Vous êtes ici

07 Juillet 2020

La rentrée littéraire 2020

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Après la fermeture des librairies pendant quelques semaines, la rentrée littéraire 2020 aura le goût des retrouvailles et sera l'occasion, plus que jamais, de célébrer la lecture et son pouvoir d'évasion.

Cette année, la rentrée littéraire sera matière à évasion. Au voyage et à la découverte de nouveaux horizons, d'abord. Ainsi, Diane Mazloum nous conduira au bord d'Une piscine dans le désert (JC Lattès), tandis qu'Olivia Elkaim nous proposera de découvrir l'Algérie pendant la guerre, en posant un regard nostalgique sur cette terre chargée d'Histoire dans Le Tailleur de Relizane (Stock). Yaa Gyasi, quant à elle, dans Sublime royaume (Calmann-Lévy) nous plongera dans la société américaine où avoir une peau noire peut parfois être un fardeau. 

Évasion vers d'autres temps également. Direction l'entre-deux-guerres avec Adrien Borne et son premier roman, Mémoire de soie (JC Lattès). Philippe Claudel, lui, nous mènera au coeur de la seconde Guerre mondiale et des destins de ceux qui la vivent dans Fantaisie allemande (Stock) et Tobie Nathan, dans La société des belles personnes (Stock), nous conduira dans l'Egypte sombre des années 1950, en signant un récit oscillant entre fresque historique et grand roman. Hella Feki, dans Noces de Jasmin (JC Lattès), nous plongera dans une période bien plus récente et pourtant historique : la révolution de jasmin, qui a bouleversé le destin de la Tunisie. 

Évasion pour mieux aller à la rencontre de l'Autre. Derrière le portrait de femme bouleversant de Metin Arditi dans Rachel et les siens (Grasset), derrière celui, déchirant, d'une jeune femme au désir maternel ardent dans La Chienne (Calmann-Lévy) de Pilar Quintana, se cachent des histoires aux sujets universels. Parmi ceux-ci : le pouvoir des mots (Les Lettres d'Esther de Cécile Pivot, Calmann-Lévy), le passage de l'adolescence à l'âge adulte (Tout va me manquer de Juliette Adam, Fayard), ou encore les tribulations de l'imaginaire (Sabre d'Emmanuel Ruben, Stock).

Enfin, évasion pour mieux se comprendre soi-même, et le monde qui nous entoure. Etienne de Montety (La Grande épreuve, Stock) détaillera la convergence de destins qui peut mener à la violence, tandis que Grégoire Delacourt (Un jour viendra couleur d'orange, Grasset) et Isabelle Carré (Du côté des Indiens, Grasset) mettront en scène des personnages qui se battent, avec leurs armes et une profonde humanité, contre cette violence du monde. Otessa Moshfegh nous donnera enfin l'espoir de toujours nous en sortir malgré nos mauvaises décisions, dans un recueil de nouvelles intitulé Nostalgie d'un autre monde (Fayard).

 

Nous vous souhaitons de belles escapades au gré de vos lectures !

 

Shannon Humbert.

A lire