Vous êtes ici

06 Novembre 2017

Olivier Guez remporte le prix Renaudot pour "La Disparition de Josef Mengele"

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

C’était l’un des ouvrages les plus remarqués de cette rentrée littéraire. La Disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez (Grasset) vient de recevoir le prix Renaudot juste après la proclamation du Goncourt pour Eric Vuillard.  

L’horreur de la Seconde guerre mondiale et particulièrement des exactions perpétrées par le régime nazi serait-elle encore une entrée pour comprendre le chaos de notre monde actuel ? C’est sans doute l’avis des jurés des prix Goncourt et Renaudot qui viennent de remettre leurs récompenses ce lundi 6 novembre à Eric Vuillard pour L’Ordre du jour (Actes sud) faisant le récit de l'Anschluss et Olivier Guez pour La Disparition de Josef Mengele (Grasset). 

 

Accompagner Josef Mengele dans sa chute

 

Ce dernier, très remarqué au catalogue Grasset depuis sa parution en août, raconte "l’odyssée mystérieuse et effrayante de Josef Mengele en Amérique du sud" comme nous l’expliquait l’auteur il y a déjà plusieurs mois. Voici donc Olivier Guez prestigieusement récompensé pour ce morceau de bravoure stylistique mais aussi du point de vue des recherches historiques. Traqué plusieurs années, l’ancien médecin tortionnaire du camp d’Auschwitz s’est en effet caché en Amérique du sud en vivant sous plusieurs fausses identités jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage argentine en 1979. "S’il n’a jamais été rattrapé par la justice, a-t-il du moins été puni par la vie ?", se demande en subsance le journaliste et romancier qui l’acompagne ici dans sa chute. 

 

Olivier Guez : "Je ne voulais pas être ensorcelé par ce personnage à la réputation maléfique"

 

"C’est comme si je lui avais passé une corde autour du cou et que la corde se resserrait au fur et à mesure jusqu’à sa mort en 1979" précise Olivier Guez qui affirme avoir lutté jusque dans son sommeil avec ce personnage envoûtant et maléfique. "Je ne voulais pas être ensorcelé. (…) J’ai procédé de manière à être le marionnettiste et non pas l’énième marionnette de Josef Mengele" poursuit-il.  Ce prix Renaudot et sa promesse de toucher dans quelques jours un très large lectorat resserre encore l’étau : le voilà pris dans un bien vaste filet. 

 

N.S

A lire aussi

20 Septembre 2019

Lors d’une soirée festive qui s’est tenue au Cercle Lebrun ce 19 septembre, l’équipe du Livre de Poche a dévoilé le palmarès de son...

13 Septembre 2019

La valse des sélections continue avec cette fois la révélation des onze romans en lice pour le prix de Flore dévoilés ce jeudi 12. Deux romans très...

11 Septembre 2019

Dernier mais pas des moindres des grands prix de la saison à révéler ses deux sélections de romans français et étrangers, le Femina a retenu pas...