Vous êtes ici

Crimes et condiments

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

François Hollande : ses propositions pour « Répondre à la crise démocratique »

"Les Chances qu'il nous reste" en 4 grands enjeux par Erwann Menthéour

Agnès Ledig en dix questions pour "Dans le murmure des feuilles qui dansent"

Philippe Hayat présente "Où bat le coeur du monde"

Pierre Daymé avec des "si"

Morgan Sportès présente "Si je t'oublie"

Jean Védrines présente "Âge d'or"

Éléonore Pourriat présente "Histoire d'Adrian Silencio"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Tommy Wieringa

Nathalie Sauvagnac présente "Les Yeux fumés"

A lire aussi

17 Janvier 2020

À l'occasion du quatrième épisode de notre podcast Maison papier et de la parution au Livre de Poche de Avec toutes mes sympathies , nous sommes...

16 Janvier 2020

Comme chaque année, Le Figaro a dévoilé le palmarès des écrivains ayant vendu le plus grand nombre d’ouvrages en 2019 : Guillaume Musso tient...

15 Janvier 2020

Après le phénoménal La Chambre des merveilles et La vie qui m’attendait , Julien Sandrel sera de retour en librairie le 26 février avec une...

Avis des lecteurs

 
5/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Swendra
3.30
15 Février 2017
Publié sur
Grande amatrice des enquêtes de Voltaire, je n'ai pourtant pas été convaincue par ce tome-ci. Il ne manque pas d'humour, et en cela j'ai apprécié retrouver la plume incisive et décapante de l'auteur. .....
SophieLesBasBleus
3.30
06 Décembre 2016
Publié sur
Virevoltes et pirouettes pour suivre Voltaire de dîners parisiens jusqu'au champ de bataille... en passant par la Lorraine ! On en oublie l'intrigue initiale pour se régaler de ces personnages fantais.....
SebastienTremeaud
3.30
07 Octobre 2016
Publié sur
Pas vraiment une enquête. Tout juste divertissant .
Yv.L
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Quatrième aventure de Voltaire en tant qu'enquêteur. Cette fois-ci, il est plus victime que meneur, ne se rend pas toujours compte des tentatives de meurtre contre lui, et est beaucoup plus concentré sur ses futures affaires financières et sur le mariage qu'il arrange entre la jeune Elisabeth de Lorraine-Harcourt et le duc de Richelieu, par ailleurs son débiteur, pour justement assurer les remboursements de son prêt par la descendance qui naîtra forcément -le pense-t-il- de cette union. Heureusement pour lui, sa maîtresse Emilie du Châtelet veille sur lui. Quel plaisir de retrouver l'illustre philosophe dans la série qui porte son nom. Le moins "polar" des trois que j'ai lus et celui que je préfère, pas de temps mort, pas le "ventre un peu mou" -juste quelques longueurs en leurs mitans- que je pouvais reprocher aux autres. Pas de véritable enquête, mais Voltaire virevolte, papillonne, n'arrête pas de gesticuler toujours habillé à l'ancienne mode avec sa haute perruque datée, toujours à l'affût d'une bonne affaire. Lorsqu'il rencontre le cuisinier qu'il lui faut pour son estomac délicat -il faut dire qu'en 1734, les repas sont copieux, roboratifs, un peu de légèreté (relative) ne fait pas de mal- il le débauche et l'embauche bien qu'il ne sache rien de lui, ce sera dès lors, une suite de plats fins, inventifs dont certains font encore le délice de nos palais. Le ton est toujours drôle, léger, Frédéric Lenormand n'ayant pas de scrupules à écorner le mythe voltairien à tel point qu'on se demande s'il n'en rajoute pas, mais, en fin de volume, il cite des extraits de livres, de journaux, certains de cette époque, qui abondent dans son sens : "Voltaire avait le front élevé, les yeux noirs, tout de feu, et dans une agitation continuelle. Son esprit était vif et ardent. [...] Il croyait être né pour l'ornement de son siècle, pour donner le ton aux poètes, aux historiens, aux orateurs, aux géomètres, aux physiciens, aux philosophes et même aux théologiens. Aussi était-il d'un orgueil insoutenable. [...] Il était sans amis, et ne méritait pas d'en avoir. Il avait un si grand penchant à l'avarice qu'il sacrifiait tout, lois, devoirs, honneurs, bonne foi, à de légers intérêts." (François Toussaint -1715/1772-, Anecdotes, cité p. 337) La langue est belle, même dans les insultes lorsque des carrosses de courtisans et d'un ministre sont bloqués dans la rue par des gens mécontents qui s'écrient : "Attrapeminons* ! Rats de palais ! Vieux manches de gigot ! Moineaux de carême !"(p.150) Quand je pense qu'aujourd'hui on a droit à du "Casse toi pauv'con !"... Les mœurs changent, le niveau de vocabulaire aussi. Entre deux cabrioles et deux situations ridicules, Voltaire ne peut s'empêcher de placer des répliques vaches, drôles, philosophiques qui sont un vrai plaisir à lire : "Tout le monde aime le sucre, il est à la cuisine ce qu'est à la religion la promesse d'une vie éternelle : un mensonge agréable qui dissimule l'amertume du reste." (p.177). Je flatte ici mon anticléricalisme. Je me suis régalé avec ce tome narrant les aventures de Voltaire autour de la table et de la bonne chère, cette série est décidément très digeste, un bon petit plat à partager qui ne reste pas sur l'estomac qu'à l'instar du célèbre écrivain, j'ai fragile. Et puis, ces aventures m'ont aussi donné l'envie de relire Voltaire, je crois bien avoir dans le fond de ma bibliothèque Zadig**, Candide et peut-être même Micromégas... * Hypocrites ** J'ai failli écrire Zadig et Voltaire, les mœurs changent, le niveau de culture aussi...