Vous êtes ici

Le Magasin des suicides

Onglets livre

à voir

"Né d'aucune femme" - Dans les coulisses de la version audio du roman de Franck Bouysse

L'interview Toute première fois avec Adrien Borne

Rentrée littéraire : les éditions Stock présentent leurs livres en vidéo

Rentrée littéraire : Nicolas Deleau présente "Des rêves à tenir"

Rentrée littéraire : Isabelle Carré présente "Du côté des Indiens"

Rentrée littéraire : Oriane Jeancourt Galignani présente "La Femme-écrevisse"

Rentrée littéraire : Maël Renouard présente "L'historiographe du royaume"

Rentrée littéraire : Jean-Paul Enthoven présente "Ce qui plaisait à Blanche"

Rentrée littéraire : Grégoire Delacourt présente "Un jour viendra couleur d'orange"

Rentrée littéraire : Metin Arditi présente "Rachel et les siens"

A lire aussi

Boris Vian en 5 citations

06 Novembre 2020

Boris Vian n'est pas mort...et sa vie est palpitante. Ecrivain, chanteur, inventeur, musicien, poète, trompettiste, Boris Vian eu l'effet d...
"L'étreinte" : un roman tendre signé Flavie Flament

29 Septembre 2020

Flavie Flament publie un nouveau roman placé sous le signe de la tendresse : L'Étreinte (JC Lattès)...
"Graines de héros" : quand les auteurs s'engagent aux côtés de l'UNICEF

10 Septembre 2020

Le Livre de Poche s'engage en faveur de l'éducation en publiant Graines de héros , un ouvrage collectif dont une partie des bénéfices est...
OnTheMoon
3.50
11 Juillet 2017
Publié sur
"Une corde, pour me pendre." Aiiiiie... Bon, je dois avouer que je suis quelque peu déçue. Pour un livre qui s'intitule "Le magasin des suicides", je m'attendais à plus de glauques et d'humour noir.....
Winter-
3.50
10 Juillet 2017
Publié sur
Lorsque j'ai ouvert ce livre, je pensais le finir le lendemain mais finalement je l'ai dévoré en une soirée. Jean Teulé nous sert une véritable leçon de vie. On suit la famille Tuvache qui tient Le Ma.....
LeBlogLitteraire
3.50
07 Juillet 2017
Publié sur
J'en reste totalement bouche-bée… et je dois écrire une critique! Je vous avoue avoir mis quelques minutes à me remettre de mes émotions. J'ai acheté ce livre chez Troc par pure curiosité, pour l'o.....

