Vous êtes ici

28 Juin 2018

Jean-Daniel Baltassat présente "La Tristesse des femmes en mousseline"

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Non, Berthe Morisot n'est pas qu'une peintre de poussettes et de petits enfants. Oui, elle a eu un rôle dans la grande révolution artistique du XIXe siècle influençant notamment Manet ou encore Mallarmé dans leur travail. Et surtout, elle a peint, dans un geste finalement avant-gardiste, "la tristesse des femmes en mousseline", comme le raconte élégamment ici Jean-Daniel Baltassat à travers les yeux d'un Paul Valéry admiratif. 

Surtout connue pour avoir été l'un des plus grands modèles d'Edouard Manet, Berthe Morisot (1841-1895) était aussi peintre. Tombée en désuétude au XXe siècle, considérée comme une simple observatrice de la vie de square tout au plus influencée par l'impressionnisme, elle a finalement imprimé sa patte sur tout un courant artistique et de pensée.

À travers les yeux et la plume admirative de l'écrivain Paul Valéry qui l'a connue jeune homme, Jean-Daniel Baltassat réhabilite cette figure injustement écartée du centre de la scène des avant-gardes du XIXe siècle pour nous la montrer comme une grande peintre des femmes, de leur transparence, de leur lumière mais aussi de leur mélancolie. Un rôle primordial donc.

Noémie Sudre avec Laurie Fusi

A lire aussi

23 Janvier 2020

Prix Renaudot et best-seller de l’année 2017, La Disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez connaîtra bientôt une nouvelle vie sur grand...

23 Janvier 2020

C'est l'un des récits les plus forts de ce début d'année et la presse ne s'y trompe pas qui ne cesse d'en faire l'éloge -...

17 Janvier 2020

À l'occasion du quatrième épisode de notre podcast Maison papier et de la parution au Livre de Poche de Avec toutes mes sympathies , nous sommes...