Vous êtes ici

Onglets livre

à voir

Philippe Dana nous emmène "Au pays des Toons !"

Rentrée littéraire : Barbara Cassin présente "Le bonheur, sa dent douce à la mort"

Caroline Boudet présente "L'Effet Louise"

François Hollande : ses propositions pour « Répondre à la crise démocratique »

"Les Chances qu'il nous reste" en 4 grands enjeux par Erwann Menthéour

Anuna de Wever et Kyra Gantois clament "Nous sommes le climat"

François Taddei réagit à la démission de Nicolas Hulot

Julie Estève présente "Simple"

Sylvain Tesson présente "Éclats d'action" de Jean Mouzet

"Penguin Bloom" : un beau livre tendre et optimiste à mettre entre toutes les mains à Noël

A lire aussi

Édouard Philippe et Gilles Boyer publieront leur prochain livre le 7 avril 2021 aux éditions JC Lattès

13 Janvier 2021

Premier ministre aux côtés du Président de la République Emmanuel Macron pendant près de 3 ans, Édouard Philippe fera son retour en librairie avec un...

23 Décembre 2020

Le 8 janvier, Netflix diffusera le premier épisode d'une série dont le héros, Assan Diop, joué par Omar Sy, s'inspire des histoires du...
Xavier Dupont de Ligonnès : la grande enquête de Society disponible en librairie

11 Décembre 2020

Les éditions Marabout et So Lonely publient l'enquête culte du magazine Society sur Xavier Dupont de Ligonnès, suspecté d'avoir assassiné...
derivarola
3.73
27 Octobre 2016
Publié sur
Très beau livre, intéressant et facile à lire
Mimosa81
3.73
23 Octobre 2016
Publié sur
Un ENORME coup de coeur pour ce roman. J'ai découvert le parcours de cette championne de boxe amateur. Cette dernière n'a pas été épargnée par la vie. Elle a connu ces immeubles qui prenaient feu, pa.....
Transfuge
3.73
28 Novembre 2015
Publié sur
Aya Cissoko raconte sa vie par la plume de Marie Desplechin, depuis sa naissance à Paris dans les années 80 à l'arrêt de la boxe pour elle, vers trente ans. Son père est arrivé du Mali pour tr.....
4
Publié sur
4
Publié sur

