Vous êtes ici

16 Mars 2018

Les expressions désuètes expliquées aux éditions du Chêne

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
Expression Désuètes Expliquées

Le Français regorge d'expression plus farfelues les unes que les autres, dont les origines sont souvent aussi mystérieuses que truculentes. Dominique Foufelle a compilé ses idiomes préférées dans un petit ouvrage extrait de la collection Le français expliqué, et qui reparaît aux éditions du Chêne.

Le français serait-il vieux jeu ? À le lire ou à l'écouter, on pourrait le penser, tant ses expressions semblent venir du diable Vauvert (encore une !). Ces reliquats du passé, loin de n'être que se simples artefacts dont on ne connaît plus tout à fait le sens, en disent bien plus qu'on ne le croit sur l'histoire de la langue et de ses locuteurs. Parfois piégeurs et souvent cocasse, leur origine méritait bien un petit livre comme Expressions françaises expliquées, dans lequel l'auteure Dominique Foufelle, journaliste et auteure - notamment en jeunesse - deterre les racines du français contemporains comme d'autres déterrent des vestiges romains.

 

Un petit livre amusant sur les expressions surannées

 

Prennant le parti  de nous faire rire, Expressions françaises expliquées, se permet d'aller bien au-delà du rire. Profondemment ludique, ce petit livre paru aux Éditions du Chêne nous explique les fondements de quelques expressions encore très utilisées, comme « un travail d'orfèvre » ou « avoir la berlue ». De quoi, pour en utiliser une, se marrer comme une baleine.

 

Quelques expression pas piquées des hannetons

 

Pour nous donner l'eau à la bouche, les Éditions du Chêne proposent deux exemples d'expressions décortiquées comme des crevettes devant un bol de mayonaise : « la fin des haricots » et « pousser le bouchon ».

 

« La fin des haricots »

Les haricots secs, plat particulièrement économique, étaient fréquemment au manu des cantines de casernes et de pensionnats. Si on venait à en manquer, c'était signe d'un extrême dénuement.

 

« Pousser le bouchon »

On peut ajouter « un peu loin ». Sans certitude, le « bouchon » serait celui du jeu du bouchon, très pratiqué au XIXe siècle, ou de la pétanque. Quand on le « pousse », on fausse le jeu. L'expression s'emploie pour reprocher à quelqu'un son manque de mesure dans une réaction, des propos, des exigences.

 

Un vrai livre « du tonnerre » !

Y.Cz.

A lire aussi

13 Septembre 2019

La valse des sélections continue avec cette fois la révélation des onze romans en lice pour le prix de Flore dévoilés ce jeudi 12. Deux romans très...

12 Septembre 2019

L'artiste Francis Bacon et son rapport à la littérature sont mis à l'honneur dans une exposition haute en couleurs se déroulant au centre...

11 Septembre 2019

Dernier mais pas des moindres des grands prix de la saison à révéler ses deux sélections de romans français et étrangers, le Femina a retenu pas...