Vous êtes ici

23 Février 2015

10 mots d'amour décryptés : en route pour un petit dépucelage étymologique !

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

On vous surnomme McLovin dans l’intimité ? Autrement dit, l’amour n’a pas de secret pour vous ?  Vérifions ça illico avec une petite mise au point lexicale inspirée des 365 mots de l’amour et de l’amitié expliqués signé Paul Desalmand et Yves Stalloni (Chêne).

 

 

1- Demi-vierge : Eh oui, on peut l’être à moitié paraît-il. Du moins d’après le titre d’un roman de 1894 (Les Demi-Vierges) qui valut à Marcel Prévost de passer de sa période "auteur junior" à celle de la maturité. Désignant "des jeunes filles techniquement vierges mais pas innocentes pour autant" (citation du livre), l’ouvrage s’attache à décrire une "vie parisienne un peu dévergondée". Ben tiens.

 

2- Disputes : Non, non, non et non ! S’engueuler n’a jamais servi à souder un couple. Bien au contraire. C’est même Montherlant, un sacré expert en sentiments, qui nous le dit : "(…) elles créent des fêlures que rien ne ressoude. Quand on cherche dans son passé, on trouve (…) que les êtres qu’on a profondément aimés, ce sont ceux avec qui l’on n’a jamais eu un accrochage. Et il y en a : ce miracle existe." C’est déjà ça. 

 

3 – Egoïsme vs Egotisme : Attention à ne surtout pas confondre les deux termes, le premier consistant à privilégier systématiquement son intérêt personnel, le second (mis à la mode par Stendhal avec son roman Souvenirs d’égotisme rédigé en 1892), désignant la façon d’être particulièrement attentif à sa propre personnalité, à l’étude fouillée de ses propres penchants et travers (clé de voûte des écrits de Montaigne ou Gide par exemple). Pas du tout pareil donc. 

 

4- Erection : Contentons-nous de citer les auteurs qui se contentent de citer Flaubert et son Dictionnaire des idées reçues : "Ne se dit qu’en parlant des monuments".

 

5 – Excès : Tu n’aimeras pas trop pourrait être l’un des commandements de l’amour tant la démesure des sentiments de l’un peut nuire à l’attachement de l’autre. C’est même La Rochefoucaud qui le dit dans ses célèbres Maximes : "Nous sommes plus près d’aimer ceux qui nous haïssent que ceux qui nous aiment plus que nous ne voulons". Oups.

 

6 – Fou (amour) : Oubliez ce que vous venez de lire : l’amour saurait-il être sage ? Pour André Breton (L’Amour fou, 1937) et ses comparses surréalistes, le plus noble des sentiments ne peut être qu’exalté et exaltant et pour le vivre pleinement "il faut se libérer de l’idée de péché, du spectre de la famille, rechercher la beauté dans ce qu’elle a de 'convulsif', exploiter les ressources de l’art, de l’errance et du hasard objectif ". Choisissez votre camp.

 

7- Fournée : Connaissez-vous l’expression "Prendre un pain sur la fournée" ? Non il ne s’agit pas là de polichinelle dans le tiroir… Petit indice : ça marche aussi avec "Faire Pâques avant les Rameaux". Allez, un petit effort : invoquant une inversion de l’ordre normal des choses, ces expressions un poil désuètes signifient tout simplement "avoir des relations sexuelles avant le mariage".

 

8- Guilledou : Avant de "prendre un pain sur la fournée", il  faut par contre avoir "couru le guilledou", autrement dit rechercher des aventures, galantes, "courir la gueuse", draguer, pécho quoi...

 

9 – Lettre d’amour : On vous l’accorde, on parlera aujourd’hui de mails, de sms voire de tweets. Après tout on peut dire bien des choses en peu de mots. Il y a déjà longtemps, Colette, à qui on avait demandé de citer la plus belle lettre d’amour qu’elle eût connu répondit : "La clé sera sous le paillasson". Classe. 

 

10 – Longanimité : Là on va vraiment vous apprendre quelque chose. Le mot formé sur longus, "patient", et sur anima, "âme", désigne la patience à supporter une souffrance morale ou un méfait dont on a été l’objet. Mais comme le suppose un certain Ambrose Bierce, la longanimité pourrait être plus complexe soit la "disposition à endurer l’outrage avec une douce indulgence tandis que se rumine un plan de revanche". Gniark, gniark, gniark... 

 

Vous voilà rôdé et paré en vocabulaire pour aborder une relation saine et équilibrée en toute sérénité. 

 

N.S