Vous êtes ici

01 Septembre 2015

Rentrée : 5 raisons de stresser… quand on est prof !

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Que vous soyez parent d’élève, ou vous-même élève ou étudiant, il y a fort à parier que chaque nouvelle rentrée scolaire vous procure un peu de stress. On ne sait pas si on se fera de nouveaux amis, si le programme sera facile à suivre, si les profs seront intéressants… Mais, ET LES PROFS justement, vous y avez pensé ?

 

Julie Van Rechem, professeure d’histoire, publie chez Stock Prof jusqu’au bout des ongles, un ouvrage dans lequel elle partage son quotidien. Les anecdotes rigolotes, les moments de grâce, mais aussi les difficultés. Voici 5 raisons, tirées de son livre, qui nous donnent envie de croire que la rentrée est bien plus stressante pour les profs que pour les élèves ! (et donc de relativiser un peu)

 

 

1/ Les situations de crise

Quand on est prof, on doit faire face à des situations de crise que l’on est censé savoir gérer. Et certaines sont pour le moins inattendues… 

 

"Linda […] eut soudain le hoquet en cours. De ces hoquets bruyants qui font rire la classe. Sans pouvoir s’arrêter, rouge de honte. Dans son regard, la peur des moqueries et de se faire réprimander. Ton sec, sans appel : « Linda, tu as mangé quoi hier soir ? » Interloquée. Elle ne sait plus, cherche, je la presse et la regarde droit dans les yeux. J’insiste. Je ne blague pas, cela se voit. La classe retient son souffle, Linda aussi. Les élèves ne savent pas ce qui se trame. J’insiste encore, elle répond, détaille les plats. J’attends quelques secondes, le regard planté dans le sien, je lui demande : « Linda, as-tu encore le hoquet ? » Et vingt-quatre paires d’yeux admiratifs. Le silence. Le miracle opère. Je me retourne vers le tableau. Au travail."

 

2/ Les autres profs


On ne s’en rend pas forcément compte quand on est élève. Mais l’ennemi numéro un des profs. CE SONT LES AUTRES PROFS. En atteste la description que fait Julie Van Rechem de la salle des profs.

 

"J’entrouvre les portes de la Salle des Profs. Faisons tomber le mythe immédiatement : cet endroit est sans doute l’antithèse absolue de la sérénité. Ce n’est ni le lieu calme, ni le havre de paix auquel vous vous attendez et encore moins le doux foyer que l’on retrouve avec bonheur après la bataille. Cela relève plus en réalité de la chambrée étudiante, du gueuloir flaubertien, du thé chez Angelina, du ring de boxe et, surtout au bout de huit semaines de cours d’affilée, de l’asile londonien du xixe siècle. Oui."

 

3/ Les copies


On laisse l’auteure vous dire elle-même ce qu’elle pense des copies, cela devrait suffire à vous effrayer.

 

"Mais pourquoi une telle panique face aux Copies ? L’explication est simple : la Copie fait trembler l’être imparfait que nous sommes, nous confrontant à l’infinitude et à l’incomplétude pascaliennes, et au mystère de la Création. Rien que ça."

 


4/ Les fou-rires


Que vous l’ayez vécue ce matin ou il y a 20 ans, vous vous souvenez forcément de cette situation délicate où un fou-rire vous vient en classe et où vous avez du mal à vous retenir. Maintenant imaginez la quantité de perles qu’un prof entend par jour dans la bouche de ses élèves et face auxquelles il est obligé de se contenir. Bon bah voilà.

 

"Vous leur demandez en passant quel est l’oiseau représenté… AH ! C’est à ce moment qu’un élève, tellement excité d’avoir la bonne réponse, brandit son bras, sa main, son doigt, se lève presque, trépigne sur sa chaise, se jette devant vous en criant (s’il avait pu se rouler par terre pour répondre il l’aurait fait). Toute la classe retient son souffle, car vu son excitation sa réponse ne peut qu’être exceptionnelle de culture et d’intelligence, et nous nous préparons tous à l’acclamer…
– Madaaaaame !!! Je sais, moi moi moaaaaaaaa !!!
– Ouiiiiii ?
– Je sais !!! C’est un… c’est un… ah bon sang, je sais,
zut ! C’est un… C’EST UN LYNX !!!
Le temps suspendu. Je retiens mon souffle. Les élèves écarquillent les yeux, personne ne pipe mot. Le délire est proche mais je tente de le contenir en faisant comme si de rien n’était. Je demande donc à l’élève de reformuler sa réponse en croyant m’offrir ainsi une échappatoire…
– Nan, nan, pardon, c’est un… euhh… oui, c’est ça,
C’EST UN SPHYNX !!!
(Toujours pas.)
Et les vannes de s’ouvrir.
Éclat de rire général, moi avec."

 

5/ Les élèves, bien sûr !

Mais bien sûr, le pire cauchemar des profs, ce sont les élèves.  Le livre de Julie Van Rechem regorge d’anecdotes, de récits, de souvenirs : d’élèves perturbateurs, menaçants, bavards, insupportables ! En voici un petit exemple :

 

"Ce qui est un lieu de travail pour moi est un véritable lieu de vie pour certains de mes élèves.  […] Quand a lieu par exemple une tentative subtile de détourner votre cours en vous faisant parler, développer, partir dans de grandes considérations, le prof d’histoire-géo n’étant pas le dernier à s’emballer, on le sait…
– Mais madame, cette histoire, ça ne serait pas un peu un emballement des médias ? (Si elle répond, bingo, on gagne quinze minutes !)
– Madame, ce qui s’est passé hier aux infos, vous en pensez quoi ? (Va-t-elle tomber dans le piège ? Oui, non ?" Un peu au moins ? Alleeeeez, juste cinq minutes !!!)
– Moi j’ai vu une vidéo qui expliquait que c’était à cause des Illuminati, c’est vrai, c’était sur YouTube ! (Ouaaaais, bien vu ! Elle réagit au quart de tour à ça !)
Toutes questions qui sont peu ou prou l’équivalent de : « Madame, comment on fait les bébés ? » On sourit intérieurement à ces tentatives de piratage de cours plus ou moins adroites. On se demande comment ils peuvent oublier qu’on a été à leur place, ce qui leur passe par la tête. On se fait aussi avoir parfois, et ce n’est pas bien grave : un éclat de rire, un froncement de sourcils amusé, vous m’avez bien eue…"

 

Trêve de plaisanteries, bonne rentrée à tous, élèves, parents d’élèves… et profs !

 

C.S.

 

Tops et sélections précédent

Tops et sélections suivant