Vous êtes ici

Apocalypse bébé

Onglets livre

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

à voir

Morgan Sportès présente "Si je t'oublie"

Jean Védrines présente "Âge d'or"

Éléonore Pourriat présente "Histoire d'Adrian Silencio"

Nathalie Sauvagnac présente "Les Yeux fumés"

Abdourahman Waberi présente "Pourquoi tu danses quand tu marches ?"

Blandine Rinkel présente "Le Nom secret des choses"

Gil Bartholeyns présente "Deux kilos deux"

Valérie Tong Cuong présente "Les Guerres intérieures"

Les habitudes de lecture et d'écriture de Samuel Blumenfeld, auteur des "Derniers jours de Marlon Brando"

Jean-Luc Coatalem présente "La Part du fils"

A lire aussi

13 Septembre 2019

La valse des sélections continue avec cette fois la révélation des onze romans en lice pour le prix de Flore dévoilés ce jeudi 12. Deux romans très...
"Profession du père" de Sorj Chalandon bientôt au cinéma

01 Août 2019

Profession du père (Grasset / Livre de Poche), roman d'inspiration autobiographique de Sorj Chalandon, se donnera bientôt à voir sur grand écran...
Prix Roman Fnac 2019

10 Juillet 2019

Annoncée mercredi 10 juillet, la première sélection du Prix du Roman Fnac 2019 comporte 30 livres venus de tous les horizons. Parmi ceux-là, quatre...

