Vous êtes ici

14 Août 2015

Rentrée littéraire : 4 premier romans prometteurs

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Parce qu’une rentrée littéraire sans premier roman c’est comme un Noël sans cadeau, nous vous en proposons quatre parus aux éditions Stock, Grasset et Fayard et qui ne manqueront pas de vous émouvoir, de vous faire rire et même de vous instruire. Par N.S 

Les bannis
Avis des lecteurs : 3/5 5 Donner un avis
« Tous, ils marchent en chantant. Ils ne sont ni joyeux ni tristes, mais ils chantent. Ils sont ma famille, mon peuple, ma condamnation à l’errance. Ils viennent de Picpus ou de Bretagne, de Bucarest ou de Tunisie, d’Istanbul ou de Lannemezan, de Pittsburgh ou du Jura...
Paru le : 
19 Août 2015

Journaliste officiant  au Monde, Laurent Carpentier s’est dit qu’il était temps de troquer sa plume de reporter contre celle de romancier un jour où il était sur l’autoroute. What ? Explications : En passant devant un panneau indiquant Saint-Jean-Kerdaniel, bourgade bretonne d’où venait son grand-père, il se met à raconter l’histoire de son aïeul qui d’un coup lui tire des larmes. Voilà que son passé familial lui saute à la gorge : il n’y a que des excommuniés, des exclus, des exilés, des exterminés, des exécutés, des exploités… Quelle place tenir quand on est issu d’une lignée de bannis ? C’est la question et l’histoire pas si morbide que déroule ici Laurent Carpentier dans une langue très prometteuse. 

La cache
Avis des lecteurs : 3/5 7 Donner un avis
« Nous avions peur. De tout, de rien, des autres, de nous-mêmes. De la petite comme de la grande histoire. Des honnêtes gens qui, selon les circonstances, peuvent se muer en criminels. De la réversibilité des hommes et de la vie. Du pire, car il est toujours sû...
Paru le : 
19 Août 2015

Si son nom vous est familier c’est que cet auteur est issu d’une famille bizarre et géniale dont on connaît surtout Christian le plasticien et Luc le sociologue. Grand reporter à L’Obs, Christophe Boltanski s’est donc tout naturellement questionné sur cet héritage bien lourd à porter d’êtres ayant la manie du huis-clos et de l’enfermement. Dans chacune des pièces de l’appartement familial de la rue de Grenelle, le romancier a placé un personnage dont l’histoire dévoile un peu plus le mystère des "Bolt".

 

Appartenir
Avis des lecteurs : 4/5 6 Donner un avis
De la guerre, de la déportation et de la mort de ses proches, Boris, le grand-père de la narratrice, n’a jamais parlé. Autour de lui chacun savait, mais, dans l’appartement du 30, rue de Leningrad, que tout le monde appelait « le 30 », le sujet n’...
Paru le : 
19 Août 2015

Séverine Werba, elle non plus, n’a pas pu résister à l’appel du roman familial. Surtout qu’elle ne connaissait rien ou si peu du passé de son grand-père, Boris, avec qui elle a vécu une partie de son enfance dans un appartement poussiéreux de la place de Clichy. C’est au moment de devenir mère et après avoir cédé toute une bibliothèque de journaux et de livres en russe et en yiddish qu’elle a ressenti le besoin de combler le vide et de reprendre le récit là où il avait été interrompu. Une quête des origines qui l’a menée sur les traces de Rosa, sœur de Boris, déportée en 42 avec sa fille, mais aussi jusqu’à un village ukrainien dont la rivière gelée servait de patinoire au petit Boris. Quand Séverine Werba parle de la genèse de ce roman, c’est avec des trémolos dans la voix et pour cause : c’est à la recherche d’elle-même qu’elle est partie en réveillant les fantômes du passé. 

La Logique de l'amanite
Avis des lecteurs : 3/5 8 Donner un avis
Nikonor, érudit snob et acariâtre, vit retranché dans son château, en Corrèze. Il se passionne pour la mycologie (surtout cèpes et amanites) et la littérature. Au fil des pages, on va découvrir les confidences étranges qu’il nous...
Paru le : 
26 Août 2015

C’est aussi autour d’un drôle de nœud familial que Catherine Dousteyssier-Khoze, professeur de français en Angleterre, a décidé de tisser son premier ouvrage de fiction qu’elle classe elle-même dans la catégorie du roman noir. Il faut dire qu’on y rencontre un personnage assez bizarroïde répondant au nom tout aussi bizarroïde de Nikonor. Snob, acariâtre et quasi centenaire, il vit en ermite dans son château de Corrèze et s’est passionné pour l’étude des champignons. Il est mycologue quoi. Pourquoi éprouve-t-il une telle haine envers sa sœur jumelle, Anastasie, auprès de qui il a reçu une éducation très XIXe siècle ? Et que sont devenus tous ses proches ? Mystère et boule de gomme (enfin boule de cèpe). 

Tops et sélections suivant