Vous êtes ici

Lorsque je me suis relevée j'ai pris mon fusil

Lorsque je me suis relevée j'ai pris mon fusil

Paru le: 
26 Septembre 2018
Format :
130 x 205 mm
198
Ean : 
9782246813026
Prix : 
17.50 €
Ean numérique: 
9782246813033
Prix numérique: 
12.99 €
«  Oui c’est vrai je lui ai tiré dans le dos, eh oui, j’ai fait ça. J’ai pété les plombs et voilà. Je m’étais un peu reposée et lorsque je me suis relevée j’ai pris mon fusil, j’ai mis les cartouches, j’ai tiré et j’ai appelé le 18. Je ne vois pas ce qu’il y a à dire de plus.  » 
Jacqueline Sauvage
 
Peu après les attentats de novembre 2015, nous découvrons  l’histoire d’une femme condamnée à dix ans de prison pour avoir tué son mari qui la battait.  Ce verdict indigne une partie de l’opinion, la grâce présidentielle va en scandaliser une autre.  Par ces  trois coups de fusil, Jacqueline Sauvage est devenue le visage des violences faites aux femmes.
  Pourquoi un tel déchaînement médiatique, s’interroge Valentine Faure  ?  Elle enquête sur le sens  d'un tel geste, qui dit à la fois la puissance et l’impuissance, interrogeant ainsi le statut de victime.  Ce crime en était-il un ? Que peuvent les femmes face à la violence des hommes? Peut-on se libérer de la brutalité par une brutalité supérieure?  Et que faire de la violence des femmes alors que l’on n’a jamais aussi fermement condamné celle des hommes?  
  La criminalité féminine stupéfie et fascine. Valentine Faure éclaire ce qui au fil des siècles a pu être traité comme une pathologie, un mystère, une monstruosité ou le résultat d’une influence, rarement comme une menace réelle ou l’expression d’une colère légitime. Il est notamment question de Lorena Bobbitt, cette Américaine qui en 1993 tranchait le sexe de son mari, des empoisonneuses du XIXe siècle, du syndrome de la femme battue, du toujours très répandu «  crime passionnel  » ou encore de criminologie féministe… Valentine Faure relate aussi  expériences et réflexions personnelles dans ce récit-essai original et stimulant qui ose démystifier la violence des femmes. 
 
 

à voir

Ajoutée le 4 Février 2019

Véronique Olmi n’avait jamais entendu parler de Joséphine Bakhita (1869-1947) jusqu’à ce jour, il y a quelques années, où elle tombe nez à nez avec son portrait dans une petite église de Langeais. "Ça m’a complètement immédiatement bouleversée.

Ajoutée le 28 Janvier 2019

En des temps reculés mais finalement pas tant que ça, on a jugé des animaux. Du XIIe au XVIIIe siècle en gros, en France et dans toute la chrétienté, ont pu défiler à la barre, veaux, vaches, cochons...

Ajoutée le 25 Janvier 2019

Après un roman consacré à décrire de manière clinique et hallucinée les 36 heures de dérive meurtrière ayant abouti au meurtre de Sharon Tate et un essai où il questionnait la transmission littéraire de son père, poète surréaliste, Simon Liberati semble s’autoriser avec

Ajoutée le 16 Janvier 2019

Toujours plus concerné par la préservation des territoires sauvages, le jeune romancier Niels Labuzan a de nouveau posé ses valises en Afrique après un premier roman consacré à l’histoire de la Namibie, Cartograph

Ajoutée le 10 Janvier 2019

Après avoir tenu le journal d'un père en devenir suite à la grossesse de sa femme dans In utero (Au Diable Vauvert / Le Livre de Poche), l'écrivain voyageur Julien blanc-Gras pose une nouvelle fois ses valises au plus près

Ajoutée le 7 Janvier 2019

Écrire le Taxi driver des années 2015-2017... Faire un contrepied à tout ce qui se dit sur la jeunesse des quartiers populaires... Inventer une langue nouvelle pour raconter cette histoire...

Ajoutée le 22 Octobre 2018

En accueillant un jeune réfugié chez elle pendant un an, Émilie de Turckheim avait déjà fait un geste certain.

Ajoutée le 19 Octobre 2018

Il y a dix ans lors de sa création, la maison Audiolib faisait un pari sur l'avenir : conquérir un public varié et exigeant, rendre la littérature accessible à tous et en toutes circonstances à travers un catalogue résolument moderne mêlant classiques, romans français et étrangers.

Ajoutée le 4 Octobre 2018

Quand elle s'est lancée dans l'écriture de Tous les hommes désirent naturellement savoir (JC Lattès), Nina Bouraoui envisageait ce livre comme un roman sur la mère.

Véronique Olmi présente "Bakhita"

Oscar Coop-Phane présente "Le Procès du cochon"

Simon Liberati présente "Occident"

Niels Labuzan présente "Ivoire"

Julien Blanc-Gras présente "Comme à la guerre"

Mahir Guven présente "Grand frère"

Émilie de Turckheim présente "Le Prince à la petite tasse"

Audiolib : retour en images sur la soirée des 10 ans et la remise du prix 2018

Nina Bouraoui présente "Tous les hommes désirent naturellement savoir"

Serge Bramly présente "Pour Sensi"

A lire aussi

14 Février 2019

Désormais rendez-vous incontournable pour tous les auteurs et autrices en devenir, le Mazarine Book Day organisé par les éditions Mazarine depuis...

05 Février 2019

Après La Femme qui ne vieillissait pas l’an dernier, Grégoire Delacourt sera de retour en librairie le 20 février avec un nouveau roman. Dans...

01 Février 2019

Après le succès de La Chambre des merveilles en 2018, Julien Sandrel reviendra en librairie avec un nouveau roman dévoilé sur son compte Instagram...

Avis des lecteurs