Vous êtes ici

Ce que peut la littérature

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

A lire aussi

Lapins Crétins : le livre anniversaire pour tout comprendre

21 Octobre 2016

Ils reviennent envahir vos écrans ! Les Lapins Crétins sont de retour dans un ouvrage intitulé The Lapins Crétins : chroniques d’une invasion...

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
alaiseblaise
3.88
12 Juin 2011
Publié sur
Cher lecteur, à quelle bibliothèque confiez-vous votre destin ? A quoi sert la littérature ? Que peut la littérature ? A essayer de vivre selon les nuances car elle est «maîtresse des nuances» d...
5
Publié sur
THIERRY.C
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Cher lecteur, à quelle bibliothèque confiez-vous votre destin ? A quoi sert la littérature ? Que peut la littérature ? A essayer de vivre selon les nuances car elle est "maîtresse des nuances" disait Barthes. La littérature "s'embarasse" de nuances. Ne se sépare de personne. Elle s'intéresse aux différences, aux singularités. Elle veut comprendre. Raconter. Regarder. Eclairer l'existence. La littérature aide à respirer. La philosophie, elle, ne s'embarasse pas de nuances. Elle veut expliquer la nature humaine. Célébrer la perfectibilité. Résoudre le monde. La philosophie aide à marcher. En ce sens, la littérature apparait comme dangereuse. Au même titre que l'ennui, compagnon complice du lecteur. L'ennui, cet "oiseau qui couve l'oeuf de l'expérience", écrivait Benjamin. L'ennui des longues après-midi qui rallonge la vie comme le soleil les ombres. Cet ennui, donc, qui échappe le livre lourd dans l'herbe haute comme échappant à tous les pouvoirs. "Il faudrait que le livre pèse un gros poids d'objet et de chair", écrivait Camus. Les enfant, aujourd'hui, savent-ils encore s'ennuyer ? Dans un roman, il faut faire "passer amoureusement le monde" disait Barthes. Le lecteur de roman, élève de Socrate, se soumet alors, volontairement, parfois involontairement souvent, à une merveilleuse maïeutique. Il sort de son narcissisme, se regarde...de loin, s'éclaire dans le "passage" du livre. Il prend un chemin, un sentier. Il sort des autoroutes battues. Ce recueil d'entretiens animés par Finkielkraut est un vrai bonhuer de lecture. Autour de la table : Mona Ozouf, Jean-Claude Passeron, Philippe Sollers, Valérie Zenatti et bien d'autres. Sur la table ; Camus, Roth, Céline, Aragon, Pasternak et bien d'autres. Au-dessus, au-dessus de tout, la dangereuse littérature ! Un livre à lire...obligatoirement ! Attention : pour bien marcher, il faut, avant tout, savoir bien respirer !