Vous êtes ici

21 Juin 2016

La romancière et journaliste Benoîte Groult est décédée

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Partager par Mail
Imprimer la page
La romancière et journaliste Benoîte Groult est décédée

Grande figure du féminisme, la romancière et journaliste, Benoîte Groult est décédée ce 20 juin 2016 à Hyères dans le Var, à l'âge de 96 ans. Elle fut notamment co-fondatrice et éditorialiste du mensuel féministe F Magazine et a notamment collaboré à ELLE, Parents ou encore Marie Claire. 

La vie, l’œuvre, l’engagement et la persévérance de Benoîte Groult font d’elle l’une des actrices principales des avancées concernant la condition des femmes au XXe siècle. Suite à sa disparition ce 20 juin à l’âge de 96 ans, le Président de la République François Hollande lui a rendu hommage en évoquant "un sourire bienveillant, une voix chaude, une pensée exigeante, un style ardent."

Une grande carrière de romancière

Née le 31 janvier 1920 à Paris, Benoîte Groult était la fille du designer André Groult et de Nicole Poiret, dessinatrice de mode. "Je ne suis née à moi-même que vers 35 ans", disait-elle pourtant. Il est vrai que ce n’est qu’en 1958 qu'elle se lance sur la scène littéraire avec Journal à quatre mains (Le Livre de Poche), écrit avec sa sœur cadette Flora. Romancière et essayiste, Benoîte Groult partage ensuite son engagement à travers de nombreux autres ouvrages. Elle publie entre autres La Part des choses (Grasset, 1972), Les Trois quarts du temps (1983), Les Vaisseaux du cœur (1988), et Histoire d'une évasion (Livre de Poche, 1997). Elle écrit en 2006 La Touche étoile (Grasset) un récit évoquant la vieillesse et ses inconvénients. Deux ans plus tard, elle s’était livrée dans son autobiographie intitulée Mon Évasion.

Un engagement féministe durable

Elue membre du jury Femina en 1982, Benoîte Groult publie pour la première fois, en 1986, l’intégralité de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne rédigée par Olympe de Gouges en 1791. Elle est également la première à dénoncer publiquement les mutilations génitales féminines avec la publication d’Ainsi soit-elle (Grasset) paru en 1975 et vendu à un million d’exemplaires. En 1976, un an après la loi Veil sur l’avortement, elle s’engage dans le combat pour l’émancipation et défend le divorce et l’avortement. Elle a présidé en 1984 la commission politique pour la féminisation des noms de métier et entre à la fin de sa vie à l'Association pour le droit de mourir dans la dignité, qui sera son dernier combat. De nombreux hommages lui ont été rendus, notamment par le chef de l’Etat qui a annoncé dans un communiqué de l’Elysée ce mardi 21 juin: "Benoîte Groult ne voulait pas seulement exister pour elle-même, elle voulait faire voler en éclats les conservatismes, pour transformer la société et la mettre en accord avec ses convictions," Avec (elle) disparaît une belle et grande figure du féminisme".

 

M.E.

A lire aussi

21 Février 2020

Paru le 15 janvier aux éditions du Masque, La deuxième femme , thriller psychologique de Louise Mey, passe au crible, d'une plume habitée et...

21 Février 2020

À paraître le 28 avril chez Calmann-Lévy, le prochain ouvrage de Guillaume Musso, La vie est un roman , est d’ores-et-déjà disponible en...

14 Février 2020

À vos agendas ! L’année 2020 promet de belles adaptations au cinéma de romans classiques ou contemporains. Découvrez ici les dates de sortie,...