Vous êtes ici

29 Septembre 2015

Valérie Lemercier : 5 de ses personnages les plus "gueudins"

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Si vous n’êtes jamais allé voir Valérie Lemercier sur scène, vous ne connaissez peut-être pas La Renardière, Stéphanie ou encore Madame Cadinot… Et pour cause, la comédienne s’est toujours refusée à capturer en vidéo les instants qu’elle estime n’avoir de sens que sur une scène. En ce mois d’octobre, voici deux nouvelles opportunités de faire connaissance avec son univers de "gueudin" - selon le mot de son producteur - : tandis qu’elle revient au théâtre du Châtelet du 1er octobre au 8 novembre, les éditions Grasset publient pour la première fois les textes de ses précédents Spectacles depuis le Splendid en 1989 jusqu’au Palace en 2008. Florilège forcément un peu allumé. 

 

Depuis toujours inspirés par son entourage ou des célébrités, les personnages campés par Valérie Lemercier sont à la fois très bien vus et tous plus barrés les uns que les autres. C’est évidemment ce qui les rend si drôles et intelligents et lire les textes qu’elle a écrits avant de monter sur scène les faire exploser permet déjà de faire résonner une langue, un ton et un phrasé propres à chacun… assez souvent au-dessous de la ceinture il faut le dire. Allez, on va pas bouder notre plaisir !

 

1- Stéphanie : "… comme il a un peu d’haleine le matin, alors il se lave les dents le matin".

 

La gamine à la langue bien pendue qui fait tourner sa baby-sitter en bourrique.

 

"... Non non, chez nous on s’lave les dents le matin...

Oui je sais parce que mon père il fume au moins plusieurs paquets par jour, comme il a un peu d’haleine le matin, alors il se lave les dents le matin. Tu sais ce qu’il fait après ? Il prend ses mots fléchés, il va euh... dans un endroit bien spécial, il reste au moins une heure et quand il sort, je sais pas du tout ce qu’il a fait mais ça sent pas Miss Dior.

 

Moi du Miss Dior j’en mets un peu là... là... j’en mets un tout petit peu là, j’en mets pour aller à la danse.

 

Ma mère, elle a plein de produits de beauté, des crèmes pour les rides, des crèmes pour la culotte de cheval...

Oui oui j’me couche mais tu sais pas ? Tu sais ma mère et ben elle se trouve grosse, elle est pas grosse hein mais elle se trouve grosse.

Alors elle fait de la gym, elle reçoit au moins toutes les semaines des trucs de M6 boutique pour maigrir, des petites soucoupes qu’on met sur le ventre.

Mon père il trouve que ça fait beaucoup de bruit pour rien. En plus, il trouve qu’elle est très bien comme ça.

 

Tu sais où ils se sont rencontrés mes parents ? Devine !..."

 

 

2- La Renardière : "on a r’trouvé des tas d’cousins du côté d’maman, qu’on a pas vu depuis des années et qu’ont des bites énormes".

 

L'aristo qui ne crache pas sur une blague de prout.

 

"Génial !

Hyper réussi !

On a eu un temps extra !

Caro et Arnaud étaient superbes !

Papa avait fait installer des grandes tentes dans l’parc à côté des Saules, c’était génial !

Ah mais c’est vrai qu’tu connais pas la Renardière !

C’est génial, ça fait des centaines d’années qu’on est là bas, on est ravis.

Tu sais que dès qu’on a trente secondes on est fourrés là bas, on fait des grandes tablées, on est jamais moins d’trente, on est morts de rire !!!!

... Ah ben non, tout l’monde met la main à la pâte, et puis tu sais on s’emmerde pas, on fait des grandes salades, des grillades, c’est génial !

Là on est restés quinze jours pour tout préparer, on a pas chômé hein.

... 480 ! Bah tu sais entre les parents, les cousins, les copains des parents, tout l’monde était là hein...

On a même eu Diane et Xavier qui sont rentrés spécialement du Gabon.

Ah non c’était génial, en plus on a r’trouvé des tas d’cousins du côté d’maman, qu’on a pas vu depuis des années et qu’on des bites énormes.

... Maman ?

Ben elle était ravie, tu parles, des bites, génial !!!"

