Vous êtes ici

Fragments d'une femme perdue
Paru le: 
19 Août 2009
Format :
130 x 205 mm
306
Ean : 
9782246761310
Prix : 
18.30 €
Ean numérique: 
9782246761396
Prix numérique: 
12.99 €
Cette fille « perdue » (pour elle-même ? pour celui qui prend le risque d’en être follement épris ?) s’appelle Violette, comme l’héroïne de la « Traviata ». Elle est très belle, insaisissable, fourbe – mais, malgré cela, à cause de cela, elle devient l’obsession d’un homme, Alexis, sous les traits duquel on reconnaîtra sans peine l’auteur du roman qu’on est en train de lire. Précision : ce roman, qui illustre un genre très classique, depuis La femme et le pantin de Pierre Louys, jusqu’à Un amour de Dino Buzatti ou La vilaine fille de Mario Vargas Llosa) a, ici, une forme particulière, éclatée, « fragmentée », faite de lettres, de composition « polyphonique ». Par brèves séquences, on passe ainsi d’un point de vue à l’autre. Personne ne détient la vérité. Chacun est libre de s’aveugler à sa guise… Quant à l’intrigue, elle se déroule, inéluctable, jusqu’à un dénouement fatal. Au passage, il en aura vu de toutes les couleurs (mensonges, tromperies, trahisons, passions, déceptions…) pour une fille qui, comme d’habitude, « n’était pas son genre ».

à voir

Ajoutée le 4 Février 2019

Véronique Olmi n’avait jamais entendu parler de Joséphine Bakhita (1869-1947) jusqu’à ce jour, il y a quelques années, où elle tombe nez à nez avec son portrait dans une petite église de Langeais. "Ça m’a complètement immédiatement bouleversée.

Ajoutée le 28 Janvier 2019

En des temps reculés mais finalement pas tant que ça, on a jugé des animaux. Du XIIe au XVIIIe siècle en gros, en France et dans toute la chrétienté, ont pu défiler à la barre, veaux, vaches, cochons...

Ajoutée le 25 Janvier 2019

Après un roman consacré à décrire de manière clinique et hallucinée les 36 heures de dérive meurtrière ayant abouti au meurtre de Sharon Tate et un essai où il questionnait la transmission littéraire de son père, poète surréaliste, Simon Liberati semble s’autoriser avec

Ajoutée le 16 Janvier 2019

Toujours plus concerné par la préservation des territoires sauvages, le jeune romancier Niels Labuzan a de nouveau posé ses valises en Afrique après un premier roman consacré à l’histoire de la Namibie, Cartograph

Ajoutée le 10 Janvier 2019

Après avoir tenu le journal d'un père en devenir suite à la grossesse de sa femme dans In utero (Au Diable Vauvert / Le Livre de Poche), l'écrivain voyageur Julien blanc-Gras pose une nouvelle fois ses valises au plus près

Ajoutée le 7 Janvier 2019

Écrire le Taxi driver des années 2015-2017... Faire un contrepied à tout ce qui se dit sur la jeunesse des quartiers populaires... Inventer une langue nouvelle pour raconter cette histoire...

Ajoutée le 22 Octobre 2018

En accueillant un jeune réfugié chez elle pendant un an, Émilie de Turckheim avait déjà fait un geste certain.

Ajoutée le 19 Octobre 2018

Il y a dix ans lors de sa création, la maison Audiolib faisait un pari sur l'avenir : conquérir un public varié et exigeant, rendre la littérature accessible à tous et en toutes circonstances à travers un catalogue résolument moderne mêlant classiques, romans français et étrangers.

Ajoutée le 4 Octobre 2018

Quand elle s'est lancée dans l'écriture de Tous les hommes désirent naturellement savoir (JC Lattès), Nina Bouraoui envisageait ce livre comme un roman sur la mère.

Véronique Olmi présente "Bakhita"

Oscar Coop-Phane présente "Le Procès du cochon"

Simon Liberati présente "Occident"

Niels Labuzan présente "Ivoire"

Julien Blanc-Gras présente "Comme à la guerre"

Mahir Guven présente "Grand frère"

Émilie de Turckheim présente "Le Prince à la petite tasse"

Audiolib : retour en images sur la soirée des 10 ans et la remise du prix 2018

Nina Bouraoui présente "Tous les hommes désirent naturellement savoir"

Serge Bramly présente "Pour Sensi"

A lire aussi

21 Mars 2019

Elle s’est classée sixième au palmarès 2018 des auteurs et autrices ayant vendu le plus de livres en France. Après Il est grand temps de...

21 Mars 2019

Paru chez Calmann-Lévy au printemps 2018, le dernier best-seller en date de Guillaume Musso, La Jeune Fille et la nuit peut à présent continuer son...

04 Mars 2019

Un peu plus d’un mois après l’annonce officielle de son prochain roman, La Vie secrète des écrivains , prévu le 2 avril chez Calmann-Lévy...