Avis des lecteurs

 
5/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de Tasha.L
Tasha.L
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Ce récit magnifique est le fruit de l'histoire hors du commun, exemplaire et particulière d'une fille qui ne l'est pas moins et de sa rencontre avec la plume, elle aussi unique, de Marie Desplechin. Le livre est le résultat d'une longue conversation entre Aya et Marie. On devine qu'il a fallu beaucoup de persévérance et de délicatesse à Marie pour apprivoiser Aya la mystérieuse, la taiseuse et libérer une parole qui n'a pas l'habitude de s'épendre. Aya n'aime pas parler d'elle. Encore moins se confier. S'il elle accepte et désire ce récit, ce n'est pas pour témoigner, encore moins pour échapper à son monde. Au contraire, elle l'aime, ce monde dans lequel elle a grandi, elle les aime, toutes ces personnes qui l'ont accompagnée, soutenue, fait grandir, tous ces vivants et ces disparus qui font partie de son histoire et ont forgé sa personnalité si extraordinaire, au sens le plus fort du terme. Car à n'en pas douter, Aya sort de l'ordinaire, en toutes choses. Elle est inclassable, unique, belle dans sa puissance comme dans ses faiblesses. Son récit, mis en mots avec tant de finesse, de force et de justesse par Marie, est à son image : profond, sobre, précis, puissant et sensible à la fois. Pas de pathos, pas de larmes inutiles, pas de rancoeur ou de désir de vengeance pour celle qui affirme qu'elle préfère "le silence plutôt que la commisération"; les faits, rien que les faits, énoncés sobrement, dignement, simplement. Chacun en tirera les conclusions qu'il veut. Aya ne se pose ni en victime ni en héroïne, là où d'autres au contraire se seraient largement étalés dans les plaintes ou l'auto-satisfaction. Ce n'est pas son genre. Malgré tout ce que l'écriture de ce livre a remué en elle, elle parvient à garder une certaine distance, à prendre encore un peu de hauteur, à rester lucide et droite. La vie ne l'a pas épargnée, entre la disparition prématurée et tragique de son père, sa petite soeur et son petit frère, la maladie de sa mère, les difficultés... Et pourtant Aya reste tenace, combattive, dans la vie comme sur le ring, puisqu'elle a commencé la boxe française à 8 ans, et que, passée à la boxe anglaise, elle gagnera en un an tous les combats auxquels elle participe jusqu'au Championnat du monde. Ce titre marquera aussi la fin de sa carrière de sportive de haut niveau puisqu'elle y sera blessée : une fracture aux cervicales qui aurait pu la laisser paralysée et qui la stoppe net. Elle tombe, encore une fois... et se relève, une fois encore. Tout est dans l'obstination, la ténacité, le "danbé". Et l'énergie, le désir de vivre, la force d'aimer. Ce livre magnifique, profondément marquant s'achève sur ces mots superbes : " J'aimerais que celle ou celui qui lira ce petit livre mesure ce qu'il a de déchirant. Il est mon au revoir à ceux que je laisse sur le quai. Mon père, ma soeur, mon petit frère, mes oncles, Marc, Mme Boutra, qui était la collègue de ma mère, tous ceux qui ont été des petites flammes dont la lumière danse toujours dans mon souvenir. Il est mon au revoir à mon enfance de petite fille noire en collants verts, qui dévale en criant les jardins de Ménilmontant. Je voudrais en même temps que sa part d'amour l'emporte, mon amour pour Massiré, pour Issa, pour Ali, Jean, Nicolas, pour tous ceux qu'un merveilleux hasard a mis sur ma route, mes amis. Je ne sais pas ce que ma mère en pensera, ni comment mon "danbé" s'en accommodera, mais voilà, c'est écrit. Et je vis."
Portrait de Delph.F
Delph.F
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Mais Massiré, parlant peu français, ne sachant ni lire et écrire est une lionne, elle va se débrouiller seule s'il le faut. Massiré, Issa, Aya et Moussa sont relogés par la ville de Paris au 140 rue de Ménilmontant dans le 20eme. Le 140 est une cité dans tout ce qu'il y a de plus négatif, aucune mixité sociale, une architecture glauque toute en recoin et passage sombre, un lieu où il faut se faire accepter et respecter des codes. Aya va maintenant au collège, elle a une période un peu rebelle, cours séché, vol dans les magasins...elle est en échec scolaire. C'est a cette époque qu'elle va découvrir la boxe, ce sport où il faut encaisser, savoir souffrir, sentir son corps, ses muscles, sa douleur. A peine un an après le décès de Sagui et Massou la famille est sous le choc du décès du petit Moussa mort d'une méningite. Encore une fois Massiré se relève, avale sa peine et continue à faire vivre sa famille. Elle travaille maintenant, malgré une santé fragile et l'attente d'une greffe de rein, dans un hôpital parisien. Elle élève Aya et Issa selon le Danbé, mot malinké signifiant dignité. On sent tout au long du livre l'importance de ce fil de vie, être digne, droit et courageux. Aya progresse vite en boxe très vite elle évolue dans le milieu amateur et gagne plusieurs compétition internationale. Durant tout le livre la boxe n'est pas un but mais un moyen, le moyen de s'accomplir, de se comprendre, d'aller au delà de ses limites. Nous sommes loin ici du compte de fée du sportif " sorti de son milieu par le sport " c'est bien plus complexe et profond que cela. Aujourd'hui Aya ne boxe plus, elle a obtenu une bourse pour sportif de haut niveau afin de financer ces études. Elle étudie à l'institut d'études politiques de Paris. Il faut absolument découvrir ce livre, le lire et le faire lire autour de soi. J'espère que les bibliothèques scolaires vont s'en doter et le faire découvrir aux ados.
Portrait de Laura.:
Laura.:
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
J'ai beaucoup aimé lire ce livre. Marie Desplechin raconte avec douceur la vie d'Aya Cissoko ( jeune boxeuse, championne du monde en 2006), passant par son enfance à Paris, au "140", par la mort de son père et de sa petite soeur dans un incendie, par ses débuts dans la boxe, par sa montée fulgurante dans ce domaine, et par son accident... Un livre émouvant,intelligent et sensible.
Portrait de Sandrine.V
Sandrine.V
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
C'est un très court roman qui se lit très rapidement. L'écriture est simple et fluide, elle permet de bien retranscrire les émotions d'Aya. C'est un témoignage touchant qui montre que, malgré les dures épreuves de la vie, il est possible de s'en sortir. Aya, malgré les difficultés qu'elle a réncontrées, la mort de son père, de sa petite soeur et de son petit frère dans un incendie, la maladie de sa mère , a toujours su se relever et combattre que ce soit dans la boxe ou dans la vie. Un courage et une obstination qui forcent l'admiration, en tous cas la mienne. Ce roman est aussi un bel hommage à sa maman qui a refusé de retourner au pays après le décès de son mari et qui s'est battue pour offrir une vie meilleure à ses enfants malgré ce que les membres de sa communauté pouvaient en penser. C'est une très belle histoire racontée avec beaucoup de sobriété. Bref, un roman à lire !!!
Portrait de Sophie.H
Sophie.H
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Une très belle histoire, une leçon de vie, de courage et d'espoir! A faire lire à nos ados !
Portrait de Fran.K
Fran.K
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Une autobiographie co-écrite par Aya Cissoko, ex-championne du monde de boxe, et Marie Despléchin. Danbé veut dire quelque-chose comme "dignité" en malien, et c'est ce qui a guidé Aya face aux épreuves terribles de la vie: incendie, mort de trois membres de sa famille, ostracisme de la communauté malienne , adolescence dissipée, maladie de sa maman... Une leçon de vie qui se lit avec facilité
Portrait de oops.M
oops.M
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Danbé un est récit autobiographique écrit à quatre mains par Aya Cissoko ex-championne du monde de boxe, fille d'émigrés maliens et son amie de longue date Marie Desplechin journaliste et écrivain. En quelques pages le lecteur parcourt les quelques années de la vie d'une battante, elle n'hésite pas à dénoncer les failles de notre système politique peut-être serons-nous amener à entendre sa voix sur un tout autre ring ! Je le lui souhaite.