Avis des lecteurs

 
3/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
michfred
3.43
02 Juillet 2017
Publié sur
Despentes met son enquêtrice préférée, La Hyène, motarde cloutée, homo inconditionnelle, à la fois nounou cynique et semeuse de trouble bienveillante, sur les traces d'une ado rebelle, Valentine - et .....
CharlotteJeunesse
3.43
17 Juin 2017
Publié sur
Valentine a disparue. Ses parents engagent Lucie pour la retrouver.... malheureusement, cette dernière ni connait rien ! Comment retrouver une gamine disparue ? Elle doit faire appel à la Hyène, qui e...
indelebilevagabonde
3.43
14 Juin 2017
Publié sur
Un titre qui annonce la couleur.... l'apocalypse ... jaune citron... une couverture criarde et pétaradante, ( aucun risque de me le faire voler ! ) Rencontre première et tonitruante dans l'unive.....
Caro94
5
Publié sur
Très très bon livre. Je l'attendais depuis un petit moment. C'est remarquablement bien écrit, les persos sont plus vrais que nature, l'idée de les faire se raconter au fil du livre est très intéressante. C'est incisif, tout le monde en prend pour son grade, et c'est une satire implacable de notre société. Alors à ceux qui disent "y'a plus de littérature française, ya plus d'auteurs de ce nom" moi je dis : si, si, il y a Despentes, une littérature de haut niveau, qui ne laisse pas indifférent (on repense au livre même quand on l'a terminé, ça c...
1
Publié sur
1
Publié sur
Claire.7
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Despentes n'y va pas par quatre chemins pour dire ce qu'elle pense. Des phrases incisives à mourir de rire... Très bonne lecture de rentrée!
Elsa.F
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
Loin du roadbook coup de poing qu'on nous promet partout, j'ai trouvé ce Despentes bien tiède. On y trouve ce genre de propos pontifiant: "On n'est jamais que des locataires quand on est heureux quelque part. Toujours sous le coup d'une expulsion" Bof! Le polar (car il s'agit bien d'un polar) est souvent ennuyeux et plutôt ringard avec ses "mandales" et ses "larfeuilles"...
virginie neufville
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Ce livre n'est pas à mettre entre toutes les mains, car s'il assène des vérités bien senties sur la société, certains passages risquent de choquer les plus prudes. De toute façon un lecteur qui ouvre un roman de Virginie Despentes doit s'attendre à un autre style que du Balzac sinon il n'a rien compris... Sur fond d'un thriller où une détective recherche une adolescente qu'elle a paumée dans le métro, l'auteur taille au scalpel une série de personnages qui se racontent au fil du livre et livrent un portrait de plus en plus précis de Valentine disparue ( à ne pas confondre avec Albertine disparue...) On sent bien que la fille recherchée est une ado détruite par le monde des adultes, d'ailleurs la société décrite dans ce livre montre à quel point on vit dans un monde qui se dégrade de jour en jour. Le titre, à mon avis, est quelque peu raté, car il ne laisse rien paraître sur le véritable contenu. Enfin, on ne peut pas reprocher à Virginie Despentes un véritable travail sur l'écriture, une réflexion sur le rôle du narrateur dans le récit qu'il raconte. Bref, sous des airs "cash" se révèlent un vrai travail d'écriture. Cependant, j'ai mis deux étoiles car des passages m'ont paru de trop, gratuits, et à force de faire une satire implacable de la société, on sombre parfois dans l'opposition systématique.
françoise.p
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
V D a une imagination assez limitée... ses personnages ne sont pas assez fouillés, le tout est superficiel.
Celine.D
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Valentine jeune adolescente issue d'une famille bourgeoise a disparu. Lucie détective privée chargée de la retrouver se fait aider une "pro" de la recherche surnommée "la hyène", lesbienne ayant un passé un peu trouble et dont on ne sait si elle est du coté des méchants ou des gentils. La recherche de Valentine est racontée à travers le point de vue de plusieurs personnages. C'est la force du livre et ce que j'ai trouvé de plus intéressant. On a le point de vue de Lucie, de la hyène, de la mère… jusqu'à celui de Valentine qui ponctue l’histoire. Le dénuement assez inattendu est déroutant et ponctue brutalement l'histoire. Toutefois on aurait aime plus d'explications sur cette fin, certes il y a le personnage d'Elisabeth sorte d’agent secret qui endoctrine Valentine mais pourquoi, comment….on se pose pleins de questions et au final cette fin ne semble guère crédible. Point noir de ce roman, tous les personnages sont trop extrêmes, Valentine fille a papa est une paumée nymphomane alcoolique…, Lucie, hétéro est une pauvre fille transparente qui va s'éveiller grâce a une relation lesbienne. La hyène, lesbienne, est la super woman trop forte qu'elle a tout fait dans sa vie et tient la dragée haute à tous les mecs. Le jeune de banlieue est un arabe haineux des femmes et de la France.. Pff tout ca, ca fait trop dans le cliché et gâche la majorité de l'histoire. Non ce n'est pas du tout le portrait de mon époque!
carole.c
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
bof bof bof je suis déçue j'aime le langage cru ms je n'ai pas trouvé beaucoup d'intérêt ni à l'histoire ni au style ....
Audrey.T
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Premier Despentes pour moi... Et je reste sur ma fin... L'écriture est fluide, brute et on passe d'un personnage a un autre facilement... Maintenant, l'histoire n'est pas d'une dynamique motivante et j'ai trouvé beaucoup de longueur... Je ne sais trop quoi en penser au final !!!
sophie.m
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
Je n'y ai pas trouvé d'intérêt...dommage!
David
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
Déçue! Autant j'avais aimé le style et l'histoire de bye bye blondie, autant je n'ais pas aimé ce livre où cette histoire qui se finit en noeud de boudins, peuplé d'invraisemblances.. L'histoire est longue et j'ais eu du mal à accrocher et à terminer ce livre.. A oublier!!
SYLVIE.B
1/5
03 Avril 2015
Publié sur
Impossible pour moi de comprendre l'engouement suscité par ce roman. Cela démarre plutôt pas mal, il y a un côté branché sympa mais rapidement, l'ennui s'installe, ainsi que la vulgarité, et la fin est carrément nulle. Très déçue.
Delph.F
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Valentine a disparu. Elle est la fille de Galtan, écrivain au succès passé. Valentine était depuis peu suivi par Lucie, détective privée embauchée par sa grand-mère. Lucie consacre ses journées à suivre des gosses (de riches) à la demande de leurs parents, ce qu'ils font, ce qu'ils boivent, se qu'ils fument, ce qu'ils baisent, voila tout son travail, sans passion, sans ambition. Un matin, dans le métro, Valentine a semé Lucie. Il reste à Lucie les photos de débauche de Valentine. Qu'est devenue Valentine ? Pour la retrouver elle va devoir s'associer à la Hyène, une privée aux méthodes violentes et au passé douteux. La Hyène est une lesbienne provocante et ambivalente, elle attire la lumière, la fascination et la peur à ses cotés Lucie, hétéro sans histoire et sans ambition parait bien fade. On ne pouvait imaginer équipage plus mal assorti. Ensembles elles vont traverser la France jusqu'à Barcelone où vit la mère de Valentine qu'elle n'a jamais connu. Ce périple va être l'occasion de questionnement, de remise en cause, d'évolution. L'auteur nous dresse des portraits précis et sans concession de ses personnages, elle pique la où ça fait mal : petite lâcheté, regret, souffrance. Les apparences sont, ici, souvent trompeuses. Les personnages sont à la fois outranciers, pathétiques, fascinants : ils sont entiers. La Hyène analyse, voit, ressent mais parfois est impuissante et une question se pose : faut-il empêcher le pire ? La fin, mise en parallèle avec le comportement de Valentine avant son départ, est d'un cynisme absolu.
zazy.m
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
Valentine, fille d'un écrivain richissime a disparu. Lucie, la loose faite femme, l'Invisible, qui devait la pister, est chargée de la retrouver. Pour ce faire, elle s'associe avec " la Hyène " lesbienne très bien dans sa peau, aussi manipulatrice que violente. Elles vont aller de Paris à Barcelone pour suivre la trace de cette jeune droguée, nymphomane, mal dans sa peau de gosse de riche pas aimée. Le vocabulaire est volontairement brutal, machiste (pour les sujets masculins), violent. J'ai beaucoup peiné à le lire de ce fait. Beaucoup de violences autant verbales que physiques, beaucoup de solitude. Les protagonistes de ce bouquin sont tous solitaires, démissionnaires, égoïstes. Leurs destins vont se croiser l'espace d'un chapitre.... Mais il ne faut attendre aucune solidarité. Despentes nous donne à lire des faits bruts, les explications arrivent quelques chapitre plus loin, mais le ver est dans le fruit, il n'y a pas d'espoir. La fin du livre en sera l'apocalypse Ce qui m'a gêné le plus c'est le fait que Despentes nous donne à penser que l'homosexualité pourrait être la clé d'un certain bien être. Les hétéros sont soit des épouses soumises, soit des perdantes, soit des " pas belles ", soit des nymphomanes.... Les hommes ne sont pas mieux lotis : écrivain bobo sur le déclin ou petit voyou beur de banlieue. Je suis assez partagée sur ce livre. Toute cette débauche de trash, de drogue semble si réelle mais si éloignée de mon univers. Malgré la 4ème de couverture, je n'ai guère vu de tendresse. Ce que je sais c'est qu'il restera dans ma petite cervelle un certain temps.