Vous êtes ici

29 Août 2022

"On était des loups" de Sandrine Collette : le roman d'apprentissage de l'instinct paternel

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
"On était des loups" de Sandrine Collette : le roman d'apprentissage de l'instinct paternel

Avec On était des loups (JC Lattès), Sandrine Collette signe un roman magistral sur la découverte de l'instinct paternel.

Sandrine Collette EN UN CLIN D'OEIL :

Sandrine Collette vit dans le Morvan. De cette nature montagneuse, elle tire son inspiration. Deux ans après le succès de son roman Et toujours les Forêts, couronné par de nombreux prix littéraires dont le Grand Prix RTL Lire et le Prix de la Closerie des Lilas, l'autrice fait son retour en librairie avec On était des loups (JC Lattès).

 

POURQUOI ON AIME On était des loups :

Liam est un homme des forêts. Au coeur des montagnes où il a choisi de vivre, au rythme de la nature, il n'est pas rare qu'il parte chasser plusieurs jours durant. Dès qu'il est de retour, Aru, son petit garçon de 5 ans, l'attend devant la maison - sauf ce soir-là. L'enfant est retrouvé dans la cour, sous le corps inerte de sa mère, victime du passage d'un ours.

Au milieu de son existence qui s'effondre, Liam a une certitude : ce monde sauvage n'est pas fait pour un enfant. Il décide alors de confier son fils à d'autres que lui. Le père, empreint d'une colère froide, parcourt ainsi les forêts avec ce môme qu'il connaît finalement peu et qui, terrifié, se réfugie dans le silence. Mais face à une nature écrasante et indifférente à l'humain, le père et le fils vont devoir apprendre à compter l'un sur l'autre.

Aussi le lien de dépendance subie laisse-t-il naître, peu à peu, la découverte de l'instinct paternel. Au fil d'une narration haletante qui nous entraîne au coeur des pensées de Liam, On était des loups nous raconte la naissance d'un homme en tant que père et le prix d'une possible renaissance.

 

LA PAGE À CORNER : 

     En vrai c'est la lueur éperdue dans ses yeux bleus qui me rend dingue, cette lueur qui me cherche simplement pour s'accrocher à moi, pour que j'ouvre une brèche une possibilité la largeur de mes bras et cette quête-là, cette prière muette je n'y arrive pas il peut toujours rêver. La seule chose qu'il demande le gosse c'est un peu de tendresse un truc comme ça. Il ne le dit pas c'est invisible sauf que c'est tellement là que l'air en frissonne, et je sens les vibrations vers moi que je repousse d'un geste de la main et je voudrais lui dire que ce n'est pas la peine, la tendresse je n'en ai pas du tout ou pas pour lui, on n'est plus que deux et ce n'est pas pour ça que je vais me rabattre sur lui. On avait un équilibre à trois Ava lui et moi, et ça a l'air bancal à trois mais on était faits comme ça et ça marchait bien. À deux tu crois que c'est plus facile et il n'en est rien, si tu as l'habitude d'avoir une troisième jambe eh bien tu trébuches quand elle a disparu. Ava c'était le lien qui nous manque, c'était l'eau entre la fleur et la terre. S'il n'y a plus d'eau la fleur se flétrit et la terre se dessèche et c'est l'impression que j'ai, m'effriter peu à peu, je pars en lambeaux en petits morceaux de tristesse et je n'ai rien à offrir au môme. Ma vie est une béance et l'avenir ressemble à ça, un grand trou vide quand chaque matin je me réveille en pensant qu'Ava n'est plus là. Je crois que c'est le plus effrayant me dire qu'elle ne reviendra pas et il y a un réflexe d'espérer qu'elle est partie pour un jour ou un mois ou même un an et puis non - d'espérer qu'un matin elle sera devant la porte devant la maison et la vie reprendra comme avant, mais l'avant n'existe plus et quand ma raison arrive à ce point-là ça vacille. C'est ce plus jamais qui m'accable il n'y a rien à négocier, ni un jour ni une heure, et je suis seul voilà la vérité.
     Je suis seul parce que le môme ne compte pas, je veux dire je ne peux pas compter sur lui. S'il se blesse ici au milieu de nulle part il me gênera - si je me blesse il ne pourra rien pour moi et c'est ce qui m'inquiète le plus au fond, si je me casse quelque chose dans la montagne on sera deux à être seuls. 
(p.92-93)

 

Shannon Humbert.

Ce soir-là, quand Liam rentre des forêts montagneuses où il est parti chasser, il devine aussitôt qu’il s’est passé quelque chose. Son petit garçon de cinq ans, Aru, ne l’attend pas devant la maison. Dans la cour, il découvre les...
Paru le : 
24 Août 2022

A lire aussi

Prix des Lecteurs 2022 : découvrez les lauréats

23 Septembre 2022

Découvrez les quatre lauréats du Prix des Lecteurs 2022.
"Vers la violence" de Blandine Rinkel : l'héritage d'un père

23 Septembre 2022

Récompensé du prix Méduse, Vers la violence de Blandine Rinkel, publié aux éditions Fayard, explore la relation d'une fille à son père, symbole...

19 Septembre 2022

L’image que nous avons des animaux correspond-elle à la réalité ? Pour en débattre, Hugo Clément répondra en live sur TikTok à vos questions...