Vous êtes ici

Destruction d'un coeur

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Joshua Cohen présente "David King s'occupe de tout"

Rencontre avec Benedict Wells autour de "La Fin de la solitude"

John Boyne présente "Les Fureurs invisibles du coeur"

Samar Yazbek présente "La Marcheuse"

Yaa Gyasi : "L'esclavage continue d'avoir un impact génération après génération"

Rentrée littéraire : Inès Fernandez Moreno présente "Le ciel n'existe pas"

Sarah Vaughan nous raconte comment est né "La Ferme du bout du monde"

Rentrée littéraire 2017 : "Vous n'êtes pas venu au monde pour rester seuls" d'Eivind Hofstad Evjemo

Rentrée littéraire 2017 : "Demain sans toi" de Baird Harper présenté par Jean Mattern

Rentrée littéraire 2017 : Katie Kitamura présente "Les Pleureuses"

A lire aussi

14 Juin 2019

Qui n'a jamais rêvé de pouvoir se téléporter dans l'univers d'une série, afin d'en découvrir tous les moindres secrets ? C'est...

30 Janvier 2019

Réédité chez Stock avec l’affiche du livre en couverture, Si Beale Street pouvait parler de James Baldwin fait l’objet d’une...

20 Décembre 2018

Passées les fêtes et accueillie la nouvelle année, il nous faut remettre le pied à l’étrier mais pas sans quelques bonnes lectures, pour sûr...

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
JeanLouisBOIS
3.89
08 Mars 2017
Publié sur
Dévoilements humanistes. Stefan Zweig est reconnu pour la qualité de son écriture et pour la subtilité de l'étude psychologique de ses personnages. Dans ces trois nouvelles, il se montre à la haute.....
missparker18
3.89
21 Février 2017
Publié sur
Les trois nouvelles ont un point commun, c'est le secret. - Destruction d'un coeur : Comme d'habitude, nous sommes au coeur des sentiments avec Zweig et notamment cette nouvelle où l'on découvre un .....
Peteplume
3.89
28 Juillet 2016
Publié sur
Je n'avais pas encore visité cet auteur pourtant classique de la littérature allemande. Ces trois petites nouvelles sont de vrais joyaux qui m'incitent à ne pas m'en tenir là. Somme toute, Zweig .....
5
Publié sur
5
Publié sur
5
Publié sur
Tasha.L
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Lors d'un séjour familial en Italie, Salomonsohn aperçoit, dans le couloir de l'hôtel, sa fille rentrer dans sa chambre en pleine nuit après avoir quitté celle d'un inconnu. Le lendemain matin, elle fait comme si de rien n'était ; de même pour son épouse qui doit pourtant être au courant tant est grande la complicité entre mère et fille. Dévoré par la rage et la jalousie, le vieil homme sent son coeur se détruire peu à peu au point de faire naître en lui d'intolérables douleurs que son ressentiment ne fait qu'amplifier. Furieux, il abrège son séjour et rentre chez lui, laissant sa femme et sa fille sur place. L'amertume va peu à peu l'anéantir et l'attention de sa famille revenue ne changera rien à son état. Il aura suffi d'une nuit, d'une simple vision pour que toute sa vie s'effondre. Dans cette nouvelle, Stefan Zweig se pose en chef d'orchestre pour monter une véritable tragédie, le drame d'un homme qui voit progressivement s'écrouler les repères dus à la convenance, à la morale, aux principes. La tension va crescendo, le lecteur assiste impuissant à l'anéantissement d'un homme dont le principal tort aura été la peur de s'exprimer pour éviter d'affronter la réalité. Un manque de communication qui va finalement se révéler destructeur. Jusqu'au bout, Salomonsohn évitera ou repoussera sa fille comme une menace... Au-delà de l'analyse de l'une des plus lucides tragédies de la vie humaine moderne, on peut faire de ce récit, en filigrane, une lecture plus biographique, Zweig transférant sur son personnage une crise profonde que lui-même traverse intérieurement, sans pouvoir la confier à quiconque par peur d'incompréhension... Cette impossibilité d'exprimer sa tragédie intime qui le conduira un jour à mettre fin à sa vie...