Vous êtes ici

10 Mai 2019

Merci l’Europe ! : la "riposte aux sept mensonges populistes" de Bernard Spitz

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

À quoi sert vraiment l’Europe ? Alors que l’on vient de célébrer la Journée de l’Europe le 9 mai et que les citoyens européens seront appelés aux urnes les 25 et 26 mai prochains pour élire leurs députés, nombreux sont ceux à se poser cette question fondamentale près de 80 ans après que les fondements de l’Union Européenne ont été posés. Dans une tentative de réponse et une habile mise à distance des populismes montants, Bernard Spitz nous incite à dire Merci l’Europe ! (Grasset).

Imaginez. Nous sommes en 2026 : sous la pression des nationalismes, suite à une émigration massive des élites, la sortie de l’Union de nombreux pays et le développement sur les territoires européens de nouveaux standards économiques imposés par la Chine et l’Amérique entre autres, l’Union Européenne s’est désagrégée. C’est face à cette éventualité plausible que nous alerte Bernard Spitz dans Merci l’Europe ! paru chez Grasset il y a quelques semaines. 

 

Tordre le cou aux fondements des populismes
 

Sous-titré "Riposte aux sept mensonges populistes", l’ouvrage fournit une réflexion indispensable sur le rôle de l’Union européenne alors que nous sommes appelés à élire les députés de la Commission européenne les 25 et 26 mai prochain. C’est vrai : beaucoup de citoyens européens ont peur des inégalités, du chômage, du terrorisme, des migrants, du péril environnemental et, dans de nombreux pays ces craintes trouvent une réponse dans le choix de porter aux pouvoir ceux qui parlent fort et critiquent les élites et le système. Ainsi, partout les populismes gagnent du terrain : en Hongrie, en Italie mais pas seulement. L’auteur dénonce dans ce livre les sept mensonges qui selon lui font le lit du populisme : l’Europe serait à la fois une passoire à migrants, un euro qui nous plombe, le pigeon de la mondialisation, le jouet des technocrates de Bruxelles etc. 

 

Consolider l’union pour se protéger des idéologies hostiles et de la domination des géants

 

Pour Bernard Spitz, haut fonctionnaire, président de la Fédération française de l’assurance (FFSA), président du Pôle international et Europe du MEDEF et également du groupe de réflexion Les Gracques prônant une rénovation de la gauche française autour de valeurs sociales-démocrates, les critiques sont certes légitimes mais ne doivent pas nous faire perdre de vue que malgré toutes ses imperfections, l’Europe nous a assuré depuis des dizaines d’années la paix, la monnaie commune, les déplacements faciles, les échanges d’étudiants ou encore des projets industriels majeurs. Face aux idéologies hostiles et aux velléités de domination des géants, l’Union n’est-elle pas la seule et unique façon de nous protéger ? 

Lire un extrait de Merci l'Europe !

 

La rédaction 

A lire aussi

"Rejoignez-nous" aux éditions Kero : Greta Thunberg milite pour un rassemblement collectif en faveur de l'environnement

23 Juillet 2019

Malgré les voix s'élevant à droite et à l'extrême-droite pour boycotter son discours, la jeune activite suédoise Greta Thunberg a bien pris...

13 Novembre 2018

Annoncés depuis plusieurs mois comme l’événement éditorial de cette fin d’année, les mémoires de Michelle Obama intitulés Devenir...

26 Octobre 2018

Le livre de Michelle Obama, Devenir , paraîtra en sortie mondiale le 13 novembre et sera disponible en France aux éditions Fayard. Retraçant les...