Vous êtes ici

21 Janvier 2016

La romancière et journaliste Edmonde Charles-Roux est morte

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Imprimer la page
La romancière et journaliste Edmonde Charles-Roux  est  morte

Romancière et journaliste, notamment co-fondatrice du magazine ELLE, lauréate du prix Goncourt en 1966, membre et présidente de l’Académie Goncourt, résolument libre et engagée dans sa vie comme dans son travail, Edmonde Charles-Roux est morte ce 20 janvier à l’âge de 95 ans. 

On mesure parfois la disparition d’un être à la manière dont sa vie et son parcours se confondent avec la grande histoire. C’est le cas d’Edmonde Charles-Roux, romancière et journaliste dont on vient d’apprendre la mort à l’âge de 95 ans ce 20 janvier à Marseille.

 

Une enfance cosmopolite

 

Edmonde Charles-Roux naît à Neuilly en 1920 dans une illustre famille : son père, François Charles-Roux, est ambassadeur de France et membre de l’Institut de France ; son grand-père, Jules Charles-Roux, industriel, fut député des Bouches-du-Rhône, et sa sœur, Cyprienne deviendra princesse del Drago. Un contexte familial qui la mène très tôt sur les routes selon les affectations de son père de Saint-Pétersbourg à Rome en passant par Londres, Prague, Istanbul ou encore Le Caire.

 

L’engagement dans la Résistance

 

Lorsque la guerre éclate, Edmonde Charles-Roux étudie en vue de passer son diplôme d’infirmière et décide de s’engager dans un corps d’ambulancières d’une unité de la Légion étrangère. Blessée dans le secteur de Verdun en mai 1940, elle entre ensuite en Résistance toujours en tant qu’infirmère. Un engagement qui lui vaudra d’être décorée de la Croix de guerre puis d’être faite chevalier de la Légion d’honneur au sortir du conflit. 

 

De l’audace dans la presse féminine

 

C’est alors qu’elle intègre la rédaction de l’hebdomadaire ELLE, alors en cours de création en 1946. Elle travaille ensuite à l’édition française du magazine Vogue et en devient même la rédactrice en chef en 1954. Son audace – elle avait voulu imposer un mannequin noir en couverture – lui vaut d’être remerciée en 1966.

 

Une longue carrière dans les lettres

 

Sa carrière prend alors un nouveau tour la même année puisqu’elle entre en littérature avec Oublier Palerme qui lui vaut le prix Goncourt et qui sera adapté à l’écran en 1989 par Franceso Rosi. 1966 est décidément une année fondatrice puisqu’elle rencontre également celui qui deviendra son époux, Gaston Defferre, alors maire de Marseille. Ils se marient en 1973. Elle publie ensuite des romans, des récits et des biographies à un rythme soutenu toujours aux éditions Grasset et également disponibles au Livre de Poche : Elle, Adrienne (1971), des biographies de Coco Chanel (L’Irrégulière, Mon itinéraire Chanel, 1974), ou  d’Isabelle Eberhardt, femme de lettres qui la fascine (Un désir d’Orient, 1988 ou Nomade j’étais, 1995). Elle entre à l’Académie Goncourt en 1983 au couvert jadis occupé par Huysmans, Jules Renard ou encore Sacha Guitry. Elle préside cette assemblée de 2002 à 2014 et laisse à présent sa place à Eric-Emmanuel Schmitt nommé tout récemment. Aujourd’hui, le monde littéraire et politique rend hommage à cette grande dame. Bernard Pivot, qui lui a succédé en tant que président de l’Académie Goncourt, salue notamment son "courage intellectuel et physique".

 

N.S

A lire aussi

Dans Cézembre , paru chez Grasset, Hélène Gestern fait revivre l’histoire d’une famille bretonne à travers les générations. Le narrateur...
Prix Flaubert 2024 : Stéphanie Polack récompensée pour "Les corps hostiles"

28 Mai 2024

Stéphanie Polack a reçu le Prix Flaubert 2024 vendredi 24 mai pour son roman Les corps hostiles , publié aux éditions Grasset.
Prix Aznavour 2024 : Léonor de Récondo récompensée pour "Le grand feu"

27 Mai 2024

Léonor de Récondo a reçu le Prix Aznavour 2024 pour son roman Le grand feu , publié aux éditions Grasset.