Vous êtes ici

10 Février 2016

"Il était une lettre" : sur un air de romance

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
"Il était une lettre" : sur un air de romance

Le premier roman de Kathryn Hughes, Il était une lettre (Calmann-Lévy) est un petit bijoux de mélodramatisme et de suspens. Imaginez : en 1973, une jeune femme à la dérive découvre dans la poche d’un vieux costume une demande en mariage jamais postée et datant de 1939. Elle mène l’enquête pour découvrir qui était ce jeune couple séparé par la guerre et dont la jeune femme était enceinte. Voici quelques notes de musique sélectionnées par l’auteur pour se mettre dans l’ambiance. 

Le tour de force d’Il était une lettre de Kathryn Hughes (Calmann-Lévy), c’est de faire naviguer son lecteur entre deux temporalités distinctes mais au cœur de deux vies de femmes qui se ressemblent. Tina, en 1973 peine à fuir sa vie aux côtés d’un mari pervers, violent et alcoolique quand elle découvre une demande en mariage qu’une certaine Christina – le même prénom qu’elle ! - dite Chrissie n’a jamais reçue en 1939. Pour échapper à sa vie et se jeter à corps perdu dans le passé, elle décide de mener l’enquête et de retrouver Chrissie et le bébé qu’elle attendait au moment où Billy, son ténébreux et jeune amant, a été envoyé sur le front.

 

Il était une lettre : Suspens et mélo au rendez-vous ! 

 

 

Le mélodramatisme et le suspens sont habilement ménagés par l’alternance des chapitres entre le temps de 1939 et celui de 1973. Pourquoi Billy n’a-t-il jamais posté cette lettre ? Qu’est devenue Chrissie ? A-t-elle choisi d’abandonner ou d’élever son bébé ? Tandis que Tina se découvre enceinte elle aussi, les liens se resserrent entre les deux femmes, le passé et le présent du récit. Pour nous mettre dans l’ambiance, l’auteur Kathryn Hughes, autoéditée avant de connaître un succès inattendu au Royaume-Uni, a sélectionné pour nous quelques morceaux qui résonnent avec l’atmosphère de son histoire que nous soyons en 1973 auprès de Tina ou en 1939 avec Chrissie. Elle a notamment choisi une ancienne ballade galloise folk mise en mots en anglais en 1784 intitulée All through the night. "On la chante souvent comme une berceuse et le premier couplet de la version angalise est citée au début d'Il était une lettre ainsi que dans le livre", indique l'auteur. "Une partie du roman se déroule en 1939 quand éclate la Seconde Guerre mondiale et les jeunes hommes du roman sont appelés pour faire leur service militaire. En rédigeant ces passages, le morceau Wish me luck as you wave me goodbye me trottait constamment dans la tête", poursuit-elle. Pour justifier son choix de Ride a white swan de T.Rex, elle évoque le personnage secondaire de Rick, mari violent de Tina dont elle tente de se défaire, et qui est un gros fan de T.Rex et le fait que ce morceau soit "particulièrement emblématique de leur époque". Quant à You won't find another fool like me des New Seekers, Kathryn Hughes pense que "les paroles de cette chansons sonnent sans doute particulièrement vrais pour Tina Craig qui tente de survivre dans une relation abusive". Enfin, "nulle liste de chansons des années 70 ne serait complète sans une chanson d'Elton John, termine Hughes. J'ai choisi celle-ci pour Tina car c'est une romantique invétérée et qu'elle mérite le bonheur qu'elle désire tant". 

 

N.S

 

A lire aussi

« Witch and God » : le roman mythologique de Liv Stone

15 Novembre 2021

Liv Stone publie aux éditions BMR le roman Witch and God qui mêle romance et mythologie.
"Qui est Miss Paddle ?" : l'amour au temps des réseaux sociaux vu par Judith Duportail

13 Octobre 2021

Dans Qui est Miss Paddle ? (HLAB), Judith Duportail analyse l'influence des réseaux sociaux sur nos vies de couple...
« SEX/LIFE » la série événement sur Netflix et en librairie !

01 Juillet 2021

L’histoire autobiographique de BB Easton est sur Netflix et est disponible en librairie aux éditions HLAB...