Vous êtes ici

Fragments d'une femme perdue

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Françoise Nyssen présente "Plaisir et nécessité"

Laetitia Colombani présente "Les Victorieuses"

Véronique Olmi présente "Bakhita"

Oscar Coop-Phane présente "Le Procès du cochon"

Simon Liberati présente "Occident"

Niels Labuzan présente "Ivoire"

Julien Blanc-Gras présente "Comme à la guerre"

Mahir Guven présente "Grand frère"

Émilie de Turckheim présente "Le Prince à la petite tasse"

Audiolib : retour en images sur la soirée des 10 ans et la remise du prix 2018

A lire aussi

Après deux premiers romans très remarqués, L’Éveil et Toni (Stock), la jeune Line Papin poursuit son chemin en littérature sous le regard...

19 Avril 2019

Après le succès phénoménal de La Tresse dès sa parution en grand format et encore actuellement en poche, Laetitia Colombani reviendra en librairie le...

04 Avril 2019

Best-seller de l’année 2018, La Chambre des merveilles de Julien Sandrel, paru chez Calmann-Lévy et désormais disponible au Livre de Poche,...

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Audreyy
2.95
24 Août 2011
Publié sur
J'ai du mal à donner mon avis sur ce livre. Je n'ai pas adoré, pas détesté. J'aime le concept de l'histoire : Un homme, Alexis, tombe fou amoureux d'une femme, Violette. Il en fait sa maîtresse. Mais .....
annesuc
2.95
15 Septembre 2010
Publié sur
Bof, vraiment bof, un peu remâché. Un homme, fou d'amour pour sa maîtresse, qui se révèle être une menteuse pathologique et une manipulatrice, raconte sa pauvre vie qui tourne autour de cette femme.....
Florel
2.95
09 Septembre 2010
Publié sur
Non qu'il soit nul ce livre me laisse un sentiment mitigé et cela pour deux raisons : 1- Je l'ai trouvé trop porter sur le charnel, il y a trop d'allusion au sexe. 2- Il est trop répétitif, on t.....
bellatrice
5
Publié sur
Un superbe roman que l'on déguste. On prend le temps d'en savourer chaque mot, chaque paragraphe et surtout, ne pas perdre une miette de toute cette tendresse et cette sensibilité...
2
Publié sur
2
Publié sur
Léna.M
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
<p>Dans Fragments d&rsquo;une femme perdue, PPDA raconte la relation passionnelle d&rsquo;un homme, Alexis, et d&rsquo;une femme fatale, Violette. Fatale ? Le mot est bien vite l&acirc;ch&eacute;. V&eacute;n&eacute;neuse est plus juste. Perdue ? C&rsquo;est elle qui se perd elle-m&ecirc;me&hellip; Cruelle et fragile &agrave; la fois, faible. Se pr&eacute;cipitant dans les bras d&rsquo;hommes pernicieux, au dessein pervers, elle en oublie tout le reste, au point de blesser profond&eacute;ment, d&rsquo;entra&icirc;ner dans le vide ceux qui l&rsquo;aiment, qui voient en elle ce qu&rsquo;il y a de beau, si tant est qu&rsquo;il y ait quelque chose de cette nature. Alexis est sa principale victime. Tomb&eacute; fou amoureux d&rsquo;elle, il sombre &agrave; son tour, perdant tout contr&ocirc;le. Cette femme pleine de charme, si belle qu&rsquo;elle attire &agrave; elle tous les hommes, lui en fait voir de toutes les couleurs. Tromperies &agrave; r&eacute;p&eacute;tition, mensonges incessants, elle le d&eacute;truit &agrave; petit feu. Alexis au d&eacute;but esp&egrave;re, se voile les yeux, ne veut pas y croire. Puis il doit bien faire face &agrave; la v&eacute;rit&eacute;, mais lui pardonne. Esp&egrave;re toujours qu&rsquo;elle changera. Lorsqu&rsquo;elle r&eacute;it&egrave;re, lorsqu&rsquo;il sait qu&rsquo;il ne peut en aucun cas lui faire confiance, il met un genou &agrave; terre. Mais l&rsquo;amour est aveugle, il l&rsquo;aime toujours. Entra&icirc;n&eacute; dans le tourbillon infernale de cette femme, il ne peut vivre avec elle ni sans elle. &laquo; Ni avec toi si sans toi &raquo;.</p> <p>PPDA nous entra&icirc;ne ainsi &agrave; la d&eacute;couverte de ce couple singulier, et le lecteur plonge dans leur intimit&eacute;. Trop parfois, presque jusqu&rsquo;au voyeurisme. M&ecirc;me si l&rsquo;amour charnel fait partie int&eacute;grante de la vie de Violette (la contr&ocirc;le m&ecirc;me ?) nombreuses sont les sc&egrave;nes d&rsquo;&eacute;rotisme qui ne se justifient pas. Le ton est donn&eacute; d&egrave;s la premi&egrave;re, relatant un striptease tr&egrave;s particulier. Le r&eacute;cit est ensuite construit de fa&ccedil;on &eacute;tonnante ; les fragments de cette femme perdue, se sont ces brides de r&eacute;cits, ces lettres qui composent le roman morcel&eacute;, fragment&eacute;. Les personnages gravitant autour d&rsquo;elle en sont les narrateurs, chacun apportant son point de vue sur cette femme si sp&eacute;ciale, si difficile &agrave; cerner. La lecture en est parfois fastidieuse mais l&rsquo;&eacute;criture entra&icirc;nante. Ce qui ressort peut-&ecirc;tre le plus de ce roman, est la peur de croiser, de rencontrer un jour, une femme de la nature de Violette, qui d&eacute;truit tout sur son passage. <br /> &nbsp;</p>
Lauriane.R
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
A la lecture de ce beau roman amer naissent des sentiments contradictoires, entre pitié, compassion, colère et incompréhension, face aux multiples facettes de la belle insaisissable. Peu à peu, le lecteur comprend de mieux en mieux les réactions contrastées d'Alexis face aux extravagances de Violette. Renonçant à son propre bonheur, elle fera le malheur du seul homme qui aurait pu l'aimer sincèrement. L'histoire porte la marque des grandes tragédies grecques classiques. On devine l'issue fatale d'un amour passionnel destructeur. <br> <br> Pour ce nouveau roman, Patrick Poivre d'Arvor adopte un style au départ déroutant, dans le choix de la juxtaposition de genres romanesques et de témoignages anonymes, satellites ayant transité autour du soleil brûlant que représente Violette. L'écriture est fluide, le style agréable. Peu à peu, le lecteur se laisse entraîner dans ce labyrinthe que traverse une Violette en fuite constante, toujours seule dans la compagnie des autres, y compris celle d'Alexis. Malgré quelques longueurs, le livre nous entraîne aisément dans sa mélodie singulière, tout comme Alexis, emporté par la vague de ses sentiments.