Vous êtes ici

29 Août 2022

"Quand tu écouteras cette chanson" : Lola Lafon à la rencontre d'Anne Frank et d'elle-même

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
"Quand tu écouteras cette chanson" : Lola Lafon à la rencontre d'Anne Frank et d'elle-même

Le 18 août 2021, Lola Lafon a passé la nuit au Musée Anne Frank, dans l'Annexe. Quand tu écouteras cette chanson (Stock) raconte cette rencontre entre l'écrivaine et la jeune fille.

Lola Lafon EN UN CLIN D'OEIL :

Lola Lafon est l'auteure de six romans, dont les très remarqués La Petite Communiste qui ne souriait jamais (Actes Sud, 2014) et Chavirer (Actes Sud, 2020). Texte phare de la rentrée littéraire, Quand tu écouteras cette chanson est publié aux éditions Stock.

 

POURQUOI ON AIME Quand tu écouteras cette chanson :

Qui était Anne Frank ? Ce 18 août 2021, alors qu'elle passe la nuit au Musée Anne Frank, Lola Lafon s'apprête à aller à la rencontre de cette jeune fille victime du nazisme, célèbre pour son Journal et souvent érigée en symbole. Confinée dans l'Annexe où la famille Frank est restée cachée pendant près de 2 ans, l'écrivaine s'attend à éprouver l'absence, le rien. 

Au lieu de cela, le lieu fait caisse de résonance. À travers la vie d'Anne Frank, Lola Lafon se confronte à un héritage dont elle a toujours tenté de s'affranchir en le balayant d'un revers de main. L'urgence est tapie là, au coeur de l'Annexe.

En revenant sur les traces de l'existence de cette jeune fille juive qui rêvait d'être publiée, Lola Lafon offre enfin un portrait unique d'Anne Frank. Elle s'interroge : doit-on qualifier son Journal de témoignage, de testament, d'oeuvre ? En se gardant bien d'en faire le symbole d'une quelconque cause, Lola Lafon réhabilite et brosse le portrait d'une adolescente qui ne demandait qu'à vivre.

 

LA PAGE À CORNER : 

     Anne voulait devenir écrivaine ou journaliste, elle l'a écrit.
     Dans mon carnet, une ronde de points d'interrogation encercle une date soulignée, celle du 29 mars 1944.

     Ce jour-là, alors qu'elle vit enfermée dans l'Annexe depuis l'été 1942, Anne Frank entend, sur Radio Oranje, une annonce du ministre de l'Education des Pays-Bas en exil à Londres. Il demande aux Hollandais de conserver leurs lettres, leurs journaux intimes : après guerre, ces écrits seront autant de témoignages précieux. Cette déclaration la galvanise, elle s'enthousiasme, en parle à son père : son journal pourrait être publié, un jour.
     Elle se met aussitôt à le retravailler : elle quitte le ton spontané des premières pages, en parfait le style. Elle rédige le prologue, supprime des passages qu'elle juge peut-être trop personnels, en étoffe d'autres. Elle décide d'utiliser des pseudonymes, faisant des occupants de l'Annexe, qu'elle croque parfois vertement, des personnages. Elle choisit une forme narrative particulière, s'adressant à une amie imaginaire, Kitty, héroïne de romans pour la jeunesse dont elle raffole. Elle décrit minutieusement l'Annexe, pièce après pièce et précise le contexte historique.
     Elle revient sur une phrase, questionne la pertinence d'un chapitre, écoute le rythme d'un paragraphe, passe d'un ton introspectif à des réflexions plus politiques : à compter de ce jour, Anne Frank n'est plus seulement une jeune fille qui tient un journal, toutes ses décisions sont celles d'une autrice qui pense à de futurs lecteurs. Si elle a commencé à écrire sans intention de se faire lire le 12 juin 1942, à compter du mois de mars 1944, elle dit "je", mais elle commence à penser à nous. Elle en est persuadée, son texte saura trouver le futur, il viendra nous chercher ; aujourd'hui, il est venu me chercher.
     Comment l'appeler, ce récit que je ne me décide pas à relire avant ma nuit dans l'Annexe ? Ce livre est un décompte, auquel nous assistons. Nous en redoutons l'issue, nous savons qu'après le 4 août, date de l'arrestation des Frank, il n'y aura plus de mots. Ce livre, nous en connaissons la fin ; l'autrice, elle, l'ignore.
(p. 29-31)

 

DANS LA PRESSE :

Seule dans le dédale des pièces, la romancière dénoue le fil de ce qui l'a conduite à accepter cette expérience intense pour la collection "Ma nuit au musée". Dans ces pièces intemporelles, elle accueille ses propres fantômes.
Frédérique Bréhaut, Ouest France

La militante se reconnaît dans différentes causes, mais ne se revendique d'aucune tragédie. Pourtant. Été 2021. Elle est là. Une évidence. Lola Lafon a écrit un texte vibrant de sons. La nuit est pleine.
Marie-Laure Delorme, Le Journal du Dimanche

Un livre fort, donc, qui mêle documentation et autobiographie de manière passionnante et intelligente.
Yaël Hirsch, Toute la culture

 

 

Shannon Humbert.

« Le 18 août 2021, j’ai passé la nuit au Musée Anne Frank, dans l’Annexe. Anne Frank, que tout le monde connaît tellement qu’il n’en sait pas grand-chose. Comment l’appeler, son célèbre journal, que tous les écoliers...
Paru le : 
17 Août 2022

A lire aussi

"Vers la violence" de Blandine Rinkel : l'héritage d'un père

23 Septembre 2022

Récompensé du prix Méduse, Vers la violence de Blandine Rinkel, publié aux éditions Fayard, explore la relation d'une fille à son père, symbole...
Prix Femina 2022 : premières sélections

12 Septembre 2022

Découvrez les sélections du Prix Femina 2022.
Lola_Lafon_Quand_tu_écouteras_cette_chanson

12 Septembre 2022

Quand tu écouteras cette chanson de la collection "Ma nuit au musée" (Stock) raconte la rencontre entre l'écrivaine et Anne Frank au...