Vous êtes ici

"Vernon Subutex 2" : le roi sur la butte

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Après avoir soufflé le public comme les critiques avec Vernon Subutex (Grasset), Virginie Despentes nous livre la suite tant attendue du parcours de cet ancien disquaire livré à l’errance puis à la rue dans un tome 2 où gros rock, sexe et violence laissent place à davantage de douceur et de mélancolie. 

Virginie Despentes en un clin d’œil :

Virginie Despentes est l’auteur de plusieurs romans aux éditions Grasset dont Baise-moi (1993), Les jolies choses (1998), Bye Bye Blondie (2004) ou encore Apocalypse bébé qui lui valut le prix Renaudot en 2010. Lire la biographie de Virginie Despentes.

 

Pourquoi on aime Vernon Subutex 2 :

 

Cela a déjà été dit au moment de la parution du tome 1, mais il faut le répéter tant Virginie Despentes excelle dans la construction narrative, la justesse du ton et la complexité des personnages : Vernon Subutex conjugue encore une fois la majesté du roman au halètement frénétique de la série télé.

 

En effet, Vernon nous a beaucoup manqué depuis qu’on l’a laissé sur son banc public des Buttes-Chaumont. Nous retrouvons notre ancien disquaire baladé de squat en squat après avoir été radié du RSA et mis à la porte de son appartement non loin de là en train d’essayer d’organiser sa nouvelle vie de SDF. C’est le mois de juin mais l’été ne démarre pas. Il pleut, il vente et c’est désormais la dégradation du corps qui guette Vernon. Sur la butte Bergeyre,  il s’est pourtant trouvé un coin calme et reçoit parfois de la visite. Ancien roi d’une époque révolue, il sent bientôt s’ébattre sous ses pieds les personnages croisés dans le premier tome - précédemment galerie, cette fois essaim ramassé au Rosa Bonheur à la faveur de groupes de discussions Facebook ou Whatsapp. Se font-ils vraiment du souci pour leur ancien comparse où espèrent-ils secrètement mettre la main sur les enregistrements de feu le rockeur Alex Bleach après qui tout le monde court ? D’ailleurs que contiennent-ils de si scotchant ces rushes ?

 

Nous le saurons au creux du roman quand s’ouvre la béance d’un monologue fantomatique où bat encore le pouls d’une révolte sourde. Un premier récit enchâssé qui déclenche plusieurs histoires parallèles de représailles proches du thriller et prétextes, comme dans le tome 1, à analyser autant de profils sociaux et politiques qu’il peut en exister dans la France paradoxale d’aujourd’hui. On observe alors Vernon de loin avant de se laisser attirer de nouveau par ce pôle magnétique : DJ occasionnel du Rosa Bonheur, il continue d’exercer une fascination électrique sur le petit groupe désormais solidaire…

 

Moins brutal, plus mélodramatique et lumineux que son prédécesseur, Vernon Subutex 2 offre de nombreuses saillies irréelles et bouleversantes où la romancière rend avec énormément d’émotion les impressions d’un cerveau embrumé par l’errance et le froid, soluble dans les autres (une douche avec une lesbienne, un baiser avec une créature sortie du bois, des soirées dansantes proches de la transe…). La révolte ici est celle du rassemblement plus que de la division (à l'oeuvre dans le tome 1), mais aussi de la danse, de décharges de vie et de lumière, de cœurs qui battent encore malgré les aigreurs et les douleurs. Une saison 2 sourde et magistrale qui laisse présager un final explosif !

 

La page à corner :

 

