Vous êtes ici

23 Mai 2018

Correspondance générale de Napoléon : retour sur une entreprise éditoriale hors normes

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Le saviez-vous ? Napoléon Bonaparte était graphomane. Avec près de 42 000 lettres à réunir et déchiffrer, après 16 années de travail et avec l'aide de 450 bénévoles, la Fondation Napoléon et les éditions Fayard viennent d'achever la publication en 15 tomes de la monumentale correspondance de l'empereur. Retour sur cette entreprise éditoriale hors normes. 

Napoléon Bonaparte n'a pas fait dans la démesure que sur les champs de bataille et dans sa manière de gouverner. En effet, son activité épistolaire, même pour l'époque, dépasse toutes les normes. C'est donc en connaissance de cause, dans une entreprise éditoriale un peu folle que se sont lancées en 2002 la Fondation Napoléon et la maison Fayard dans le but de publier les quelques 42 000 lettres écrites ou dictées par l'empereur. 

 

Une correspondance monumentale qui éclaire le règne de Napoléon dans sa globalité

 

Dans la perspective de fournir aux historiens, étudiants et autres passionnés le plus grand nombre de lettres possibles et ce faisant éclairer d'une lumière nouvelle la trahectoire et le règne de Napoléon, les équipes éditoriales menées par François Houdecek ont dû faire appel à "une armée de bénévoles" dixit Thierry Lentz, directeur de la Fondation. Lesquels ont, année après anné, volume après volume, réuni les lettres éparpillées aux quatre coins du monde dans différents centres d'archives, musées voire collections privées puis déchiffré les missives parfois illisibles quand elles sont de la main même de l'empereur - "la graphie de Napoléon est un véritable cas d'école pour les graphologues" selon François Houdecek - et enfin vérifié toutes les informations contenues. 

 

Les quinze tomes disponibles chez Fayard

 

"C'était un travail passionnant, on vivait l'histoire en train de se faire au jour le jour", indique Didier Riancho, membre correspondant bénévole, désormais un peu orphelin de sa tâche puisque le quizième et dernier tome vient de paraître. 

 

Noémie Sudre

A lire aussi

Après deux premiers romans très remarqués, L’Éveil et Toni (Stock), la jeune Line Papin poursuit son chemin en littérature sous le regard...

20 Juin 2019

Chef pâtissier du Pavillon Ledoyen et du 1947 Cheval blanc sous la direction de Yannick Alléno, Aurélien Rivoire est le nouveau prodige de la...
Depuis de nombreuses années, Ginette Kolinka parcourt la France pour raconter dans les écoles l'enfer des camps d'extermination où elle a été...