Vous êtes ici

08 Avril 2022

"Une vie possible" de Line Papin : être ou ne pas être mère

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
"Une vie possible" de Line Papin : être ou ne pas être mère

Line Papin signe son retour à l'autofiction avec Une vie possible (Stock), où l'expérience de ses deux grossesses interrompues réveille son sens du féminisme.

Line Papin EN UN CLIN D'OEIL :

Née à Hanoï en 1995, Line Papin y a grandi jusqu'à l'âge de dix ans, avant de s'installer en France. Elle se consacre à l'écriture, au dessin et au cinéma. Après quatre romans publiés aux éditions Stock, elle revient en librairie avec Une vie possible.

 

POURQUOI ON AIME Une vie possible :

Line a 25 ans et a connu deux grossesses. Aucune n'est arrivée à son terme. La première, elle l'a accueillie avec joie. Alors que le monde était à l'arrêt, confinement oblige, son corps s'employait à créer l'avenir de deux foetus. Aussi la déception est-elle grande quand celle qui explore le territoire inconnu de la maternité apprend que les foetus n'ont pas tenu et qu'il faut les retirer. Un an plus tard, nouvelle grossesse. Mais le moment n'est pas le bon, la joie s'est envolée : Line s'autorise pour la première fois à dire non et avorte.

Ces deux grossesses interrompues, involontairement puis volontairement, sont le point de départ d'Une vie possible. En tombant enceinte, Line ressent pour la première fois son corps en tant que corps féminin. Jusqu'alors plutôt indifférente au féminisme, elle prend la plume avec urgence pour signer un texte nécessaire qui rend hommage aux femmes puissantes que sont Annie Ernaux, Simone Veil et Gisèle Halimi. 

Au-delà de l'importance du droit d'avorter et plus largement des droits des femmes, Une vie possible offre une réflexion sur le sens de chaque existence. Ou comment notre vie dépend toujours d'une multitude de coïncidences.

 

LA PAGE À CORNER : 

     En France, les progrès d'émancipation de la femme sont passés par le droit à la contraception, avec la loi Neuwirth, et le droit à l'avortement, avec la loi Veil... C'est à partir de son ventre que la femme a gagné en liberté. Je n'avais pas pris la mesure de l'importance de cet endroit du corps, ni de son impact politique. Ce ventre féminin, il y a eu à légiférer, à débattre dessus. Chaque camp se le dispute comme un lieu géographique, une enclave stratégique. C'est l'Israël du corps humain.
     Je découvrais, après ma première grossesse, la portée du mot
féminisme. Ce que je venais de dire était un sujet de débats et un sujet de combats. Je découvrais combien ceci était étonnant mais vrai : l'intime est politique.
     A Paris, place de la République, Marianne lève fièrement la tête. Je la contourne, sur l'esplanade. À ses pieds, trois femmes sont assises, qui représentent la Liberté, l'Égalité et la Fraternité. À partir de la Révolution française, l'effigie du roi fut remplacée par des figures féminines : la Nation, la République, la Liberté. Delacroix représentera cette dernière guidant le peuple sous une apparence plantureuse, seins nourriciers offerts. L'État intervint la vie des citoyens, légiférant jusque sous les draps, et la maternité devint un symbole politique. Si la mère est glorifiée, ses fonctions sont toutefois jugées incompatibles avec la vraie vie politique. Encensée, oui, mais à la maison : le domaine de la femme est le foyer, ses vertus sont toutes civiques, elle-même est allégorique. Les décisions et responsabilités politiques restent le fait des hommes. Ainsi, les femmes furent longtemps dépourvues du droit de vote. En revanche, leur ventre, lui, était déjà un sujet politique. Jusqu'à ce qu'elles accèdent au droit de vote, cette dichotomie faisait d'elles des créatures hybrides : tête apolitique, elles avaient le corps à la maison, mais ventre politique, leurs ovaires étaient aux bureaux de l'État.
(p.46-48)

 

DANS LA PRESSE :

Explosant les frontières du récit personnel, cet ouvrage s'intéresse au ventre des femmes, comment, depuis des siècles, les hommes veulent le contrôler, et comment la longue interdiction de l'avortement pèse encore et toujours sur les épaules de celles qui y ont recours, les condamnant à la honte et à la culpabilité.
ELLE

Ce livre lumineux dépasse l'histoire personnelle de Line Papin. Il s'inscrit dans celle du Manifeste des 343, de Simone Veil, Gisèle Halimi, Annie Ernaux... Et de nous-mêmes, puisqu'une femme sur trois avorte encore aujourd'hui. Cela n'est jamais et ne sera jamais de gaîté de coeur.
Femme actuelle

 

 

Shannon Humbert.

Avis des lecteurs : 3/5 3 Donner un avis
« Si être une femme ne signifie pas être enceinte, être enceinte m’a rappelé que j’étais une femme. » Line a vingt-quatre ans, et pour la première fois de sa vie, elle tombe enceinte. Quelle joie, se dit-elle, et quelle surprise : dans...
Paru le : 
02 Mars 2022

A lire aussi

"Écoute la pluie tomber" : Olivia Ruiz bientôt de retour en librairie

11 Mai 2022

Après le succès de La commode aux tiroirs de couleurs , Olivia Ruiz est de retour ce 11 mai en librairie avec un deuxième roman : Écoute la pluie...
Prix des Lecteurs U 2022 : Serena Giuliano récompensée pour "Luna"

15 Avril 2022

Serena Giuliano a reçu le Prix des Lecteurs U pour son roman Luna . Elle succède à Anne-Gaëlle Huon, lauréate 2021, avec son roman Les Demoiselles .
"La Fille de Deauville" de Vanessa Schneider : le roman de la traque d'Action Directe

04 Avril 2022

Vanessa Schneider nous conte l'impossible révolution menée par Action directe, groupe terroriste français des années 1980. Entre traque et...