Vous êtes ici

21 Août 2023

La rentrée littéraire 2023 des éditions Grasset

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Imprimer la page
La rentrée littéraire 2023 des éditions Grasset

La rentrée littéraire 2023 des éditions Grasset est marquée par un grand souffle romanesque : des destins extraordinaires ancrés dans l’histoire, des romans-monde d’hier et d’aujourd’hui, des histoires d’une grande puissance fictionnelle.

Des écrivains confirmés, des grands noms de la rentrée et des découvertes

La rentrée littéraire Grasset 2023 fait place à certains noms habituels et auteurs reconnus de la maison. Sorj Chalandon, auréolé de nombreux prix, dont le Médicis en 2006 pour Une Promesse, le grand prix du roman de l’Académie française en 2011 pour Retour à Killybegs, le prix Goncourt des lycéens en 2013 pour Le quatrième mur, signe L’enragé. Consacré grâce à son roman HHhH qui remporte le Prix Goncourt des lycéens en 2010, Laurent Binet est aussi l’auteur de La septième fonction du langage 2015, prix Interallié 2015 et Civilizations, Grand prix du roman de l’Académie française en 2019. Il signe cette année Perspective(s). Écrivaine reconnue, Léonor de Recondo signe son deuxième roman chez Grasset. Après Revenir à toi en 2021, elle revient cette année avec Le grand feu.  Habitué des rentrées littéraires et déjà récompensé par de nombreux prix, Guy Boley signe cette année son quatrième roman A ma sœur et unique.  Jean Rouaud est un jeune auteur lorsque Les champs d’honneur, son premier roman, remporte le prestigieux prix Goncourt en 1990. En cette rentrée littéraire, il signe Comédie d’automne, le sixième et dernier épisode du cycle « La vie poétique ». Ananda Devi, autrice, entre autres, du roman remarqué Le Rire des déesses, prix Femina des lycéens 2021, fait également partie de cette rentrée littéraire, avec Le jour des caméléons.  Côté découverte, Salma El Moumni signe un premier roman prometteur : Adieu TangerOscar Coop-Phane, Geneviève Damas et Antoine Sénanque font aussi partie de la liste des auteurs français de cette rentrée littéraire Grasset.  Côté étranger, l’écrivaine coréenne contemporaine parmi les plus reconnues, Han Kang, publie Impossibles adieux : un roman sensible, un hommage à l’amitié et un éloge à l’imaginaire.

La rentrée littéraire de Grasset : un voyage romanesque à travers l’Histoire

L’intrigue du roman de Léonor de Recondo, Le grand feu, débute en 1699, à Venise, dans une famille de marchands d’étoffes. A partir de sa passion, la musique, l’écrivaine propose un voyage historique éblouissant et offre aux lecteurs une grande histoire d’amour. Pour la première fois, elle s’empare de son instrument, le violon, et le met en scène.

Avec Croix de cendre, Antoine Senanque écrit une grande fresque qui mêle personnages historiques et personnages de fiction. Dotée d’une intrigue foisonnante sur fond de guerres, de persécutions et d’époque globalement troublée, l’histoire se déroule pendant la peste noire qui s’étend sur l’Europe en 1348.

Dans L’enragé, Sorj Chalandon imagine l’histoire d’un enfant évadé du camp pénitentiaire pour mineurs de Belle-Île en mer en 1934. A partir de cette évasion, l’auteur invente l’histoire d’un enfant né sans amour, qui doit tout apprendre pour survivre, et dessine aussi l’histoire de France, de la Commune à la Seconde Guerre Mondiale.

Laurent Binet, quant à lui, revient avec un roman policier épistolaire et une énigme fascinante : Perspective(s). Il place le récit au temps de Michel-Ange, dans la ville de Florence au 16ème siècle, où il élabore un drame historique fait de tensions criminelles et de passions humaines.

Dans A ma sœur et unique, Guy Boley fait le portrait d’Elisabeth Förster, la sœur du grand philosophe, écrivain et philologue, Friedrich Nietzsche. L’écrivain convoque de grands thèmes romanesques comme la vengeance, l’amour ou la trahison pour élaborer un ambitieux roman aux accents shakespeariens dans une Europe du 19ème et début 20ème siècle, une période historique charnière.

Radiographies du monde contemporain

Dans Rose nuit, Oscar Coop-Phane nous fait voyager à travers le monde à partir de l’histoire de la fleur la plus vendue au monde, aussi symbole de l’amour : la rose. De la vallée du Rift, en Éthiopie, à Paris, en passant par Amsterdam, on suit l’histoire de cette fleur, passée de main en main, à travers l’histoire de plusieurs personnages aux destins divers et aux mondes opposés. Se révèle ainsi la loi du marché qui agit et régit ces mouvements et, au final, des vies.

Dans son roman Strange, Geneviève Damas aborde quant à elle, la question du genre et de la transition à travers le personnage Nora qui écrit à son père.

Le premier roman de cette rentrée littéraire chez Grasset, Adieu Tanger, est celui d’une jeune femme de 24 ans, Salma El Moumni. D’inspiration autobiographique, elle y raconte l’histoire d’un personnage féminin qui grandit au Maroc, puis en France, en proie au regard des hommes et à de la manipulation, d’un pays à l’autre.

 Dans Comédie d’automne, Jean Rouaud raconte un homme ordinaire confrontée à la gloire : ce qu’elle implique et ce qu’elle révèle… Il s’agit du dernier tome de « La vie poétique », cycle qui a pour objet de mêler récit personnel et photographie de la société contemporaine française

A partir d’une situation contemporaine, une ville qui brûle et un volcan qui gronde, Ananda Devi raconte l’Ile Maurice d’aujourd’hui et d’hier, à travers quatre personnages dont les destins vont être mêlés. Dans Le jour des caméléons, l’écrivaine livre une fable contemporaine héritée d’un passé tumultueux et nous plonge dans le chaos du monde en train de se produire.

Si le roman de Han Kang, Impossibles adieux, se déroule de nos jours en Corée et raconte une histoire d’amitié entre deux femmes, il est aussi un moyen d’explorer le passé douloureux de ce pays faisant éclore une mémoire enfouie tout en finesse.

Lucile Charlemagne

A lire aussi

Prix Flaubert 2024 : Stéphanie Polack récompensée pour "Les corps hostiles"

28 Mai 2024

Stéphanie Polack a reçu le Prix Flaubert 2024 vendredi 24 mai pour son roman Les corps hostiles , publié aux éditions Grasset.
Prix Aznavour 2024 : Léonor de Récondo récompensée pour "Le grand feu"

27 Mai 2024

Léonor de Récondo a reçu le Prix Aznavour 2024 pour son roman Le grand feu , publié aux éditions Grasset.

23 Mai 2024

Dans Code Pénal en Argot publié chez Fayard, JoeyStarr et Polo Labraise, jouant les rôles respectifs d’avocat et de détenu, reprennent certains...