Vous êtes ici

23 Février 2018

Le bokashi, astucieuse méthode de compostage japonaise, se cultive aux éditions Marabout

Parfait compagnon des jardiniers urbains, le bokashi est une astucieuse méthode japonaise permettant de composter les déchets sans odeur, et en un minimum de place. Les éditions Marabout en ont fait la star d’un petit ouvrage fluo et facile à lire, qui vous aidera à appréhender et à adopter cette méthode facile, ingénieuse et originale.

Si vous pensiez le compost réservé aux habitants de l'Ariège ou de la Creuse, voici une technique qui va vous faire changer d’avis. Le bokashi, méthode découverte dans les années 1960 par le professeur d’université japonais Teruo Higa, se base sur l’agrégation de bactéries qui, une fois regroupées grâce à la fermentation des déchets alimentaires, deviennent capable de nourrir efficacement le sol et les végétaux. Encore méconnue, cette façon de composter simple et efficace se voit aujourd’hui expliquée dans un très joli petit livre écrit par Sue Quinn, et paru aux éditions Marabout.

 

Une méthode rapide et amusante

 

Signifiant en japonais « matière organique fermentée », le bokashi consiste en la fermentation de vos déchets alimentaires à l’aide de deux seaux (un pour les déchets, l'autre pour recuellir le "jus") et d’un peu de son de bokashi (qui permet transformer les déchets ménagers en engrais plein de nutriments). Celle-ci donnera alors un "thé" en à peine 15 jours, qui pourra servir à nettoyer vos canalisations ou à nourrir la terre de vos plantes une fois dilué. Mais attention, il faudra pour cela avoir bien respecté quelques préceptes expliqués par l'auteur Sue Quinn, et illustrée tout en couleur par Michelle Tilly. Un exemple ci-dessous, avec la page expliquant graphiquement le bokashi !

 

Les avantages du bokashi

 

Plus facile que le lombricompostage, autre méthode exploitable en petits espaces qui permet de composter ses déchets grâce à l’utilisation de vers, cette technique permet de se lancer en toute facilité dans un compostage en quantité raisonnable. Car les vers du lombricompostage, un brin capricieux, demandent à la fois à bien savoir doser les déchets (ils aiment les Ph neutres) ainsi que la température (comme vos collègues de bureau, ils ne supportent pas le froid trop froid, ni le chaud trop chaud). Le bokashi ,qui ne demande lui que très peu d'entretien, permetra donc aux apprentis jardiniers de nourrir la terre de leurs plantes sans avoir à répondre aux caprices des lombrics, ou à avoir recourt à un compostage plus fastidieux, et plus envahissant. Enfin, dernier avantage, il se trouve être écologique que les autres méthodes car il ne relâche pas de gaz à effet de serre, et fera même gagner plusieurs mois à tous les amateurs de compostage classique - car les déchets utilisés pour leur bokashi se décomposeront en à peine deux à trois semaines dans un composteur classique.

 

© Michelle Tilly

 

Arigato pour la petite astuce !

Yves Czerczuk

Livres liés 
Bokashi : le petit livre du compostage à la japonaise
Un bain de forêt
Les vers mangent mes trognons