Vous êtes ici

04 Février 2019

Véronique Olmi présente "Bakhita"

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

À l'occasion de la parution en poche de son roman Bakhita, paru en 2017 chez Albin Michel et consacré au destin incroyable d'une esclave africaine devenue religieuse en Italie puis sainte, Véronique Olmi nous raconte le cheminement qui l'a menée de la fascination pour ce personnage au compagnonnage littéraire.

Véronique Olmi n’avait jamais entendu parler de Joséphine Bakhita (1869-1947) jusqu’à ce jour, il y a quelques années, où elle tombe nez à nez avec son portrait dans une petite église de Langeais. "Ça m’a complètement immédiatement bouleversée. J’étais en train d’écrire un autre roman mais j’ai tout abandonné parce que je voulais partir à la recherche de cet être-là parce que je ne comprenais pas comment elle avait pu oublier son prénom." Bakhita, c’est en effet le nom d’esclave de celle qui deviendra, après des années de calvaire, sœur canossienne à Venise après un procès retentissant pour son affranchissement. Elle fût ensuite béatifiée puis canonisée par le Pape Jean-Paul II en vertu de deux miracles reconnus par l'Eglise. 

 

Véronique Olmi : trouver une voix pour s’ajuster à l’intériorité de Bakhita

 

La romancière s’attache à décrire ces étapes incroyables depuis l’enfance jusqu’à son dernier souffle en s’appuyant sur La Storia Meravigliosa, principale biographie du personnage commencée de son vivant en 1931, mais en trouvant une voie et une voix très particulière opérant un compagnonnage littéraire inédit. Elle a d’ailleurs dû s’y reprendre par trois fois pour trouver le ton qui pouvait rendre compte de cette existence. Car "l’esclavage s’écrit au présent", indique la romancière qui a fini par s’"ajuster à l’intériorité de Bakhita". 

 

Bakhita ou "le symbole d’une résistance partout dans le monde"

 

Une belle manière de porter la voix et les actions de celle qui reste la patronne du Soudan et le symbole d’un engagement auprès des femmes et des enfants dans le besoin partout dans le monde où perdurent des missions en son nom. Bakhita reste, en somme, "le symbole d’une résistance qu’elle porte mais vécue aussi par beaucoup de femmes dans le monde entier", dixit Véronique Olmi. 

 

Bakhita, également disponible chez Audiolib

 

Bakhita est également disponible en version lue par l'auteur chez Audiolib. Véronique Olmi nous parle ici de cette expérience. 


Réalisation, interview et montage : Noémie Sudre 

Cadrage : Yves Czerczuk 

 

A lire aussi

23 Janvier 2020

Prix Renaudot et best-seller de l’année 2017, La Disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez connaîtra bientôt une nouvelle vie sur grand...

23 Janvier 2020

C'est l'un des récits les plus forts de ce début d'année et la presse ne s'y trompe pas qui ne cesse d'en faire l'éloge -...

17 Janvier 2020

À l'occasion du quatrième épisode de notre podcast Maison papier et de la parution au Livre de Poche de Avec toutes mes sympathies , nous sommes...