Avis des lecteurs

 
4/5
Note moyenne obtenue sur :
Fnac Babelio Hachette.fr
Portrait de christophe.d
christophe.d
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Acheter une corde pour se pendre comme on achète une baguette de pain. Avis aux amateurs d'humour noir, l'auteur aborde un thème grave mais qu'il détourne d'une manière très subtile en faisant du suicide un acte commercialement exploitable, voire banal. Il fallait y penser, et Jean Teulé l'a fait avec talent.
Portrait de Katia.L
Katia.L
5/5
03 Avril 2015
Publié sur
Extraordinaire d'humour... noir ! A déconseiller si il y a eu un suicide autour de vous bien sûr...
Portrait de stephanie.g
stephanie.g
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Mon premier livre de Teulé : je crois d'ailleurs que c'est l'un des premiers à lire de lui, afin d'éviter d'être déçu!
Portrait de andré.v
andré.v
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Une histoire invraisemblable, trop invraisemblable pour être crédible. Un bon moment tout de même malgré quelques scènes vraiment poussives.
Portrait de Sandrine.R
Sandrine.R
2/5
03 Avril 2015
Publié sur
J'ai adoré les 1001 et une manière de mettre fin à ses jours, cette famille sympathique au plus au point, les clients futurs morts, par contre la fin est un peu gnangnan à mon goût mais j'ai passé un très bon moment.
Portrait de christin.c
christin.c
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
C'est drôle, c'est acide, c'est grinçant, et c'est superbe! Bravo (comme d'habitude) à Mr Teulé!
Portrait de Isabelle.S
Isabelle.S
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Jean Teulé a imaginé le quotidien atypique d'une famille vivant du commerce du suicide. Une trame surprenante et audacieuse, le dénouement excepté. Une ville imaginaire dans un lointain futur. Les Tuvache gèrent de père en fils Le Magasin des suicides, obscure officine lotie dans un ancien lieu de culte - temple, mosquée ou église, nul ne saurait l'affirmer - en plein cœur de la cité des Religions Oubliées. L'étrange commerce, refuge, depuis des générations, d'une généreuse clientèle de dépressifs en mal d'idées, appartient désormais à Mishima Tuvache et son épouse Lucrèce. Avec leurs trois enfants, Vincent, Marilyn et Alan, prénommés en hommage à des suicidés de légende, le couple met un point d'honneur à satisfaire les demandes de ses clients, prodiguant des conseils aussi funestes que lucratifs aux plus hésitants. Il serait étonnant que celui parvenu à l'article de la mort ne trouve son bonheur dans une boutique si bien achalandée. Cordes de chanvre tressées à la main, poisons maison délicats et féminins, ensemble hara-kiri avec kimono pour sportifs invétérés : de la veuve éplorée à l'artiste révélé sur le tard, tous pourront acquérir l'expédient de leur choix. Famille sinistre par tradition, aux affaires mortellement prospères, les Tuvache désespèrent du caractère enjoué de leur dernier-né. Gamin souriant, Alan déborde de joie de vivre. Aussi fait-il office de curiosité monstrueuse parmi les nœuds coulants, les lames de rasoirs, les revolvers et les cartouches vendues à l'unité - car les Tuvache, aiment-ils eux-mêmes à le préciser, ne sont pas des assassins - qui emplissent les étals du magasin. Cette bonne humeur est d'autant plus intolérable qu'elle se propage aux autres membres de la fratrie. Auteur singulier, Jean Teulé nous avait habitués à des romans réjouissants et décalés. Avec son titre étonnant que redouble en quatrième de couverture un slogan commercial des plus cyniques - " Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! ", Le Magasin des suicides s'annonçait comme une chronique macabre et joyeusement irrévérencieuse, dans la lignée tonale des précédents opus. Loin de tout esprit de sérieux, le dernier roman de Jean Teulé tourne en dérision l'un des plus prégnants interdits du monde et de la pensée occidentale, éraflant au passage la cupidité et l'éthique marchande des petits commerçants. L'acidité et la drôlerie du sujet sont finalement battues en brèche par une célébration de l'unité familiale fleurant l'optimisme et les bons sentiments. D'imbécile heureux, Alan devient le gai sauveur d'une famille de boutiquiers avides qui accompagne, à chaque claquement de tiroir-caisse, le départ de leurs clients d'un " adieu " compassé. Un dénouement par lequel Teulé rompt cruellement avec la tonalité du récit, renonçant à l'humour noir comme à la louable impertinence d'un imaginaire morbide mis au service de la satire. En se recyclant dans les farces et attrapes, Le Magasin des suicides finit par noyer ses personnages dans la guimauve. Avec nos regrets les plus sincères.
Portrait de Fanny.C
Fanny.C
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
La famille est complètement dingue, le lieu tout à fait surréaliste, et le thème pour le moins inattendu. Il pouvait s'agir du cocktail détonnant qui suffit à passionner les foules. Mais en plus du reste, l'histoire est bien menée, l'écriture agréable. On s'attache malgré nous à ces monstres gentils, à l'encontre de toute forme de moralité. Ici, la mort est une farce, la vie étant le seul acteur qui ne sait pas en rire, simplement parce que la vie n'est pas drôle, elle n'a aucun humour, aucun intérêt. Elle est même dramatique. Ce magasin des suicides au sens littéraire du terme, exagère le trait, joue la provocation, et se régale à constater le choc, à sentir les doigts qui tournent les pages mal à l'aise, tendus et crispés, ou humides de honte de se reconnaître dans le morbide omniprésent. Les parents monstrueux sont glauques à souhait et assassins de surcroit, mais pour le bien de tous, d'abord de la victime volontaire. La fille est violemment dépressive et bien sur suicidaire, mais malhabile dans ses tentatives. Ils sont drôles à leur dépend, et là où il faudrait les condamner, l'instinct veut qu'ils attendrissent. Seulement, au milieu de ce cirque sordide parfumé au sapin, un petit garçon est né, plein d'espoir, d'amour pour la vie et de joie. Une erreur génétique pour les morts vivants qui lui serve de famille, à moins qu'il ait une bonne raison d'être ce qu'il est... Surprenant, inhabituel, délicieusement diabolique et drôle, ce livre parle de ce que l'on craint avec légèreté et ironie, une nique à la mort et à la vie, qui agonise sur un feu d'artifice superbement inattendu, et qui donne le sourire à qui aime vivre, et aux autres aussi...
Portrait de Elodie.G
Elodie.G
4/5
03 Avril 2015
Publié sur
Adeptes de l'humour noir, bienvenue. Teulé s'empare d'un sujet peu commun, le suicide, et le traite avec humour. Dangereux mais savoureux... (comme le fameux Death Kiss).
Portrait de pascal.h
pascal.h
3/5
03 Avril 2015
Publié sur
Autant le début m'a fait bien sourire (je ris rarement), autant au fil des pages, la lassitude s'est installée. Je ne l'ai même pas terminé à quelques pages de la fin tant le récit tombait dans le "grandguignolesque"