Vous êtes ici

Dos à dos

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

François Hollande : ses propositions pour « Répondre à la crise démocratique »

"Les Chances qu'il nous reste" en 4 grands enjeux par Erwann Menthéour

Charles Dantzig présente "Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale"

Françoise Nyssen présente "Plaisir et nécessité"

Anuna de Wever et Kyra Gantois clament "Nous sommes le climat"

Oscar Coop-Phane présente "Le Procès du cochon"

Gérard Mermet présente Francoscopie 2030

François Taddei présente "Apprendre au XXIe siècle"

François Taddei réagit à la démission de Nicolas Hulot

Philippe Artières présente "Des routes"

A lire aussi

"Le génie lesbien" d'Alice Coffin : revue de presse

21 Octobre 2020

Figure centrale des luttes féministes et LGBT, Alice Coffin assume une position féministe radicale qu'elle détaille dans son livre Le Génie...

03 Juillet 2020

Découvrez toutes nos promos ebooks du mois de juillet en essai, roman et polar .
Grand Prix des lectrices ELLE 2020 : Claire Berest récompensée pour "Rien n'est noir"

19 Juin 2020

Le Grand Prix des lectrices ELLE 2020 a été remis à Claire Berest, pour son roman sur Frida Kahlo intitulé Rien n'est noir (Stock). Vanessa...
Pommesucre
3.14
14 Novembre 2011
Publié sur
Je vais tout de même évoquer la raison du choix du livre. J'ai deux frères, tous les deux ont ou ont eu des difficultés relationnelles avec mon père, l'un comme Arnaud n'a pas toujours été droit. Ce l.....
Kathy27
3.14
26 Mai 2011
Publié sur
Cette collection offre un format et une qualité de livre vraiment super agréable au toucher. C'est un plaisir de tourner les pages, de caresser la couverture. Pour Dos à Dos, de Sophie Bassignac, c'es.....
Skorpionnan
3.14
23 Février 2011
Publié sur
Lecture Un couple que l'on imagine cinquantenaire est en vacances sur la côte d'azur. Lui, Gabriel, est un écrivain qui a plutôt bien réussi mais qui a décidé de ne plus écrire, elle ,Ester, est un.....

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Tasha.L
Tasha.L
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Sophie Bassignac a été remarquée dès son premier roman, "Les aquariums lumineux" en 2008, et applaudie d'emblée pour le suivant, "A la recherche d'Alice" (2009) ; on attendait son nouveau livre avec impatience et on s'est précipité sur "Dos à dos", dans l'espoir de retrouver sa petite musique singulière, son style audacieux, ses personnages funambules, ses atmosphères étranges et poétiques. Promesse tenue avec ce troisième livre qui aurait pu s'intituler "A la recherche d'Arnaud"... Il y est en effet question du bel Arnaud, jeune homme insaisissable qui fait le désespoir de ses parents, Gabriel et Ester, à force de mutisme et d'activités douteuses. Du genre à débarquer sans prévenir dans leur belle villa du Midi, en plein mois d'août et d'aller nuitamment ligoter une Anglaise, chez elle, non loin, pour lui voler ses bijoux. C'est ce que découvre Gabriel - la cinquantaine bien entamée, romancier blasé et résolu à ne plus écrire malgré sa renommée - qui décide de faire suivre son fils par un détective. Pas de quoi rassurer Ester, prompte à se ronger les sangs à l'idée des dangers qu'encourt Arnaud, surtout en apprenant qu'il fricote avec un receleur d'objets d'art. D'origine italienne, elle fait bouillir la marmite grâce à ses best-sellers, des livres de cuisine, et reproche à Gabriel d'avoir sacrifié sa paternité à ses romans. De retour à Paris, le couple n'en finit pas de se décomposer, sous les yeux de Pamela, l'amie de la famille, Américaine excentrique, veuve et alcoolique. Il y a aussi Fumiko, la petite amie d'Arnaud, et Guinevere, l'Anglaise séquestrée - dont Gabriel est tombé amoureux ! Tous se retrouvent entraînés dans ce duel sourd qui oppose le père et le fils, le voleur de répliques et le voleur de reliques, mais que Sophie Bassignac orchestre comme une tragi-comédie pleine de rebondissements, passant du plus grave au plus cocasse. Dos à dos est d'autant plus réussi qu'il livre une réflexion passionnante sur la création artistique, à commencer par l'écriture : "Un écrivain en moins, ça ne se voit pas et ça ne manque pas. Alors, il faut s'inventer le personnage qu'on va jouer toute sa vie et l'imposer aux autres", estime Gabriel. Un personnage qui en dit long sur la lucidité de son auteur.
Portrait de Spyd.S
Spyd.S
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Si le début et la fin du livre sont très plaisants à lire, les remplissages dépressifs de sa partie centrale sont vraiment difficiles à supporter.
Portrait de Spyd.S
Spyd.S
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Le début du livre est très intéressant. On voit ce couple survoler sa vie sans jamais la vivre réellement. C'est aussi une manière de se protéger puisque leurs relations sont extrêmement tendues. Jouer un rôle, chacun le sien, est un bon moyen d'éviter de s'impliquer. Les sentiments sont ici très bien peints et la langue de l'auteur, classique et riche, sert merveilleusement bien cette atmosphère de représentation théâtrale permanente. Seule l'amie Pamela, bien que veuve éplorée et alcoolique assumée semble totalement vivante dans ce tableau. Mais l'arrivée du fils, à la fois aimé et détesté, et surtout sa fuite vont obliger ces deux parents et leur amie à quitter leurs costumes. Pour le retrouver et surtout pour comprendre ses motivations, ils vont devoir enquêter sur sa vie et se remettre en question. Ce couple se complaisant dans ses égoïsmes solitaires se retrouve mis face à face par le fils. Il agit comme un miroir à double face. Son image s'insérant entre eux deux, renvoie à chacun l'image de ce qu'il est vraiment et non plus celle qu'il essaie d'émettre. Malheureusement, cela se transforme en un étalage complaisant des psychoses de ces deux névrosés. Lui, écrivain incapable de dire l'amour et qui a arrêté d'écrire; Elle, à la fois hystérie et concentré de peurs rentrées, incapable de confiance en elle ou dans les autres. Ils passent tous deux leur temps à contempler leurs nombrils en se réjouissant de la vacuité des autres. De personnages touchants, ils deviennent des raseurs ronflants et condescendants (pour rester poli ...) morfondus dans les tracas qu'ils jubilent à se créer eux-mêmes. Arrive également une faune de personnages annexes assez inintéressants et plutôt caricaturaux. Le style qui était riche devient lourd, les phrases s'écoutent parler. A ce point du livre, j'ai failli l'abandonner tant l'ennui s'installait. Puis tout d'un coup, la vie reprend. On retrouve un style plus frais de l'auteur. Les acteurs acceptent de reprendre part à la réalité. L'histoire s'active, les personnages s'humanisent à nouveau et l'on suit la fin de ce livre avec plaisir. Pour voir autre choses que leurs reflets, ils devront briser le miroir. Conclusion: Si le début et la fin du livre sont très plaisants à lire, les remplissages dépressifs de sa partie centrale sont vraiment difficiles à supporter. Ma note :13/20