Vous êtes ici

14 Août 2015

Rentrée littéraire : 10 romans étrangers à ne pas rater

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Si la rentrée littéraire fait la part belle aux auteurs français - qui sera le prochain Goncourt ? Et le nouveau premier roman dont tout le monde parle ? – les écrivains étrangers ne sont pas en reste. Et pour cause : on entend bien souvent parler de leur prochain ouvrage des mois avant d’avoir entre les mains la traduction tant attendue. Voici dix voix venues d’ailleurs à entendre absolument cette année. Par N.S

Six jours
Avis des lecteurs : 4/5 6 Donner un avis
29 avril-4 mai 1992. Pendant six jours, l’acquittement des policiers coupables d’avoir passé à tabac Rodney King met Los Angeles à feu et à sang. Pendant six jours, dix-sept personnes sont prises dans le chaos. Pendant six jours, Los Angeles a montré...
Paru le : 
02 Septembre 2015

C’est LA révélation étrangère de cette rentrée. A la tête d’une société d’édition américaine, Ryan Gattis a déjà publié plusieurs livres mais celui-ci apparaît comme le plus dense et le plus ambitieux. Il faut dire qu’il a pour point de départ un épisode encore brûlant aux Etats-Unis : en 1992, Los Angeles s’embrase pendant six jours suite à l’acquittement de quatre policiers accusés d’avoir passé à tabac un automobiliste noir. Un sujet qui continue de résonner avec plusieurs affaires récentes. Six jours suit plusieurs personnages, au cœur des gangs ou du côté des secours entre règlements de comptes et guérilla urbaine. Un remarquable roman polyphonique et ramassé dont la narration épouse au plus près la violence des événements. Une violence que l’auteur  - sous ses airs de garçon sage - a côtoyée de très près et dont il s’est inspiré. Pour vous mettre dans l’ambiance du livre, écoutez la playlist de Six jours.

 

La Zone d'intérêt
Avis des lecteurs : 3/5 8 Donner un avis
DÉCOR Camp de concentration Kat Zet I en Pologne. PERSONNAGES Paul Doll, le Commandant : bouff on vaniteux, lubrique, assoiffé d’ alcool et de mort. Hannah Doll, l’ épouse : canon de beauté aryen, mère de jumelles, un brin rebelle. Angelus Thomsen, l...
Paru le : 
19 Août 2015

On en parle depuis un an : voici enfin le nouveau roman de Martin Amis. Comme tous les ouvrages du Britannique dont la satire est l’une des signatures, La zone d’intérêt ne devrait laisser personne indifférent. Passionné par la Shoah et ses conséquences sur le monde occidental, le romancier tantôt adulé, tantôt décrié pour ses prises de positions, fait s’élever trois voix depuis Auschwitz. Des voix on ne peut plus différentes puisqu’il s’agit d’un bourreau SS, de son épouse et de l’un des prisonniers. Comment écrire encore sur cet enfer ? Avec le ton, le regard et l’audace toujours renouvelés de Martin Amis sans doute. Avec, par exemple, ce théâtre grotesque visant à démonter l’absurdité au cœur du génocide.

Funny Girl
Avis des lecteurs : 3/5 7 Donner un avis
Dans les Swinging Sixties la nation tout entière est sous le charme de Sophie Straw, la nouvelle star de la comédie à succès de la BBC. Ça tombe bien, cette ancienne Miss Blackpool n’a qu’une ambition dans la vie : faire rire les gens. En studio comme...
Paru le : 
19 Août 2015

Le foot, la musique… nombreuses sont les obsessions culturelles développées par Nick Hornby dans ses romans – et visibles à l’écran dans plusieurs adaptations. Cette fois c’est à l’industrie du divertissement en pleines Swinging sixties qu’il s’attache dans LE roman de la rentrée qui fait du bien. Funny girl déploie en effet tout un arsenal de situations et de quiproquos déclenchant un rire franc et inlassable. On y rencontre Sophie Straw, star de la nouvelle comédie musicale à succès de la BBC. Entre un producteur dévoué et un partenaire masculin dilettante, Sophie tentera de ne pas perdre son cap : faire rire les gens. Mais lorsque la réalité rejoint la fiction, dur dur de se tenir à ses plans. Une plongée plus que rafraîchissante dans les coulisses de la pop culture. 