 

3- Madame Cadinot. "Ah non, a fait rien, a ratisse avec son tchu toute la journey et puis c’est tout".

 

La vieille bonne femme qui vit des ragots du village. A lire avec l’accent "ed’cheu nous", bien sûr.

 

"Véroniqueu Stallin.

A l’est toujours à moitié à poil su sa Mobylette hein.

Faut pas qu’a s’étonne après d’avoir un tracteur qui y rentre dedans hein...

Ah non, a fait rien, a ratisse avec son tchu toute la journéy et puis c’est tout.

Ah ben est une rapide hein.

Faut la voir à l’oeuvre...

J’l’ai vu faire moi c’t’été à la fête à Brametot hein, tout l’monde était là autour des manèges, personne faisait d’mal hein...

A s’approchait d’un gars qu’a connaissait pas, voyais bien qu’a connaissait pas.

Deux minutes après a y roulait des pelles dans les auto tamponneuses hein.

Oh pi a fermait les yeux là, ouf.

A d’vait sûr’ment cogiter pour savoir où qu’a l’allait l’emmener après hein.

Ah mais ça, a l’est pas maline, mais quand qu’il s’agit d’se

trouver un coin pou s’faire TRIPOTEY, ça galope hein là d’dans hein (tête)...

Pi après, pas, è pas difficile, a l’enlève sa tchulotte, et puis allez hopa, a prend sa giclaye !!! 

Ah ben ch’sais pas moi, j’sais pas comment qu’ils font parce qu’a l’est moche…

Oh la laye, a l’est pas belle hein…"

 

4- PPDN : "Contraints par la faim, ils ont dû se résoudre à manger leur crème solaire puis, à bout de force, à téter une jeune maman belette…"

 

Prends pitié de nous où la prière pénitentielle un peu à côté de la plaque

 

"Pour Soizic, Guy et Geneviève, revenus enfin parmi nous vendredi soir après ce long cauchemar sur le pic de Vénasque. Nous savons, nous, leur famille, leurs amis, combien leur attente a été longue, nous savons à quel point solide était leur foi au cours de ces longues heures. Contraints par la faim, ils ont dû se résoudre à manger leur crème solaire puis, à bout de force, à téter une jeune maman belette provoquant, dans leurs efforts désespérés, la chute mortelle de deux jeunes secouristes bénévoles. Afin que la vie près des leurs leur paraisse plus douce, afin qu’ils apprennent jour après jour à oublier ces longues heures dans l’attente des secours, prends pitié de nous.

 

Pour Hervé et Véro, afin qu’ils ne se découragent jamais, même après ces longues années d’attente, et qu’ils sachent un jour accomplir en toute sérénité l’acte d’amour, afin d’agrandir notre famille. Nous attendons avec impatience la naissance de ce premier enfant, fruit de leur amour prends pitié de nous".

 

5- Fréquenstar : "Alors 83, tout seul sur la scène de l’Olympia, avec quand même, tes zicos derrière toi, on pense à quoi dans ces moments-là ?"

 

L’animateur télé blond platine et lunettes noires ami des stars. Toute ressemblance avec… vous connaissez la suite.

 

         "Il sort par la porte du fond, le ruban de la lutte contre le sida

sur la poitrine.

 

Jean on sort de ta cave à vins, pas dégueu, Monsieur sait vivre... C’est bien. Tu nous as dit « Venez chez moi en Bretagne, y a un micro climat, il fait toujours beau ». Bon

là, ça fait juste deux jours qu’il pleut quoi mais ça fait rien on t’en veut pas ! Hi hi hi.

Là on profite quand même d’un petit rayon de soleil. Petit le rayon hein, ah ouais non là c’est clair quoi.

Alors 83, tout seul sur la scène de l’Olympia, avec quand même, tes zicos derrière toi, on pense à quoi dans ces moments-là ?

(Ils montent sur un muret)

Hein on pense à quoi ?"

 

Bon, point trop n’en faut, la suite c’est dans Spectacles (Grasset), en librairie ce 30 septembre (inscrivez-vous à la newsletter Grasset pour pouvoir lire un extrait dès à présent) et au Châtelet du 1er octobre au 8 novembre.

 

N.S