Vous êtes ici

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

François Hollande : ses propositions pour « Répondre à la crise démocratique »

"Les Chances qu'il nous reste" en 4 grands enjeux par Erwann Menthéour

Anuna de Wever et Kyra Gantois clament "Nous sommes le climat"

François Taddei réagit à la démission de Nicolas Hulot

Julie Estève présente "Simple"

Sylvain Tesson présente "Éclats d'action" de Jean Mouzet

"Penguin Bloom" : un beau livre tendre et optimiste à mettre entre toutes les mains à Noël

Anne Nivat présente "Dans quelle France on vit"

A lire aussi

09 Janvier 2020

C’est la panique : la rentrée de janvier est déjà là et vous n’avez pas encore eu le temps de lire tous les livres de votre pile 2019...

10 Décembre 2019

Après un très sympathique et non moins indispensable guide de la maternité, les journalistes et amies à la ville Sidonie Bonnec et Marie Drucker nous...

27 Novembre 2019

Victime de violences conjugales pendant plusieurs années, Alizé Bernard témoigne aujourd’hui dans un saisissant récit intitulé Silence, on...

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Metamorphose
4.29
08 Juillet 2016
Publié sur
La chair du temps de Belinda Cannone est un journal extime qui questionne la mémoire, la perte, et le deuil du passé et prône une constante réinvention de soi.
Astazie
4.29
30 Juin 2012
Publié sur
Belinda Cannonne revient dans sa maison de campagne, quelle triste découverte ! Sa maison fut visitée pendant son absence. Rien n'a été cassé, Son ordinateur portable a disparu. Elle fait le tour des .....
(M.) Dominique.L
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Il arrive qu'un écrivain croise dans la vraie vie un événement qui sorte de l'ordinaire et que lui vienne un récit des plus originaux. La Chair du temps entre d'autant plus dans cette catégorie que Belinda Cannone aime mêler réflexion, fiction et écoute de ses affects. Plusieurs lectures antérieures me l'ont prouvé et donné envie de m'intéresser à son expérience : voilà qu'un cambriolage de sa "maison des champs" la prive de deux malles où sont entreposés journaux intimes, photos personnels, correspondances et carnets de travail... Toute sa mémoire à elle qui n'a pas de mémoire ! Elle perd son histoire que son esprit frappé d'amnésie ne saura reconstituer. C'est un deuil dont elle est à la fois le sujet et l'objet. Encline à mettre des mots sur la vie, habituée à tenir un journal intime (plus d'une trentaine de carnets depuis l'enfance), Belinda Cannone se lance dans l'écriture d'un journal dont bientôt elle ressent qu'il sera publié : le journal "extime" de sa douleur. Entremêlé d'évocations de petits événements autour de l'intrusion (les gendarmes, les voisins, les amis...), d'épisodes de sa vie centrée sur son enseignement universitaire et ses livres, de ses retours à la campagne, le récit au quotidien des trois mois qui suivent son malheur transcrit les méandres de sa pensée confrontée au vide de sa mémoire. Elle s'avoue femme goûtant la sur-activité de son présent, tournée vers l'avenir, peu susceptible de nostalgie ; mais à l'occasion de cet arrachement, elle ressent l'empreinte du temps, l'angoisse du passé vidé de sa chair, la complicité perdue de sa mémoire. Cette réflexion touche à l'universel, particulièrement à une époque qui sacrifie l'histoire à la géographie, la sagesse du passé à l'étourdissement du présent, la culture à la distraction. Cependant, "as usual", la vie est plus forte que la mort, elle coule dans les veines des vivants, les mots affluent au bout des doigts de la romancière, le désir et l'imagination - "la trouvaille" du poème d'Apollinaire*, reprennent le dessus... Je laisse découvrir la fin au lecteur à qui je conseille de partager cette leçon de philosophie appliquée. * extrait de "Toujours" de Guillaume Apollinaire : " Perdre / mais perdre vraiment / Pour laisser place à la trouvaille "