Vous êtes ici

19 Novembre 2019

Le prix Jean Giono récompense "La Part du fils" de Jean-Luc Coatalem

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page

Finaliste cette année des prix Goncourt et Renaudot, Jean-Luc Coatalem se voit aujourd’hui récompensé du prix Jean Giono pour La Part du fils, récit familial sur les traces de son grand-père, arrêté par la gestapo sur motif inconnu un jour de 1943 en Bretagne. 

Très remarqué en cette rentrée littéraire, sélectionné jusque sur les listes finales des prix Goncourt et Renaudot et salué par la critique, La Part du fils de Jean-Luc Coatalem (Stock) a été récompensé par le prix Jean Giono à cinq voix contre trois pour Akira Mizubayashi et une pour Louis-Philippe Dalembert. Doté de 10 000 euros, le prix lui sera remis le 11 décembre prochain chez Drouant dans le salon des Goncourt. 

 

Ravauder l’histoire familiale et se questionner sur sa vocation 

 

Rédacteur en chef adjoint du magazine Géo et écrivain connu pour ses récits de voyages, grand admirateur de Gauguin et Segalen dans les pas desquels il a déjà placé ses écrits (Mes pas vont ailleurs, prix Femina de l’essai en 2017), Coatalem livre cette fois un récit familial habité par un absent : son grand-père, prénommé Paol dans l’ouvrage. Arrêté sur "motif inconnu" en 1943 dans le Finistère et disparu à jamais dans les limbes de l’Histoire, ce dernier laisse une béance au sein de la famille. Son petit-fils ravaude aujourd’hui les fils de cette histoire, entremêlant les destins de trois générations et se questionnant en creux sur sa vocation d’écrivain. 

 

Un "récit modianesque" montrant "le pouvoir de la littérature sur la chronologie"

 

"Dans une langue superbe et classique, fissurée d’émotion mais exacte, Jean-Luc Coatalem a réussi son plus beau livre" selon le directeur général des éditions Stock, Manuel Carcassonne. Jérôme Garcin écrit dans La Provence : "La Part du fils montre le pouvoir de la littérature sur la chronologie. Elle seule peut donner aux vies brèves, toute leur plénitude. Elle seule peut réveiller les morts de leur long sommeil." Thierry Dussard du Télégramme de Brest parle d’ "un récit modianesque (qui) enfle sous le souffle des vents de l’Iroise". Quant à François Busnel qui a reçu l’auteur sur le plateau de La Grande librairie, il a été frappé par la question sous-jacente de l'ouvrage : "écrire est-ce trahir ?" 

 

La rédaction 

A lire aussi

11 Décembre 2019

Après La Part des flammes et Légende d’un dormeur éveillé , Gaëlle Nohant arrive au catalogue des éditions Grasset le 2 janvier avec un nouveau...

05 Décembre 2019

Après Tous les hommes désirent naturellement savoir , très remarqué à la rentrée littéraire 2018, Nina Bouraoui sera de retour en librairie le 2...

29 Novembre 2019

Organisé conjointement par RFI et les éditions JC Lattès, le prix Voix d’Afriques dont les candidatures sont ouvertes jusqu'au 15 janvier,...