Vous êtes ici

11 Décembre 2019

Gaëlle Nohant : son nouveau roman, "La Femme révélée", chez Grasset le 2 janvier

Partager via Facebook
Partager via Twitter
Partager via Pinterest
Imprimer la page

Après La Part des flammes et Légende d’un dormeur éveillé, Gaëlle Nohant arrive au catalogue des éditions Grasset le 2 janvier avec un nouveau roman intitulé La Femme révélée. Avec toujours la grande histoire comme toile de fond, elle nous raconte la trajectoire d’une femme en pleine émancipation des années 1950 à Paris au Chicago insurgé de 1968. 

En quelques romans, la romancière Gaëlle Nohant a trouvé sa voix d’écrivaine en racontant des existences proches de nous et prises dans les filets de la grande histoire. Ce faisant elle a très vite rencontré son public : Prix Encre marine pour L’ancre des rêves en 2007, prix des lecteurs du Livre de Poche pour La Part des flammes, grand roman de femmes autour de la tragédie du Bazar de la Charité en 2016 puis Prix des libraires en 2018 pour Légende d’un dormeur éveillé évoquant la trajectoire de Robert Desnos dans le Montparnasse des années folles. 

 

La dualité d’une héroïne ultra moderne… 

 

Elle nous donne de nouveau rendez-vous en librairie le 2 janvier, date à laquelle elle entre au catalogue des éditions Grasset avec un joli roman intitulé La Femme révélée. Un titre évocateur et une couverture à l'avenant pour raconter la conquête de la liberté d’une femme nommée Eliza Donneley. Nous la rencontrons à Paris en 1950 sous le nom d’emprunt de Violet après qu’elle a quitté Chicago, sa vie dorée, son mari et son fils. À travers son Rolleiflex, quasi seul vestige de sa vie passée, elle explore la ville meurtrie par la guerre, écume les rues et les clubs de jazz, trouve un job de nounou… 

 

… entre le Paris de l’après-guerre et le Chicago des droits civiques

 

Dans cette vie précaire et pleine de secrets elle se découvre néanmoins une force et une liberté insoupçonnées, terrain d’amitiés solides et d’une passion amoureuse inattendue. Mais le manque de son fils et la douleur de l’exil la rattrapent bientôt. Suivant son destin, Violet/Eliza sera de retour vingt ans plus tard à Chicago en plein mouvement des droits civiques. Au fil du chemin, elle aura gagné sa liberté, le droit de vivre en artiste et en accord avec ses convictions. 

 

Quand la petite histoire rencontre la grande, Gaëlle Nohant parvient encore une fois à tisser une histoire sensible et universelle.

 

La rédaction 

A lire aussi

27 Février 2024

Dans Son odeur après la pluie , publié aux éditions Stock, Cédric Sapin-Defour nous plonge à travers treize années de vie commune avec son chien Ubac...
"La Louisiane" de Julia Malye : explorer une part oubliée de l'Histoire

13 Février 2024

Phénomène de cette rentrée littéraire d'hiver, La Louisiane de Julia Malye (Stock) dresse le portrait de femmes exilées de force en Louisiane qui...
"L'Inconnue du portrait" de Camille de Peretti : revue de presse d'une fresque magistrale

26 Janvier 2024

Peint à Vienne en 1910, le tableau de Gustav Klimt Portrait d'une dame intrigue : aucun expert en art, aucun conservateur de musée, aucun...