Avant la fête
Avis des lecteurs : 3/5 4 Donner un avis
C’est la nuit à Fürstenfelde, avant la fête de la Sainte-Anne. Le village se couche de bonne heure. À l’exception du passeur – il est mort. Madame Kranz, l’artiste peintre locale, ambitionne quant à elle de réaliser son premier tableau...
Paru le : 
09 Septembre 2015

C’est dans une toute autre ambiance que nous berce Saša Stanišić, auteur de langue allemande révélé au grand public avec Le Soldat et le Gramophone en 2008. Dans ce nouveau roman et au village de Fürstenfelde, le lecteur passera une nuit, celle qui précède la fête de la Sainte-Anne, avec une drôle de galerie de personnages dont une artiste peintre locale, un sonneur, une renarde, un officier retraité et surtout un passeur, mort mais tout aussi palpable que les autres. Tous, ils ont une mission à accomplir avant la fin de la nuit. Ensemble, ils composent un carnaval aux accents médiévaux et aux relents de nuit et d'aube des temps modernes.

Babayaga
Paris, 1959. Un homme est retrouvé empalé sur la grille d’un jardin public. La Ville Lumière plonge dans les ombres, envoûtée par les babayagas, sorcières venues du fond des siècles et des steppes russes. L’inspecteur Vidot enquête. Mais qui se frotte aux babayagas s’y pique, et...
Paru le : 
02 Septembre 2015

De la magie il y en a aussi une bonne dose sous la plume de Toby Barlow, publicitaire américain le jour, écrivain insatiable la nuit à qui l’on doit notamment l’inclassable Crocs paru en 2008. Cette fois, nous sommes à Paris en 1959. Un homme et sa maîtresse se promènent main dans la main, dans ce moment flottant qui suit l’amour. Bienheureux, il se demande encore comment une femme si belle, si magnétique, a pu le choisir lui, un petit homme sans aucun attrait physique. Peu de temps après, on le retrouve empalé sur les grilles d’un jardin public. On ne déflore rien en annonçant que c’est l’œuvre macabre de sa dulcinée. Il s’y était bien trompé : celle qui répond au doux nom de Zoya n’est autre qu’une "babayaga", l’une de ces sorcières venues du fin fond des siècles et des steppes russes. Se lancent à sa poursuite un pauvre inspecteur transformé en puce – qui fait ce qu’il peut le pauvre -, et un jeune publicitaire américain travaillant à son insu pour la CIA. Un jubilatoire détournement des codes romanesques à cheval entre l'espionnage et le conte folklorique.  

Se lever à nouveau de bonne heure
Avis des lecteurs : 3/5 6 Donner un avis
Paul O’Rourke est un dentiste hors-pair, un New-Yorkais qui entretient avec sa ville des rapports ambigus, un athée convaincu, un supporter désenchanté des Red Sox, et grand amateur de mokaccino. Et pourtant il est hors du monde moderne. Son métier, certes, occupe ses journées, mais ses nuits...
Paru le : 
02 Septembre 2015

En voilà un roman ancré en plein dans notre délirant XXIe siècle ! Après Le pied mécanique, le très prometteur Joshua Ferris dresse le portrait d’un homme, qui s’accommode tant bien que mal de sa petite existence new yorkaise jusqu’au jour où on lui vole son identité sur internet. Autre problème : son double numérique s’avère être bien plus adapté au monde, meilleur en somme, que lui-même. La vie d’un homme a-t-elle vraiment un sens ? Et auquel cas, quel est-il ? Un puits sans fond qu’explore avec énormément d’intelligence et d’humour un auteur repéré dès 2010 par le New Yorker.   