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Audreyy
2.95
24 Août 2011
Publié sur
J'ai du mal à donner mon avis sur ce livre. Je n'ai pas adoré, pas détesté. J'aime le concept de l'histoire : Un homme, Alexis, tombe fou amoureux d'une femme, Violette. Il en fait sa maîtresse. Mais .....
annesuc
2.95
15 Septembre 2010
Publié sur
Bof, vraiment bof, un peu remâché. Un homme, fou d'amour pour sa maîtresse, qui se révèle être une menteuse pathologique et une manipulatrice, raconte sa pauvre vie qui tourne autour de cette femme.....
Florel
2.95
09 Septembre 2010
Publié sur
Non qu'il soit nul ce livre me laisse un sentiment mitigé et cela pour deux raisons : 1- Je l'ai trouvé trop porter sur le charnel, il y a trop d'allusion au sexe. 2- Il est trop répétitif, on t.....
bellatrice
5
Publié sur
Un superbe roman que l'on déguste. On prend le temps d'en savourer chaque mot, chaque paragraphe et surtout, ne pas perdre une miette de toute cette tendresse et cette sensibilité...
2
Publié sur
2
Publié sur
Léna.M
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
<p>Dans Fragments d&rsquo;une femme perdue, PPDA raconte la relation passionnelle d&rsquo;un homme, Alexis, et d&rsquo;une femme fatale, Violette. Fatale ? Le mot est bien vite l&acirc;ch&eacute;. V&eacute;n&eacute;neuse est plus juste. Perdue ? C&rsquo;est elle qui se perd elle-m&ecirc;me&hellip; Cruelle et fragile &agrave; la fois, faible. Se pr&eacute;cipitant dans les bras d&rsquo;hommes pernicieux, au dessein pervers, elle en oublie tout le reste, au point de blesser profond&eacute;ment, d&rsquo;entra&icirc;ner dans le vide ceux qui l&rsquo;aiment, qui voient en elle ce qu&rsquo;il y a de beau, si tant est qu&rsquo;il y ait quelque chose de cette nature. Alexis est sa principale victime. Tomb&eacute; fou amoureux d&rsquo;elle, il sombre &agrave; son tour, perdant tout contr&ocirc;le. Cette femme pleine de charme, si belle qu&rsquo;elle attire &agrave; elle tous les hommes, lui en fait voir de toutes les couleurs. Tromperies &agrave; r&eacute;p&eacute;tition, mensonges incessants, elle le d&eacute;truit &agrave; petit feu. Alexis au d&eacute;but esp&egrave;re, se voile les yeux, ne veut pas y croire. Puis il doit bien faire face &agrave; la v&eacute;rit&eacute;, mais lui pardonne. Esp&egrave;re toujours qu&rsquo;elle changera. Lorsqu&rsquo;elle r&eacute;it&egrave;re, lorsqu&rsquo;il sait qu&rsquo;il ne peut en aucun cas lui faire confiance, il met un genou &agrave; terre. Mais l&rsquo;amour est aveugle, il l&rsquo;aime toujours. Entra&icirc;n&eacute; dans le tourbillon infernale de cette femme, il ne peut vivre avec elle ni sans elle. &laquo; Ni avec toi si sans toi &raquo;.</p> <p>PPDA nous entra&icirc;ne ainsi &agrave; la d&eacute;couverte de ce couple singulier, et le lecteur plonge dans leur intimit&eacute;. Trop parfois, presque jusqu&rsquo;au voyeurisme. M&ecirc;me si l&rsquo;amour charnel fait partie int&eacute;grante de la vie de Violette (la contr&ocirc;le m&ecirc;me ?) nombreuses sont les sc&egrave;nes d&rsquo;&eacute;rotisme qui ne se justifient pas. Le ton est donn&eacute; d&egrave;s la premi&egrave;re, relatant un striptease tr&egrave;s particulier. Le r&eacute;cit est ensuite construit de fa&ccedil;on &eacute;tonnante ; les fragments de cette femme perdue, se sont ces brides de r&eacute;cits, ces lettres qui composent le roman morcel&eacute;, fragment&eacute;. Les personnages gravitant autour d&rsquo;elle en sont les narrateurs, chacun apportant son point de vue sur cette femme si sp&eacute;ciale, si difficile &agrave; cerner. La lecture en est parfois fastidieuse mais l&rsquo;&eacute;criture entra&icirc;nante. Ce qui ressort peut-&ecirc;tre le plus de ce roman, est la peur de croiser, de rencontrer un jour, une femme de la nature de Violette, qui d&eacute;truit tout sur son passage. <br /> &nbsp;</p>
Lauriane.R
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
A la lecture de ce beau roman amer naissent des sentiments contradictoires, entre pitié, compassion, colère et incompréhension, face aux multiples facettes de la belle insaisissable. Peu à peu, le lecteur comprend de mieux en mieux les réactions contrastées d'Alexis face aux extravagances de Violette. Renonçant à son propre bonheur, elle fera le malheur du seul homme qui aurait pu l'aimer sincèrement. L'histoire porte la marque des grandes tragédies grecques classiques. On devine l'issue fatale d'un amour passionnel destructeur. <br> <br> Pour ce nouveau roman, Patrick Poivre d'Arvor adopte un style au départ déroutant, dans le choix de la juxtaposition de genres romanesques et de témoignages anonymes, satellites ayant transité autour du soleil brûlant que représente Violette. L'écriture est fluide, le style agréable. Peu à peu, le lecteur se laisse entraîner dans ce labyrinthe que traverse une Violette en fuite constante, toujours seule dans la compagnie des autres, y compris celle d'Alexis. Malgré quelques longueurs, le livre nous entraîne aisément dans sa mélodie singulière, tout comme Alexis, emporté par la vague de ses sentiments.

à découvrir