillet 2019

Annoncée mercredi 10 juillet, la première sélection du Prix du Roman Fnac 2019 comporte 30 livres venus de tous les horizons. Parmi ceux-là, quatre...
Après deux premiers romans très remarqués, L’Éveil et Toni (Stock), la jeune Line Papin poursuit son chemin en littérature sous le regard...

19 Avril 2019

Après le succès phénoménal de La Tresse dès sa parution en grand format et encore actuellement en poche, Laetitia Colombani reviendra en librairie le...

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
MarieAnabel
3.08
08 Août 2015
Publié sur
Didn't like at all. It was nothing to do with my expectations and, instead of a nice surprise, it was so boring I had a hard time finishing it.....
ca72ro
3.08
18 Janvier 2015
Publié sur
Toujours une aussi belle écriture. Mais c'est un ouvrage que j'ai moins aimé que sa série sur la grammaire ou le Gulf Stream. La magie Orsenna n'aura pas marché sur moi cette fois ci malgré une toujou.....
lecassin
3.08
20 Janvier 2013
Publié sur
« La chanson de Charles Quint » : un titre qui ressemble à un abus de confiance : il n'est aucunement ici question de Saint-Empire romain germanique… pas plus que de Charles Quint… Rédigé à la manièr.....
5
Publié sur
5
Publié sur
sophie.m
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Ce qui surprend au premier abord c'est que les personnages ne sont pas prénommés. "Les prénoms sont partagés par trop de monde sur terre. Je préfère appeler les deux frères par leur manière d'aimer (...) un frère à l'amour morcelé et un frère à l'amour unique." Du coup, "la femme de l'amour unique" s'appelle "la cofondatrice et cogestionnaire quotidienne de l'amour unique. En d'autres termes, ma belle-sœur". Car le narrateur est le "frère ainé", celui qui ne pouvait aimer avant de rencontrer une femme tellement exceptionnelle qu'elle s'appelle "le soleil". Puis alors que l'on s'habitue, on se rend compte que ce qui est décrit comme un roman a beaucoup trop de parts autobiographiques : la description du président Mitterrand pour qui Orsenna a travaillé, d'un voyage dans les falaises des Dogons au Mali (là où Madame Bâ le personnage du roman éponyme vit ), et surement aussi dans la souffrance du deuil et de la perte de l'amour vécu par le narrateur. Je ne connais pas suffisamment sa vie pour juger mais Mr Orsenna a une façon de prendre le lecteur à parti très agréable. Exemple : "Si vous m'avez lu jusqu'ici, c'est qu'une sorte de fraternité nous rassemble." On sent la souffrance, on compati grâce à la pudeur de cet homme qui se cache derrière ces facéties. Car même si le sujet est grave, ce livre n'est pas triste. Enfin si vous cherchez la chanson de Charles Quint, c'est une chanson de la Renaissance, très mélancolique et appréciée par ce dernier. On apprend d'ailleurs qu'il aura passé 84 % de ses 25 ans de pouvoir hors d'Espagne (21 ans sur les routes).