Miroitements
Avis des lecteurs : 4/5 2 Donner un avis
Roman traduit du néerlandais (Belgique) par Marie Hooghe Dans ce roman-miroir, Edgard Demont s’adresse à Matthew, son amant mais aussi l’époux de sa sœur Hélène, la narratrice de Sommeil des dieux . Ce long monologue d’Edgard est une sorte...
Paru le : 
26 Août 2015

Après Sommeil des Dieux, le Belge de langue néerlandaise Erwin Mortier retrouve le frère de sa narratrice Edgard. Dans une folle recherche du temps perdu, ce dernier s’adresse à ses cinq amants successifs. Tour à tour, ils l’ont aidé à vivre, à panser ses blessures, celles de la Grande Guerre et les autres. Un roman épistolaire qu’on lit comme un long poème en prose, tantôt élégiaque, tantôt descriptif empreint d’une mélancolie non dénuée d’une très belle lumière. 

La fiancée de Bruno Schulz
« Józefina Szeliska, dite Juna, fut entre 1933 et 1937 la fiancée de Bruno Schulz, peintre et écrivain de génie, âme tourmentée, assassiné en 1942 dans sa ville natale de Drohobycz, en Pologne. Elle fut sa compagne et sa muse. Mais Bruno Schulz était incapable d’aimer, sinon de vivre...
Paru le : 
09 Septembre 2015

Notamment connue pour sa biographie retentissante de Wiera Gran en 2011, la Polonaise Agata Tuzsynska, a cette fois choisi de romancer la vie d’une femme longtemps restée dans l’ombre de son célèbre compagnon. Juna, n’a été la fiancée du peintre et écrivain polonais Bruno Schulz que de 1933 à 1937. Accaparé par son œuvre, incapable d’aimer, l’artiste de génie n’aura jamais su lui faire une place. Après l’assassinat de Schulz en 1942, Juna, continua d’aimer son fantôme jusqu’à sa propre mort en 1991. Un amour littéralement fou habilement recrée ici par le jeu de la fiction et de l’histoire. 

Le maître des apparences
Avis des lecteurs : 3/5 6 Donner un avis
Filth fut pendant des années un avocat international de renom à Hong Kong. Mais il fut aussi un de ces enfants appelés « Orphelins du Raj » né dans l’empire britannique en Malaisie et rapatrié tout jeune en Angleterre pour être éduqué. En déroulant sa vie ainsi que celle de sa femme Betty,...
Paru le : 
26 Août 2015

Avis aux fans : la grande romancière anglaise entame une trilogie. Deux autres impressionnants volumes suivront cette première parution autour du destin de Sir Edward Feathers, alias le juge Filth, de son enfance misérable en Malaisie à sa vie rurale apparemment paisible en passant par des amours mélancoliques et autant de secrets inavouables. On n’a pas fini d’en apprendre de belles sur le juge Filth ! 

De si parfaites épouses
Avis des lecteurs : 4/5 4 Donner un avis
Detroit, en 1958, à la fin du mois de juin. Dans le quartier ouvrier blanc d’Adler Avenue, l’atmosphère est pesante, l’air chargé de menaces. Les grandes usines où tous les hommes sont employés commencent à fermer et, plus inquié...
Paru le : 
26 Août 2015

Retour à Detroit avec ce deuxième roman de Lori Roy aux éditions du Masque. La romancière originaire du Kansas renoue avec un lieu et une époque déjà explorés dans Bent Road : l’Amérique de la lutte pour les droits civiques. Nous sommes en 1958 dans un quartier blanc privilégié. L’air est lourd, chargé de menaces : tandis que les usines où tous les hommes travaillent ferment les unes après les autres, de plus en plus de Noirs s’installent dans les environs. Derrière les rideaux amidonnés, les femmes s’observent et de méfient. Un jour, une jeune fille simple d’esprit du quartier se volatilise. Et si cette disparition avait un lien avec la découverte récente du corps sans vie de cette jeune femme noire dans un entrepôt ? Car, oui, le mal est partout.