Récupéré dans la rue par ses amis après plusieurs semaines d’errance, Vernon Subutex se joint à eux chez La Hyène pour écouter l’enregistrement si convoité du rockeur Alex Bleach. Groggy, effaré, il peine à trouver ses marques pour prendre une simple douche. La Hyène - lesbienne quinqua spécialisée dans le lynchage sur internet – doit lui venir en aide : "Puis, voyant qu’il ne bouge toujours pas, elle le prend par les épaules pour le forcer à pivoter et à entrer dans la cabine de douche. Résignée, elle se déshabille à son tour, garde ses sous-vêtements blancs et Vernon pense qu’elle a une tenue d’infirmière. Elle vérifie la température de l’eau contre son poignet, le pommeau de douche, elle parle sans se demander s’il écoute, « je le savais de toute façon que je me foutais dans la merde en appelant tous ces gens plutôt que de faire mon boulot, tranquille, mais j’avais pas pensé que ça irait jusque là quand même… Ne t’en fais pas, détends-toi… tu t’es fêlé, ça arrive à plein de gens… Tu vas t’habituer. Je sais que tu m’entends. Tu vas revenir. Pas comme avant mais tu vas sortir de ta stupeur… Enfin, j’espère… » Le contact de l’eau le ramène agréablement vers la cabine de douche, des mains passent du savon dans son dos, sur ses épaules, dénouent les nœuds et Vernon ressent une douleur fulgurante, aussitôt suivie d’un soulagement intense, il se détend. Elle frotte sa tête, le rince longuement. Elle masse ses cheville, il sent sa fatigue qui le quitte, elle passe l’eau le long de ses pieds comme si elle comprenait ce qu’il ressent – elle le débarrasse. Alors, sans s’y attendre et avant d’en avoir conscience, il bande comme un taureau. Un rush d’énergie. Elle s’en rend compte et ne se démonte pas, elle sourit et s’excuse, « ne le prends pas pour de l’hostilité, ça va te faire du bien » alors d’un geste sec elle change la température de l’eau et un jet glacé le rend, tout entier, à la réalité. Il proteste et elle éclate de rire, « tu vois ça a marché, t’as meilleure mine ». Elle enfile un peignoir et le laisse dans la cabine, elle lui dit « tu prends ton temps, tu te sèches bien, je reviens avec les fringues sèches. Ça va aller ?" (p. 123-124).

 

Vernon Subutex 2 dans la presse :

 

"A l’infinie noirceur du premier tome succède la lumière qui baigne celui-ci – une lumière un peu vacillante, se faufilant par des vitres brisées, mais une lumière quand même", Raphaëlle Leyris, Le Monde des Livres.

 

"D'ores et déjà, dans ce Vernon Subutex 2, ce qui captive, ce qu'on admire, c'est l'acuité avec laquelle l'écrivaine se saisit de la réalité contemporaine, la netteté de son regard sur notre société et des mots qu'elle trouve pour la décrire, l'inflexible désaveu qu'elle oppose à ses règles et ses dogmes pervers", Nathalie Crom, Télérama.

 

"Après un premier volume conjugué aux passés respectifs, exhumés à l’aide des pages Facebook, des uns et des autres, le deuxième s’enracine au parc précité, dans le présent des mêmes et par la magie WhatsApp qui les fait converger vers le Rosa Bonheur", Sylvain Bourmeau, Grazia.

 

Noémie Sudre 

Vernon Subutex, 1
Avis des lecteurs : 4/5 7 Donner un avis
QUI EST VERNON SUBUTEX ? Une légende urbaine. Un ange déchu. Un disparu qui ne cesse de ressurgir. Le détenteur d’un secret. Le dernier témoin d’un monde disparu. L’ultime visage de notre comédie inhumaine. Notre fantôme à tous. LE RETOUR DE VIRGINIE DESPENTES...
Paru le : 
07 Janvier 2015

A lire aussi

"Écoute la pluie tomber" : Olivia Ruiz bientôt de retour en librairie

11 Mai 2022

Après le succès de La commode aux tiroirs de couleurs , Olivia Ruiz est de retour ce 11 mai en librairie avec un deuxième roman : Écoute la pluie...
Prix des Lecteurs U 2022 : Serena Giuliano récompensée pour "Luna"

15 Avril 2022

Serena Giuliano a reçu le Prix des Lecteurs U pour son roman Luna . Elle succède à Anne-Gaëlle Huon, lauréate 2021, avec son roman Les Demoiselles .
"Une vie possible" de Line Papin : être ou ne pas être mère

08 Avril 2022

Line Papin signe son retour à l'autofiction avec Une vie possible (Stock), où l'expérience de ses deux grossesses interrompues réveille son...